Un Explorateur live pour les Trans ? De fait, quittez Rennes et demandez aux inconnus ce qu’ils savent de la capitale de la Bretagne. La rue de la Soif, mouais ?… Les Horizons ? Mouais… Euh, l’affaire Dreyfus ? Oui, mais bon, ça date. Les Trans Musicales ? Bien sûr !

Car le festival international de musiques actuelles nourrit une renommée continu depuis sa création en 1979. Mais les Trans aussi peuvent décevoir. Parmi les griefs récurrents, l’importante consommation de subventions publiques et une trop grande place dévolue aux musiques électroniques. Reste que son histoire fascine, au point qu’un site collaboratif a décidé d’exhumer la mémoire de l’événement. Thomas Lagarrigue, éditeur du label Idwet (avec Nicolas Duhem), a créé l’Explorateur Live : un dispositif pour s’orienter dans les vastes plaines musicales des Trans. Unidivers a fait le voyage pour vous !

83 artistes, en solo ou en groupe… de quoi s’y perdre ! Surtout pour les néophytes. Depuis 2005, Thomas Lagarrigue, s’attache à décrypter et exposer cette programmation à travers l’Explorateur Live. « Une invitation aux voyages » disponible gratuitement au format papier et numérique sur le site Jeu de l’Ouïe, l’antenne éducative de l’association des Trans Musicales. En outre, l’éditeur propose cinq rendez-vous avant le festival. Lundi, il a posé son matériel au Tambour de l’Université Rennes 2 pour y livrer une vision personnelle de cet événement internationalement rennais.

Royce Wood Rennes

Thomas Lagarrigue précise que l’Explorateur n’est pas un outil de promotion des Trans ; même si le guide est édité par l’association éponyme. Une cartographie dépliable illustre le propos : trois ellipses de couleurs se recoupent pour former des galaxies musicales hybrides. En bleu, Folk, Country, Rock et Pop. En rouge, Jazz, R’n’B, Soul, Funk, Reggae, Hip Hop. En jaune, House, Electro, Techno, Electronica. Sphères auxquelles il convient de rajouter les musiques hors occident et classiques, contemporaines et expérimentales. Deux choses sont à noter : primo, la sphère jaune est effectivement la plus fournie en artistes ; secundo, la constellation la plus importante de cet univers se situe à la jonction de plusieurs sphères. Les musiques actuelles seraient-elles majoritairement électroniques et mélangées ?

Dizzy Brains Rennes

Chaque artiste fait l’objet d’une écoute et d’une présentation sous forme de fiches. D’emblée, Thomas Lagarrigue se réfère aux événements tragiques du vendredi 13 novembre, mentionne Songhoy Blues, un groupe venu aux Trans Musicales l’année dernière, contraint en 2012 de fuir le nord du Mali pour échapper aux islamistes. Il précise que ces derniers étaient plus virulents envers la musique instrumentale qu’envers le chant, preuve que « la musique seule a en soi-même du sens, même sans texte ». Comme, par exemple, Worakls Band, une techno orchestrale qui envoie les cordes se frotter au laptop dans une musique que l’explorateur qualifie « d’épique ». Les Trans Musicales jouent énormément sur le facteur découverte. Son programmateur Jean-Louis Brossard se pose en défricheur. Pourtant, certains groupes auront mis du temps à s’installer sur les scènes du Parc Expo, comme les rennais de City Kay. Ensemble depuis 9 ans, le groupe propose cette année un album innovant de reggae.

Steve Seagulls RennesCôté innovation, on a bien entendu Steve N’ Seagulls, une joyeuse formation venue de Finlande. Ces musiciens revisitent des standards de hard rock, de métal ou de pop sur le mode du bluegrass. Ce courant de la musique country a connu notamment un revival avec le film des frères Coen O’ Brother. Ces « parodies jouées sérieusement », comme le précise Thomas Lagarrigue, sont jouissives et promettent une soirée endiablée. Notre explorateur, heureusement, parvient à soustraire à sa cartographie quelques formations périphériques. Notamment en dehors de notre aire culturelle directe. Avec The Dizzy Brains, par exemple, de jeunes Malgaches, qui sortiront à cette occasion pour la première fois de leur pays. Par rapport à la scène traditionnelle de Madagascar, ce groupe de rock garage est un ovni. Avec des paroles engagées, notamment contre la répression policière, The Dizzy Brains insufflera peut-être une brise contestataire au festival.

Chikitas Trans RennesPlus calme, mais pas moins original, le duo Kaang réunira à l’Aire Libre, à Saint-Jacques-de-la-Lande, le Réunionnais Labelle et Hlasko, du Lesotho, pour une musique électro-ethnique envoûtante. Le groupe Imarhan, dans un style différent, nous offrira un son africain, venu du désert, d’Algérie comme du Mali. On appelle cette musique de l’assouf, du desert blues. Avec ces deux groupes, toute une mythologie des espaces désertiques, celles des Bushmen ou des Touaregs, sera revisitée dans la danse et la mélancolie. Peu à peu, l’exploration converge vers le centre, les constellations. Avant, une petite halte par la vielle à roue, cet ancien instrument à manivelle mit à l’honneur par les groupes France et Organic Bananas. Le premier partira en transe en créant un bourdon continu, mélangeant musique répétitive, improvisée et krautrock. Pour notre aventurier de la musique, ce groupe « va créer l’événement » durant le festival. Organic Bananas utilisera la vielle à roue de manière néo-traditionnelle.

Côté polyrythmie, Thomas Lagarrigue met à l’honneur le groupe Totorro, quatuor rennais de post-rock qui aime à produire une rythmique tordue, noisy, proche du math rock. Tout comme la formation The Comet is Coming, mélange planant de jazz, de funk et d’électro aux envolées sidérales et psychédéliques. La liste est longue et les musiques défilent. On appréciera tout particulièrement The Brother Moves on, formation sud-africaine d’afro-jazz, The Chikitas, un duo de femmes au rock sauvage et grunge, ou encore Royce Wood Junior, le « petit chouchou » de l’explorateur. Ce Britannique, « fan de Prince et Stevie Wonder », mêle la soul, le RnB et une instru électronique. Cette sphère est la plus représentative de cette édition. Les ellipses vertes, marron, orange et violettes correspondent à ce que l’on pourrait appeler la fusion. Reste à savoir si ces artistes auront la postérité escomptée pour un groupe transitant par les Trans et s’ils enflammeront les scènes rennaises… réponses les 3, 4 et 5 décembre !




Cartographie Explorateur trans musicales Rennes

 

Site l’explorateur live trans Trans Musicales

Laisser un commentaire