Les 30 et 31 mars prochains, à Rennes, un événement exceptionnel aura bien lieu : le Forum Libé. Depuis 4 ans, la capitale bretonne retrouve au mois de mars, non sans une certaine joie, les journalistes de la bible de gauche. Mais cette année, beaucoup moins de politiques, proximité de l’élection présidentielle oblige. En revanche, Nicolas Demorand sera bien là…

Deux jours de débats sur le thème du pouvoir et de la responsabilité. Deux jours durant lesquels le Tout-Rennes intellectuel tentera de briller devant les rares politiques invités (Daniel Cohn-Bendit, Rama Yade, Pierre Joxe tout de même…), des linguistes, des philosophes… Au TNB et aux Champs libres, on devrait ainsi en savoir plus sur la crise écologique avec Michel Rocard et Nicolas Hulot ou encore de la gouvernance mondiale avec le pape de l’indignation, Stéphane Hessel.

Si les ministres et candidats ne seront pas présents, les débats pourraient toutefois se révéler très musclés. « Qu’il y ait de l’électricité dans l’air, rapporte le journal Ouest-France dans son édition du vendredi 9 mars, n’est pas pour déplaire au patron de Libé qui espère beaucoup de la rencontre entre trois conseillers du prince : Alastair Campbell pour Tony Blair, Jacques Attali et Anne Lauvergeon pour François Mitterrand. »

« Des retombées pour la ville, oui ou non ? »

Dans les deux salles, l’art au sens large du terme ne sera pas oublié. Pour tout vous dire, l’incomparable Christophe Alévêque montera sur la scène du théâtre national, le vendredi, à 13 h 30. Un moment de détente entre plusieurs rendez-vous intellectuels avec le linguiste Claude Hagège et bien d’autres encore. « Je ne rate pas un rendez-vous… » – note Ghislaine, une Rennaise quarantenaire, enseignante de son état, aficionados de la MAIF et du TNB – « …parfois, les conférenciers se crêpent le chignon. C’est plutôt sympa. »

Mais dans la capitale bretonne, des voix s’élèvent contre l’organisation de ce forum. Le coût financier d’une telle opération est mis en avant par beaucoup. « On ne connaît pas toujours le montant d’une telle manifestation, » explique un habitué. « Du moins, dans les colonnes des journaux locaux, rien n’est dévoilé… » Face à cette opacité financière, les organisateurs pourraient avancer l’impact médiatique… Mais à ce grand jeu-là, Rennes n’en récolte qu’une vaine gloire.

En revanche, Libé, oui, et son patron un peu plus… Dans son journal qui tire – dit-on – à 125000 exemplaires en moyenne par jour, Nicolas Demorand ne serait pas très présent et peu apprécié, dit-on. En fait, il serait plus préoccupé par sa carrière. « Il cherche à se placer à la tête d’une grande télé ou d’une grande radio nationale (si naturellement, nos amis les socialistes arrivent au pouvoir, « affirme-t-on à Libé. Au demeurant (ce n’est pas un jeu de mots), certains le lui conseillent « On ne peut pas dire que ses éditos brillent par une qualité littéraire extraordinaire. »

La ville de Rennes (siège du journal Ouest-France) ferait-elle donc un joli cadeau au journal Libé ? Personne ne peut lui en vouloir : elle est de gauche. Mais quand même… On espérait un peu plus de retombées pour notre capitale bretonne et ses habitants qui n’ont pas toujours loisir d’assister au débat. Si, si, on vous l’assure…

Jean-Christophe Collet et Nicolas Roberti

Forum Libé : vendredi 30 mars de 11 h 30 à 20 h et samedi 31 mars de 10 h à 18 heures au TNB et aux Champs Libres. Mais pour beaucoup d’entre elles, les places sont déjà réservées…

 

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom