holy bones, concert rennes
Le groupe Holy Bones. De haut en bas: François Magnol, Damien Litzler, Rémi Mercier, Vincent Travaglini et Michael Clement. (Photo: Olivier Blaisa)

Il y a douze ans naissait à Grenoble le groupe Holy Bones. Impulsée par sa tête pensante François Magnol, la formation évolue dans un style tour à tour ténébreux ou plus lumineux, principalement inspiré des grands noms du champ folk et country. Fort de la sortie de son nouvel album Alma Perdida en septembre 2023, le groupe poursuit sa tournée actuelle et donnera un concert en formule duo au bar L’Autruche de Rennes le 27 janvier 2024.

Dès ses origines, l’histoire d’Holy Bones a partie liée aux grands espaces qu’affectionne son initiateur François Magnol. Après de longues études en économie, politique et social, ainsi qu’une expérience en commerce, le Grenoblois entreprend une période de voyage qui le mène au Mexique. De retour dans sa ville, il nourrit une passion musicale à l’écoute d’artistes comme Neil Young, ainsi que des groupes de styles similaires tels que Calexico et 16 Horsepower. De fil en aiguille, naît une inspiration qui incite le jeune homme à faire ses débuts comme musicien, auto-compositeur-interprète et chanteur. C’est ainsi qu’en 2011, il s’associe avec deux amis, dont le bassiste Michael Clement et fonde Holy Bones, nommé ainsi en allusion au mysticisme des rites funéraires découverts lors de son voyage mexicain. Rapidement, le groupe développe une esthétique aux racines folk, qu’il affirme tout d’abord au gré de ses premiers concerts dans sa cité natale, dont une performance à La Bobine, puis au festival Rocktambule en 2012. La même année sort un premier EP éponyme, suivi d’un second intitulé Night Can Be Old dévoilé en 2015.

holy bones, concert rennes
Holy Bones à L’Ampérage de Grenoble le 12 mai 2023. De gauche à droite: Michael Clement (basse), François Magnol (guitare rythmique & chant), Damien Litzler (batterie), Rémi Mercier (claviers) & Vincent Travaglini (guitare solo. Photo: Laurent Rico.

A la même période, l’effectif évolue et Holy Bones adopte plusieurs moutures, se resserrant en trio lorsque le groupe accueille Vincent Travaglini à la guitare solo. Peu à peu, la formation multiplie les concerts dans l’Hexagone, dont certains sont donnés désormais à l’extérieur de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Parmi les faits d’armes de cette période, elle se distingue notamment d’une performance aux Trois Baudets de Paris le 7 avril 2015. Entre temps, Holy Bones opère également un virage plus ancré dans un idiome folk rock et country tendance Americana. Une orientation qui s’incarne dans l’album Silent Scream, sorti en 2019 en autoproduction et remarqué par la critique et les radios nationales. Entre temps, le trio devient quintette après l’arrivée du batteur Damien Litzler et du claviériste Rémi Mercier, aux côtés desquels ils entreprennent une nouvelle suite de concerts menée jusque fin 2022.

holy bones, concert rennes
Pochette de l’album « Alma Perdida » d’Holy Bones.

L’année suivante, le groupe ajoute à sa discographie un deuxième album intitulé Alma Perdida, sorti en mai 2023. Ce nouvel opus, aux allures de concept album, est traversé d’un style instrumental aéré et parfois planant, décrite comme la « bande originale d’un film qui n’existe pas ». Une sortie que les Holy Bones avaient annoncé en amont par le début de leur nouvelle tournée, entamée en janvier 2023. C’est dans ce cadre que la formule duo du groupe, assurée par François Magnol et Michael Clement, participera à la soirée triple affiche organisée au bar L’Autruche de Rennes le 27 janvier prochain.

Parmi la setlist de cette future performance, on espère voir figurer le sémillant « Smoke And Dreams », dévoilé en mars 2023 via une live-session au complet. Ici emmené par sa rythmique de batterie énergique et presque galopante, le morceau s’appuie également sur les accords grisants et les envolées solistes à la guitare de Vincent Travaglini, aux contours parfois proches du rockabilly. Et dans le même temps, y résonne la voix crooneuse de François Magnol, dont le subtil mélange de mélancolie et d’éclairs de passion peut évoquer tour à tour le registre vocal d’Elvis Presley ou de Nick Cave. Une synthèse esthétique résolument engageante, qui augure un beau moment de live à venir dans la capitale bretonne…

Holy Bones sera en concert en format duo au bar L’Autruche de Rennes le 27 janvier 2024. Soirée « Desert Folk & Americana Night » à partir de 20h.

Lien de l’évènement sur Facebook

Pour écouter Alma Perdida, le dernier album du groupe : ICI

Article précédentRennes. Les deux parcs-relais Cesson-Viasilva et Saint-Jacques – Gaîté ouverts gratuitement
Article suivantLionel Boisseau, « Punk is Not (vraiment) Dead ?! »
Pierre Kergus
Journaliste musical à Unidivers, Pierre Kergus est titulaire d'un master en Arts spécialité musicologie/recherche. Il est aussi un musicien amateur ouvert à de nombreux styles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici