Au mois de septembre, Unidivers attirait l’attention de ses lecteurs sur le mouvement des anti-cupidité ou indignés (voir l’article). Parti de New York, ce mouvement de jeunes, sorte de Tea Party alternatif, ne cesse de prospérer à travers les Etats-Unis.

Comme dans la Big apple, ils sont moins de mille à occuper le pavé du District de Colombia en scandant avec enthousiasme des slogans hostiles au soutien de l’Etat aux banques. Deux forces semblent les animer : la collusion entre le politique et l’économie ainsi qu’un ras-le-bol devant un monde à la fois si riche et qui laisse prospérer la pauvreté sous de multiples formes.Que va devenir ce mouvement avec l’hiver ? Personne ne peut le prédire. Reste que rarement l’establishment américain aura connu de séditions si fortes avec, d’un côté, le Tea party (libertariens et libéral), de l’autre, les Indignés (libertaires et socialistes). L’Amérique serait-elle encore une fois le laboratoire où se dessine les évolutions politiques à venir des démocraties occidentales ?

 

 

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom