Faux profils Facebook : usurpations d’identité et arnaques de brouteurs

dans la rubrique Faits de société, Médias, National.

faux profils facebook

Publié le 19 Août 2016

Les faux profils Facebook ? Le moyen préféré des cyberescroqueries qui sont fort nombreuses. Les faux profils – sur Facebook, les autres réseaux sociaux comme les sites de rencontres – pullulent. Les arnaques sentimentales croissent aussi rapidement que le réseau internet tisse sa toile, notamment dans les pays en voie de développement (PVD). Des rencontres sur internet derrière lesquelles se cachent majoritairement des hommes, plutôt jeunes. Ceux que l’on appelle les « Brouteurs » sont localisés principalement en Afrique de l’Ouest. Quant à leurs victimes, déjà arnaquées une première fois, elles subissent parfois la double peine : les photos et vidéos privées échangées lors de cette relation virtuelle et fictive sont alors réutilisées pour d’autres arnaques. Les problèmes empirent alors…

 

cybercriminalitéFacebook et les sites de rencontre : terrain de chasse des escrocs 

Se sentir intouchable dans un espace virtuel – Facebook notamment, mais également les sites de rencontre et autres réseaux sociaux – que l’on croit sécurisé, voilà bien le problème. De nombreuses photos personnelles circulent, des photos de famille, d’amis, mais également des informations privées – tels numéros de téléphone, adresse, etc. Or, les brouteurs sont aux aguets : toutes ces informations constituent une véritable aubaine pour se créer de faux profils et mener à bien leurs arnaques. Ils vont tenter d’être « ami » avec vous sur Facebook : faire connaissance puis tisser une relation avec vous. Parallèlement, ils s’inscrivent sur différents sites de rencontre en utilisant les photos de profil de leurs précédentes victimes.

mugu côte d'ivoire

Issu du journal ivoirien satirique GBICH

Le piège se referme 

Après avoir fait connaissance avec sa victime sur internet, le brouteur la rendra peu à peu dépendante psychologiquement et émotionnellement. Croyant avoir affaire à l’amour de sa vie, la victime (appelé mugu par les brouteurs) tombe amoureuse d’un personnage virtuel, un faux profil, et se livre. Elle révèle de plus en plus de détails intimes, envoie des photos et même parfois se dénude par webcam interposée. Elle est prise au piège. À ce moment, le brouteur procédera soit à un chantage agressif à la webcam (poussant parfois les victimes au suicide), soit à une relation virtuelle prolongée qui se ponctuera par des demandes d’argent de plus en plus pressantes, le mode de versement en vogue actuellement les recharges PCS (recharges prépayées Mastercard sur le même principe que les cartes téléphoniques). Les prétextes sont variés : le brouteur aura eu un accident, on lui aura volé tous ses papiers ou tout autre prétexte qui nécessiteront un transfert d’argent rapide afin de le sortir de l’embarras (fictif).

faux profil facebook

Le brouteur du nom de Commissaire 5500 a été récemment interpellé

Le brouteur récupère le transfert d’argent : western union ou recharges PCS, Néosurf ou transcash ?

Dans un bureau du type Western Union ou Moneygram, un guichetier complice – le « Zoko » – reverse l’argent sans demander de justificatif d’identité moyennant une commission d’environ 10 %. Dans le jargon des brouteurs, ça s’appelle un « west ». Actuellement le moyen le plus répandu est la demande de cartes ou recharges prépayées de type PCS (mastercard), Néosurf ou Transcash, qui fonctionnent comme les recharges téléphoniques. Les montants totaux de ces arnaques ne sont pas connus dans leur intégralité puisque beaucoup de victimes, honteuses, ne parlent jamais de cette « expérience » extrêmement douloureuse. Toutefois les montants estimés s’avèrent exorbitants – comme nous avons le voir peu après – alors même que, selon la Banque Mondiale, seulement 2 % de la population ivoirienne utilisait internet en 2011. Le Dr Abdoul Karim Ganame, (fondateur de la startup Efficient Protection Inc située au Québec et enseignant en cyber-sécurité à l’École Polytechnique de Montréal) annonce un avenir préoccupant :

Le continent africain étant de plus en plus connecté à Internet et aux réseaux sociaux (incluant les sites de rencontres), un marché local va continuer à s’y développer pour le broutage classique et ses variantes, avec un fort ancrage à moyen terme, plusieurs pays s’étant jusque là montrés incapables de lutter efficacement contre le phénomène.

Marco Carrus cartes PCSLa victime prend conscience de l’arnaque 

Lorsque la victime prend conscience de l’arnaque, elle a été non seulement spoliée, mais se trouve souvent anéantie psychologiquement. Le pire : son calvaire peut ne pas s’arrêter avec la découverte de l’arnaque ; c’est la double peine : le brouteur lui vole son identité. C’est le cas pour de nombreuses personnes dans tous les pays « riches » (de tous âges et milieux sociaux, mais de préférence aisés). Des sites comme arnacoeurs.com répertorient les victimes d’usurpation d’identité en publiant des photos des brouteurs ou des photos les plus utilisées comme faux profils ; d’autres, comme avenfrance.org, aident les victimes. D’ailleurs si vous reconnaissez la personne sur la photo de Une du présent article, sachez que ce monsieur est une victime ; chaque jour, des dizaines de faux profils Facebook sont créées à partir de sa photo – une véritable plaie et un calvaire continu.

brouteurs cartes PCSUne technique simple pour analyser une photo

Les sites spécialisés dans la traque des arnaqueurs et les conseils afin de se prémunir de telles arnaques sont légion. Mais la technique la plus simple – pour savoir si la photo d’un profil Facebook ou d’un site de rencontres est usurpée – est de recourir à Google Images. Il suffit de cliquer sur l’appareil photo (à droite de la barre de recherche) et de copier-coller ou téléverser une photo ; en une fraction de seconde, Google va recenser dans le monde tous les sites et profils où elle apparaît. Ainsi, vous obtenez une première idée sur l’authenticité ou non de cette photo ; attention : elle pourrait vous réserver des surprises… Si votre photo n’est pas répertoriée, c’est positif, mais cela ne signifie pas pour autant qu’elle n’a pas été volée, il s’agit d’un indice d’authenticité. Toujours est-il que toute demande de cartes ou recharges prépayées de type PCS, Néosurf ou Transcash est suspecte, voire l’assurance à quasi 100 % qu’il s’agit d’une arnaque, l’argent est récupéré de manière anonyme et est absolument impossible à récupérer.

scam419_usurpation-identite_facebook

Victime d’usurpation d’identité (faux profil)

Des brouteurs adulés par une tranche de la population

Le rapport d’activités 2012 de la Plateforme de lutte contre la cybercriminalité ivoirienne (PLCC) estime à 3,3 milliards de Francs CFA les sommes arnaquées par les brouteurs ivoiriens. En 2013, c’est plus de 3,6 milliards de Francs CFA (environ 5,5 millions d’euros). Les brouteurs sont riches, très riches. À titre indicatif, le SMIG mensuel s’élève en Côte d’Ivoire à 60 000  Francs CFA, soit 91,50 €. Alors, naturellement, lorsqu’il reçoit ne serait-ce 500 €, c’est le jackpot ! Les brouteurs ont donc les moyens financiers de distribuer de l’argent tout autant pour assurer leur protection que pour frimer (voir les vidéos en bas de l’article). En pratique, ils sont adulés par une certaine tranche de la population. Pourquoi ? Leurs actions sont légitimées par ce qu’eux-mêmes et leurs fans appellent « la dette coloniale ». Il existerait une sorte de dette, de dommages et intérêts financiers, dont devrait s’acquitter l’Europe vis-à-vis de l’Afrique en contrepartie de la colonisation. Soutirer et extorquer de l’argent aux Européens ne constitue donc rien d’autre qu’une partie du remboursement de cette « fameuse dette »…

La traque locale des escrocs

Le gouvernement ivoirien a mis en place une plateforme de lutte contre la cybercriminalité (PLCC). Elle est fonctionnelle depuis 2011 avec un effectif réduit à… 22 agents pour faire face à de milliers de brouteurs et des dizaines de milliers en devenir… En partenariat avec l’ex-ATCI et placée sous la tutelle du ministère de l’Intérieur, la PLCC a effectué de nombreuses interpellations et arrestations de cybercriminels. Sur le site Internet de la plateforme, on peut voir les photos d’une centaine de brouteurs recherchés. Malheureusement, malgré tous les efforts réalisés pour freiner ce fléau, la cybercriminalité ne cesse de croître et de faire de nouveaux adeptes. Tant qu’il aura des « gaous » (ignorants), le broutage continuera donc de prospérer. D’où l’importance capitale de la prévention.

arnaques sentimentalesLa cybercriminalité est mondiale

Nous avons circonscrit le traitement du sujet de cet article aux arnaques sentimentales en Afrique, mais la cybercriminalité prend diverses formes partout dans le monde. L’arnaque aux sentiments n’est d’ailleurs pas seulement virtuelle et peut avoir lieu pendant des vacances à l’étranger. Elles peuvent mener à des mariages gris (quand l’étranger se marie uniquement pour les papiers et n’a aucun sentiment pour son épouse/époux).

Attention : La personne figurant sur la photo de Une du présent article est une victime d’usurpation d’identité (de même que le second portrait). Elle ne doit en aucun cas être tenue pour responsable de l’utilisation des photos qui lui ont été volées par des escrocs aux faux profils. La loi nous autorise à diffuser ces photos dans un but d’information et de prévention. La diffusion de cette photo a pour but d’inciter toutes les personnes qui nourrissent des doutes quant à l’identité d’un ou de plusieurs de leurs interlocuteurs sur Internet à vérifier si ces derniers ne font pas partie d’une liste de faux profils.

Bref, gardez-vous des arnaques aux sentiments, faux profils Facebook, brouteurs ivoiriens, arnaques nigérianes, usurpations d’identité, cybercriminalité

Toute demande de cartes ou recharges prépayées de type PCS (Mastercard), Néosurf ou Transcash est suspecte !

Le brouteur Commissaire 5500 distribuant des billets en boîte de nuit :

Le même brouteur applaudi comme une vraie star :

 

Faire un signalement à la cyberpolice française ici

Demandez du soutien et des conseils auprès de l’association AVEN Europe ici

Les différentes arnaques du web répertoriées, c’est ici

Site de conseils, articles, faux profils répertoriés ici

Consulat général de France à Abidjan ici

Ambassade du Canada en Côte d’Ivoire ici

Ambassade de Belgique en Côte d’Ivoire ici

La Suisse en Côte d’Ivoire ici

***********************************

À toutes fins utiles, vous pouvez visionner la « novella cheap ivoirienne » brouteurs.com :

**********************************

Pour aller plus loin : origines du broutage, conséquences et vocabulaire :

Les origines 

douk-saga_coupe-decale_cote-divoireDouk Saga,  de son véritable nom Stéphane Hamidou Doukouré, est né le 23 mai 1974 à Yamoussoukro (à 240 kms d’Abidjan, Côte d’Ivoire) et décédé à 32 ans à Ouagadougou (Burkina Faso) dans des circonstances controversées. Il va faire parler de lui au début des années 2000. Créateur du « coupé-décalé », il distribue de l’argent pendant ses shows (le travaillement) et fait du boucan (il fait parler de lui). D’où provient l’argent distribué par Douk Saga et de ses amis ? À cette question, ils répondent toujours, « Nous faisons des affaires en Europe ». Jamais le président de la Jet Set (comme Douk Saga aime se faire appeler) et ses amis (Molaré, Boro Sangui, Lino Versace, Joe Papy…) n’ont pu donner une réponse claire et convaincante à cette question. Premier grand succès avec l’album « Affaire de sagacité » (2003) et toujours la frime, l’argent facile et les femmes. Évidemment le succès croissant et les clips toujours plus « m’as-tu-vu » ont une influence sur le public qui veut mener la même vie de flambeur.

Le « broutage » et ses conséquences

L’arnaque aux sentiments est la rencontre de deux misères : misère affective d’un côté et misère économique de l’autre. Pour les victimes (les mugus), les conséquences sont connues et vont de la » simple » perte d’argent minime (quelques centaines d’euros), à la ruine et parfois même au suicide. Du côté de l’Afrique, il y a d’abord des conséquences sur l’éducation : certains enfants préfèrent abandonner les bancs de l’école pour passer leurs journées dans les cybercafés. Ensuite des conséquences sur l’économie nationale puisque les entreprises étrangères ne souhaitent pas se risquer à faire affaire avec de potentiels arnaqueurs et les sites en ci (pour la Côte d’Ivoire) et sont immédiatement blacklistés. Une dernière conséquence dramatique est le « zamou », entendez la sorcellerie, l’envoûtement.

faux profils facebook cartes PCSLe zamou :

Afin de faire prospérer leur « business », les brouteurs font parfois appel à des marabouts. Simple amulette, mixture étrange, mais également parfois de l’automutilation, des exigences bizarres des marabouts, voire des sacrifices humains. Le zamou a des conséquences sociales très importantes en engendrant la peur au sein de la population.

Les brouteurs s’affichent sur leur page Facebook 

Utilisant des pseudos avec des noms connus comme Ecobank, Sarkozy, Zidane ou des titres fictifs comme le Banquier, le Président, l’Ambassadeur et travaillant « à leur compte » ou chez Western Union, les brouteurs n’hésitent pas à s’afficher sur la toile avec des paquets de billets.

Faux profils Facebook : usurpations d’identité et arnaques de brouteurs was last modified: novembre 30th, 2016 by Rocky Brokenbrain