EXPO ZEHRA DOGAN : OUVREZ GRAND LES YEUX À L’OPÉRA DE RENNES !

Les œuvres de l’artiste kurde Zehra Doǧan continuent de circuler en Europe. Du 5 au 31 mars 2019, c’est au tour de l’Opéra de Rennes de présenter l’exposition Zehra Doǧan, les yeux grands ouverts. Présentée dans la salle Carré Lully, elle est organisée par l’association Amitiés Kurdes de Bretagne, en partenariat avec l’Opéra de Rennes, la Maison Internationale de Rennes et le bar BabaZula. Présentation.

Journaliste, auteure et artiste… Des métiers difficiles dans la Turquie d’Erdogan, de véritables combats. Mais Zehra Dogan a su faire preuve d’une ténacité à toute épreuve et offre une leçon exemplaire de résistance. Déjà exposé à Morlaix lors du festival Autres Mondes, son travail est de nouveau visible en Bretagne.

Grâce au soutien du site Kedistan, les œuvres ont pu sortir du pays afin de faire entendre la voix de Zehra Dogan et celles de toutes les femmes kurdes.

expo zehra dogan rennes

Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.
Art. 19, Déclaration universelle Des Droits de l’Homme, 1948.

La liberté d’expression ? La récente tentative de perquisition dans les bureaux du site d’information indépendant français Mediapart a fait couler beaucoup d’encre et a, par la même occasion, montré la menace au-dessus d’un des piliers de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme définie en 1948 (qui reste un document sans valeur juridique, seulement morale, ne donnant aucune obligation aux pays qui l’ont adoptée…).

Il est bon de rappeler quelques fondamentaux et combien il est important de se battre pour nos droits et pour ce que l’on croit juste. À trois mille kilomètres à l’Est de la France, en Turquie, le combat est loin d’être gagné… Zehra Dogan, parmi tant d’autres, en est la preuve.

expo zehra dogan rennes

Très engagée dans la diffusion de la réalité kurde sous le régime d’Erdogan par l’art et l’écriture, l’artiste et journaliste s’est vue arrêtée le 21 juillet 2016 pour « propagande terroriste ». Quel a été son crime ? La diffusion d’un dessin et d’un témoignage sur les réseaux sociaux.

Cofondatrice de l’agence de presse féministe JINHA, son agence d’information ferme en octobre 2016, par décret du président Erdogan. Après 141 jours d’emprisonnement, elle est libérée le 9 décembre 2016, le temps du procès. Zehra Dogan profite de ce temps de répit et crée.

expo zehra dogan rennes
Zehra Dogan vue par le graffeur Bansky

Devenue hors la loi, l’artiste se cache en attendant le résultat du procès. Ses dessins décrivent avec force et gravité les événements et destructions dont elle fut témoin l’année précédente dans l’Est et le Sud-est de la Turquie, fin 2015.

Le verdict tombe : deux ans et neuf mois de prison pour la diffusion d’un dessin détourné d’une photographie publiée sur un réseau social par la gendarmerie et la police turque. Là où les autorités voyaient une victoire de l’armée turque à Nasaybin, les pensées de Zehra Dogan se sont tournées vers les vies arrachées, les ruines et la destruction d’une ville… À cela s’ajoute le partage en masse du témoignage d’un enfant de 10 ans, Elif Akboğa : « En ce moment, il y a des bruits de tirs. Quand ils deviennent plus intenses, nous nous cachons dans les maisons. Quand les chars partent, nous allons à nouveau dans la rue pour faire du bruit. Je pense que nous avons raison. Je sais qu’un jour notre voix sera entendue… ».

Sa peine étant confirmée, une convocation lui intime de retourner en prison, courrier auquel elle n’a jamais répondu.  Fin mai 2017, Zehra Dogan rencontre l’éditrice française Laurence Loutre-Barbier à Istanbul. Consciente que ses jours de liberté sont comptés, l’artiste lui remet un rouleau de dessins, aujourd’hui publiés en France aux éditions Fage. L’artiste est arrêtée et incarcérée à la prison de Diyarbakir (est de la Turquie) quelques jours plus tard alors qu’elle rendait visite à sa famille.

zehra dogan les yeux grands ouverts

Cette « période d’emprisonnement » ne l’arrête pas pour autant et marque au contraire une nouvelle page dans son combat. Elle s’entretient avec ses codétenues et dessine avec les moyens du bord. Sans matériel artistique, elle n’en est que plus inventive. Les aliments, les moisissures, les déjections d’oiseaux et le sang de ses menstruations servent à la création de pigments. Une création artistique née de pinceaux de fortunes réalisés à partir de plumes de pigeons et des cheveux de ses amies de quartier. Avec un peu d’imagination et beaucoup de détermination, tout devient possible. Zehra Dogan le prouve au travers des trente œuvres originales présentées à l’Opéra de Rennes. Tout support devient un moyen de raconter son histoire et celles des femmes qui l’entourent (papier de cigarette, dos de lettres, draps, taies, vieux vêtements).

Son cauchemar a pris fin plus tôt que prévu, le 24 février 2019, mais son combat s’est poursuivi derrière les barreaux pour que ses pensées, celles de ses codétenues, et de tous les prisonniers politiques soient entendues. C’est aujourd’hui le cas, il suffit d’ouvrir les yeux à l’Opéra de Rennes.

Zehra Dogan, les yeux grands ouverts
Exposition du mardi 5 mars au 31 mars 2019

Autour de l’exposition :
10 mars 2019 : Conférence – débat à la Maison Internationale de Rennes

Opéra de Rennes
Place de la Mairie
35000 Rennes

Ouvert du mardi au vendredi de 13h à 19h et le samedi de 13h à 18h.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom