Un portrait de HPG, acteur, réalisateur et producteur de films pornographiques, entièrement conçu à partir des milliers d’heures de making-of enregistrées lors de ses tournages. Plus qu’une simple archive sur les coulisses du X, ce film documentaire arty s’interroge sur la pornographie et la passion pour un certain réel qui la caractérise.

Un plasticien artistique qui s’occupe de faire un documentaire arty à propos d’un cinéaste, infraplasticien des corps humains. Le mélange pouvait sembler théoriquement évident, mais encore fallait-il transformer l’essai. C’est chose faite grâce à la réunion de deux talents décalés.

Au départ, le matériau était immense : des milliers d’heures d’images accumulées par HPG. L’aura de ce dernier déborde largement le cadre X dans lequel il passe toutefois la majorité de son temps professionnel. Il s’offre sans calcul, à nu – au propre comme au figuré. Il en ressort une pudeur impudique, un humour innervant, voire une forme d’offrande maitrisée. C’est – étonnamment – l’humilité et l’ouverture de chacun qui forment la pierre angulaire de cette rencontre généreuse.

Résultat : de ce monde paradoxal, ambigu, réducteur, souvent triste, parfois dissolutif, sûrement pathétique, émerge un point de vue inattendu, loin des a priori sur la pornographie. De quoi enrichir l’analyse psychologique, sociale, esthétique et morale sur cette dimension et pratique.

Cette prouesse tient beaucoup à la manière de capturer ce qui parfois relève du beau. Siboni conduit cette construction chirurgicale avec une modestie talentueuse. Le spectateur est frappé par l’intelligence de l’analyse de la capacité de Siboni à s’insérer dans un monde si peu conventionnel. Un montage sec, une dramaturgie drôle et savamment sauvage.

Une rareté troublante. Une certaine vie. A voir vit…

[stextbox id= »info » color= »000066″ bgcolor= »ffff00″]

Il n’y a pas de rapport sexuel, 11 janvier 2011, Raphaël Siboni, HPG, Cindy Dollar, Michael Cherrito, Stacy Stone, Phil Hollyday, 1h18 (interdit au moins de 18 ans)

[/stextbox]

 

Il n’y a pas de rapport sexuel > Offrande et captation

 

Un commentaire

  1. Le porno vu des coulisses, ça change tout! On y voit des hommes et des femmes, plus de simples machines à … euh… faire du porno, quoi… Et c’est assez drôle, ce qui ne gâche rien.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom