La Maison des Cultures du Monde à Vitré présente l’exposition Danse royale du Cambodge par l’anthropologue rennaise Lucie Labbé du 11 février au 2 septembre 2023.

Passionnée très jeune par la danse royale du Cambodge, Lucie Labbé a commencé à se former à cette pratique, proclamée chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité en 2003, avant de poursuivre dans la voie de l’anthropologie pour en étudier les modalités de transmission. À la manière d’un carnet de terrain, cette exposition invite à suivre le cheminement à la fois scientifique et sensible d’un double apprentissage : celui du métier d’anthropologue et de la danse royale cambodgienne.

La danse royale cambodgienne, aussi appelée danse classique cambodgienne, existait autrefois presque exclusivement au sein de la cour royale du Cambodge. Elle y tenait un rôle rituel et contribuait au prestige de la royauté khmère. Jusqu’au milieu du XXe siècle, seules des femmes pouvaient interpréter le répertoire de ces danses qui, depuis, s’est partiellement ouvert aux hommes.

Danse royale Cambodge Lucie labbé
© Lucie Labbé

Cette forme d’art rituel s’est aussi démocratisée par une diversification des lieux de pratique et de représentation. Aujourd’hui, elle est devenue un véritable symbole de la culture cambodgienne. De plus en plus connue – et reconnue – à travers le monde, elle a été inscrite sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité en 2008 (originellement proclamée en 2003).

Jusqu’à son décès en 2019, la princesse Norodom Buppha Devi, fille aînée du roi Norodom Sihanouk et ancienne danseuse royale, dirigeait une troupe de Ballet Royal réunissant des artistes du Ministère de la Culture et des Beaux-Arts. Par son aura, cette troupe prestigieuse représentait la danse classique khmère à travers le monde. C’est sous l’impulsion de la princesse Norodom Buppha Devi, soutenue par l’actuel roi du Cambodge, Norodom Sihamoni, que le Ballet Royal du Cambodge – ici synonyme de danse royale ou classique cambodgienne – a été inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO.

La danse royale khmère se caractérise par des mouvements lents et maîtrisés qui requièrent une grande souplesse et une tension constante des membres sollicités, depuis les orteils jusqu’au bout des doigts. Des normes précises dictent leur exécution : hauteur des mains, inclinaison de la tête et du torse, angle d’ouverture des jambes, etc. Les mains dessinent des motifs mimétiques ou symboliques qui jouent un rôle clé dans l’expressivité de cette danse, en complément de la musique et du chant.

Danse royale Cambodge Lucie labbé
© Lucie Labbé

Parcours de Lucie Labbé

«C’est un peu par hasard que j’ai découvert la danse royale cambodgienne lors du festival Terre & Paix à Fougères, à l’âge de 14 ans. Dès lors, je me suis engagée dans un parcours de recherches et de rencontres qui allait confirmer une passion naissante. Chinant d’abord les rares documents sur le Cambodge alors à ma portée (livres et guides de voyage, films documentaires et premiers sites internet), je suis rapidement entrée en contact avec une association cambodgienne basée à Rennes où j’ai été invitée à m’initier aux danses classiques et folkloriques. […] Fascinée par cette approche et mue par le désir d’en savoir toujours plus sur la danse royale cambodgienne, j’ai entrepris les longues études qui allaient me mener jusqu’à la soutenance d’une thèse de doctorat sur ce sujet à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris. […] Mettant en œuvre, comme une évidence, la méthode de l’« observation participante », et peu à peu convaincue par mes professeurs de ma légitimité à être leur élève, je suis ainsi devenue anthropologue et danseuse par le jeu d’un double apprentissage.»

Danse royale Cambodge Lucie labbé
Lucie Labbé

Infos pratiques

Exposition Danse royale du Cambodge à la Maison des Cultures du Monde – 2 rue des Bénédictins – 35500 Vitré. Du 11 février au 2 septembre 2023. Entrée libre. Du mardi au vendredi de 14 h à 17 h, le samedi de 14 h à 18 h.

Site web

Danse royale Cambodge Lucie labbé
Article précédentSaint-Malo. Le film Les Trois Mousquetaires ou d’Artagnan dans la cité corsaire
Article suivantÀ l’EHPAD, quand les reborns font revivre

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici