Tout Rennes danse avec Fous de Danse les 2 et 3 mai !

Fous de danse ? Les Centres Chorégraphiques Nationaux ont 30 ans. Une de leurs missions centrales : ouvrir la danse à un public toujours plus large. À Rennes, tant que le monde entier ne dansera pas, Boris Charmatz continuera de jeter des passerelles vers tous ceux qui restent de côté, ceux qui n’osent pas. 

 

Fêter la danse en la rencontrant, en s’y frottant, en s’y essayant… La vivre et se piquer de voir comment l’on s’y sent. Avec comme maître de cérémonie Boris Charmatz en personne, des associations et ces grands organismes et corps culturels que sont le Musée de la danse, les Champs libres, le Théâtre National de Bretagne et le Triangle se rencontrent pour offrir aux Rennais Fous de Danse le samedi 2 et dimanche 3 mai. Une programmation vertigineuse de spectacles en continu de midi à minuit. Et en plein air : Fous de danse s’inscrit dans le cadre des Premiers dimanches aux Champs libres. Mais un Premier dimanche extraordinaire qui se déroulera sur l’esplanade Charles de Gaulle juste devant les Champs libres.

Dès le samedi soir 20h deux chorégraphies !

Jours Étranges photo Caroline Ablain
Jours étranges (photo Caroline Ablain)

Les Rennais sont invités à échauffer leur regard au TNB avec deux spectacles de danse contemporaine : Jours étranges de Dominique Bagouet, recréé par Catherine Legrand et Anne-Karine Lescop avec des adolescents ; The show must go on de Jérôme Bel. Deux chorégraphes emblématiques du vent nouveau qui souffle sur la danse française. Ces deux projets font appel aux danseurs amateurs…

À force de passer sur l’esplanade Charles de Gaulle, si critiquée pour sa minéralité, et pourtant si propice à l’observation du mouvement incessant de ceux qui la traversent, est née avec Les Champs libres l’idée de l’occuper par la danse. La tenir l’espace d’une journée afin d’expérimenter la danse sous toutes ses formes : pratique, festive, participative, artistique…. Le Musée de la danse questionne les formes convenues du spectacle, et plutôt que d’aligner des spectacles, une scène, des gradins, nous proposons de « tenir » la place, comme on se passe un flambeau, en organisant un gigantesque spectacle permanent de midi à minuit. Une certaine image de la métropole s’y donnera à lire, avec la présence d’écoles de danse, d’associations, de pratiques parfois divergentes, mises en proximité et en frottement avec l’art le plus professionnel. Nous imaginons donner la part belle aux artistes d’envergure internationale qui se sont installés récemment à Rennes, faisant de cette ville une terre d’accueil unique pour les chorégraphes et les danseurs. Nous imaginons renouveler l’image que Rennes a d’elle-même, en découvrant de nouveaux fous de danse bretonne, de lindy-hop ou de krump. Nous imaginons inviter des compagnies internationales qui viennent se mêler un moment à cette effervescence, car seul un travail local aux ambitions internationales est à l’image que Rennes doit se donner d’elle-même. (Boris Charmatz)

Dimanche, un vent de folie s’empare de l’esplanade Charles de Gaulle !

Imane Alguimaret danse Étude Révolutionnaire photo Nyima Leray
Imane Alguimaret danse Étude révolutionnaire (photo Nyima Leray)

Tout d’abord Boris Charmatz partage avec le public un échauffement corporel. Puis à loisir, les Rennais pourront librement goûter toutes les danses.

La danse contemporaine avec une enfant qui interprète une Étude Révolutionnaire d’Isadora Duncan. D’autres dansent Unsustainables de William Forsythe. Des étudiants de l’école P.A.R.T.S., dirigée par Anne Teresa de Keersmaeker, font vivre une chorégraphie de David Zambrano. Mais aussi des pièces pour lesquelles le public est convié à entrer dans la danse comme Levée.

performance des élèves de PARTS photo Bart Grietensbd
Performance des élèves de PARTS (photo Bart Grietensbd)

Levée est une expérimentation inédite autour de Levée des conflits de Boris Charmatz. Cette chorégraphie colonne vertébrale fut dansée dans des théâtres, des jardins et au MoMa de New York. À Rennes, les danseurs de la pièce la partageront. Ils se tiendront au milieu de la foule et lui transmettront cette danse centrale*…

The show must go on photo Caroline Ablain
The show must go on (photo Caroline Ablain)

 Une cinquantaine d’amateurs s’approprieront les sensations des oiseaux volant en nuée dans Birds de Stéphane Imbert. Le hip-hop et les danses urbaines (funky, krump, voguing, locking, popping...) seront fièrement représentés tout comme l’immense Soul Train** où les Rennais remonteront en couple le boulevard formé par des danseurs qui hypent (encouragent) les duos en action, mais aussi  des dance floors avec DJ Fatima Marshall et DJ Ced et de la danse bretonne avec le Fest-Deiz du Hamon Martin Quintet. 

Soul Train Géant photo Guillaume Julient
Soul Train Géant (photo Guillaume Julient)

Et pour boucler la boucle à la nuit tombée, entre la technicité, la danse populaire, la réflexion derrière ce qui semble un divertissement, un ovni : FOLK-S, Will you still love me tomorrow ? À partir de danses bavaroises, Alessandro Sciarroni recherche l’essence du mouvement et sa perception fondamentale. Ce sont là les rouages mêmes de la danse contemporaine. Deux mondes a priori inconciliables se télescopent et de cet alliage nouveau renait notre préhension.

FOUS DE DANSE à Rennes propose de la danse en solo, en duo et en groupe. Pas à pas, les danseurs amateurs partageront avec les grands noms de la danse ce monde du mouvement sensible qu’est la danse, qu’elle soit peu complexe ou élaborée. Le week-end des 2 et 3 mai promet une exploration susceptible d’ouvrir l’appétit des plus réfractaires ! Mais attention une mise en garde s’impose, comme le précise Dominique Ridard (danseur amateur passionné): ça devient vite une drogue !  Alors, qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il vente, risquez un orteil et laissez-vous habiter par la danse…

* Vous pouvez dès à présent commencer à vous entraîner grâce au tutoriel des mouvements de Levée réalisé par le Musée de la danse.

** Devenue culte, Soul Train est une célèbre émission télévisée étasunienne de danse et de musique qui contribua à renforcer la fierté afro-américaine dès le début des années 70 et jusqu’en 2006. Chacun, qu’il soit professionnel ou non, pouvait se présenter et passer une audition pour participer à l’émission et gagner son quart d’heure de gloire. Affirmation de soi par la créativité et l’amour-propre, l’émission contribua a faire connaître cette partie de la culture américaine au monde.

+ d’infos:

Le programme complet de l’évènement Fous de danse

Le Musée de la danse à Rennes

Compagnie Engrenage

Les Champs libres

École P.A.R.T.S.

 

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=qXbP4JBf8To]

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom