Allez voir le film Get Out et, malgré le titre, ne quittez pas la salle ! Ce film d’horreur comique de Jordan Peele, sorti en France le 3 mai 2017, a connu outre-Atlantique un succès public et critique considérable. Film indépendant, à petit budget, Get Out surfe admirablement entre film de genre, comédie horrifique et question raciale. À ne pas manquer.

GET OUTLe film Get Out est la première réalisation de Jordan Peele : cet artiste new-yorkais avait habitué son public à sa casquette d’humoriste, notamment la série télévisée humoristique Key et Peele. Outre-Atlantique, la critique s’avère unanime. À quoi ce succès tient-il ? La question raciale, en l’occurrence afro-américaine, trouve-t-elle un écho actuel dans l’Amérique de Trump ? Ce serait bien entendu réducteur. Néanmoins, Get Out fait partie de ces œuvres qui s’inscrivent, presque intuitivement, dans l’imaginaire collectif d’une nation. Il ne serait pas faux de parler d’un film purement post-Obama. L’histoire ? Chris Washington, jeune photographe noir, est en couple avec une blanche, Rose Armitage. Ce couple mixte file une relation amoureuse parfaite. Jusqu’au jour où ils décident de rencontrer les parents de Rose. Ceux-ci se montrent parfaitement ouverts et accueillants. Mais peu à peu, des phénomènes inquiétants viennent perturber ce tableau idyllique. Servants afro-américains aux comportements étranges, histoire d’hypnose, sous-entendus perturbants, racisme ordinaire : Chris se retrouve peu à peu piégé.

GET OUTLe film Get Out commence comme un film social. Les apparences s’avèrent à peine trompeuses : tout le monde est beau et gentil. Jordan Peele excelle dans l’art du rythme : l’angoisse va crescendo et vient précisément fissurer cette bien-pensance de surface. Les dialogues, à la fois subtils et évocateurs, donnent au film Get Out quelques scènes anthologiques. Jordan Peele vient détraquer le film social pour le faire basculer dans le thriller et l’horreur. Et le réalisateur s’en donne à cœur joie ! En apothéose, la dernière partie du film rappelle les délires d’un Romero. Glauque, violent, sanguinolent, Get Out vire au baroque incontrôlé, entre parodie et nanar esthétisé. On notera également les performances époustouflantes de deux rôles secondaires, celui de Caleb Landry Jones (Jeremy Armitage, le frère) et Betty Gabriel (Georgina, la servante).

GET OUTLe film Get Out, sans nul doute, traite du racisme envers les Afro-Américains. C’est aussi et surtout un film sur le cinéma. Avec une grande maîtrise, Jordan Peele questionne le regard du spectateur. Si le film s’amorce sur des scènes de racisme ordinaire (contrôle au faciès, par exemple), il glisse vers la question de la discrimination positive. Ironique, le réalisateur bouscule le casting et la représentation des communautés dans le cinéma américain : les blancs sont de méchants racistes criminels, les noirs des victimes à mi-chemin entre héros et esclave. Plus direct, mais pourtant autrement plus subtil que le Django de Tarantino. Lorsque Chris entre sous hypnose, une scène s’avère capitale : il flotte dans l’espace et regarde le monde à travers une petite lucarne – une sorte d’écran de cinéma. Les protagonistes blancs y sont représentés, pour ainsi dire crèvent l’écran. Jordan Peele, inversement, donne la place à son personnage, Chris. Ce procédé d’inversion traverse le film, notamment avec la transplantation des noirs dans les blancs. Jordan Peele s’amuse de la peur blanche, avec un humour vraiment noir.

Film Get Out Jordan Peele, film d’horreur comique américain, sortie le 3 mai 2017, avec Daniel Kaluuya, Allison Williams, Catherine Keener

Interdit aux moins de 12 ans

FILM GET OUT DE JORDAN PEELE : ENTRE PEUR BLANCHE ET HUMOUR NOIR was last modified: mai 5th, 2017 by Thibault Boixiere

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom