Tom Nelson, jeune artiste rennais, présente son exposition personnelle Éternaline au Barexpo à Rennes du 7 janvier au 3 février 2017. Au croisement du graffiti et de la calligraphie, les œuvres offrent des jeux surprenants de formes et de matières. Alors, vous aussi, n’hésitez pas à pousser les portes de ce lieu atypique où se découvre, dans ses multiples recoins, l’univers de Tom Nelson.

 

TOM NELSONAprès sa collaboration avec l’écrivain Mathieu Larnaudie dans le cadre de Triangle œuvre d’art et sa performance lors du Circuit des Têtes de l’art, cette exposition est pour Tom Nelson l’occasion d’aborder une autre période de son travail. Des œuvres récentes sont pour la première fois présentées au public.

Les contraintes liées à l’espace d’accrochage n’ont en aucun cas étaient un obstacle et Tom Nelson a plutôt travaillé à adapter ses formats au lieu. Ce type d’endroit n’est d’ailleurs pas une découverte pour lui qui a débuté par des expositions dans des bars et restaurants. Sans oublier ses racines artistiques dans l’univers du graffiti, le travail du jeune artiste présente certaines évolutions. Travaillant à ses débuts sur des supports de récupération, la professionnalisation l’a amené à se tourner davantage vers la toile.

TOM NELSON
La toile devient une sorte de relique de la chorégraphie entreprise par la main du créateur. La répétition du geste entraîne des effets de rythmes où la déformation des lettres confine à l’abstraction. Le titre de l’exposition « Éternaline », néologisme pouvant être interprété comme l’idée de ligne continue, évoque la possibilité de prolonger les lignes à l’infini. L’artiste explique ce choix par la première et dernière lettre de son pseudo (Nelson) : le N, lettre permettant un geste continu. Les lignes ondulent, se tordent rappelant les mouvements des vagues et les traces laissées sur le sable après les flux et reflux de la mer. D’ailleurs l’univers marin et la nature sont assez présents chez Tom Nelson. Inconsciemment ou non, cette influence provient peut-être de son père, Alexandre Bonade, peintre de marines dinantais.

TOM NELSONLaissant libre cours à la spontanéité, Tom Nelson insuffle une énergie, une tension du geste qui se retrouvent imprimées sur la toile. Cette part d’improvisation et de hasard n’est pas sans rappeler le travail de Jackson Pollock, l’une des figures de référence de l’artiste. Pollock appartient à l’expressionnisme abstrait américain dont les œuvres aux formats imposants témoignent des impulsions données aux gestes. Pierre Soulages est également une figure tutélaire convoquée par Tom Nelson. Pensons notamment à ses fameux brous de noix.

L’écriture est pour l’artiste un moyen d’aborder l’abstraction. Il ne s’agit en aucun cas de produire un discours à travers l’utilisation des mots pour leur sens, mais plutôt de fournir un discours formel et plastique. C’est en ce sens que l’artiste reproduit sa signature qui n’est pour lui qu’une manière de remplir graphiquement l’espace en évitant toute interprétation. Les œuvres doivent être appréciées dans leur impression générale sans chercher nécessairement à décrypter les mots. Les titres des œuvres -Snow, Black Sea, écume…- sont choisis également spontanément afin d’éviter une trop grande intellectualisation. L’artiste souhaite que le public s’approprie librement les œuvres.

TOM NELSONLe noir domine dans la série des œuvres présentées. Cela rappelle à nouveau l’influence de Pierre Soulages et son travail sur « l’Outrenoir ». L’utilisation de matières comme le goudron apporte des effets de texture et des reflets lumineux. Le noir révèle ainsi toutes ses nuances. Les toiles prennent une apparence différente selon l’éclairage et interagissent avec l’espace dans lequel elles sont exposées. Tom Nelson utilise la technique du dripping. Largement exploitée par Pollock, elle consiste à laisser couler la peinture d’un pinceau, d’un bâton ou même d’une boîte de conserve trouée au-dessus de la toile. Les coulures forment alors des entrelacs et des taches.

Pour clore l’exposition, vous pourrez découvrir l’escalier que s’est approprié Tom Nelson en déclinant ses lignes en un camaïeu de bleu…

L’exposition Éternaline de Tom Nelson est à voir au Barexpo de Rennes du 7 janvier au 3 février 2017 (entrée libre)

Barexpo Rennes – 2 rue Jules Simon – 35000 Rennes – Lundi 11 h-18 h -Mardi 10 h- 23 h – Mercredi 10 h- 0 h – Jeudi, Vendredi, Samedi 10 h-1 h00 – Dimanche 11 h-18 h
Site de Tom Nelson
Site du Bar expo

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Crédits photo : Tom Nelson

Laisser un commentaire