À Rennes, la nouvelle Ecole Lafayette – et sa pédagogie novatrice – connaîtra-t-elle le succès ? C’est l’objectif de cette équipe d’enseignantes très investies qui promeut une construction harmonieuse des enfants à travers des modes pédagogiques à la fois classiques et originaux. La clé du succès ? L’accession au trilinguisme grâce à une immersion précoce dans un bain culturel authentique. Explications avec Claudie Sevellec, directrice de l’Ecole Lafayette.

 

– Première question, sans doute un peu simple, mais importante : comment devient-on directrice d’école ?

Claudie Sevellec : Par un parcours assez classique, en fait. Je travaille depuis l’âge de 15 ans avec des enfants. J’ai été conduit tout naturellement à obtenir le diplôme d’Education Jeunes enfants en 2007. Puis j’ai été directrice de crèches et jardins d’enfants dans le public comme dans le privé. J’ai aussi été enseignante en Roumanie durant trois ans où j’ai approfondi ma réflexion sur l’importance de l’apprentissage des langues et le réel retard que connaît globalement la France en la matière. Par ailleurs, j’ai suivi un Master en Lettres modernes option Littérature jeunesse.

 – Synthèse de ces différentes expériences, comment présenteriez-vous alors cette pédagogie prometteuse que vous comptez développer à Rennes ?

Claudie Sevellec : En réalité, il n’y a rien de bien nouveau. Plutôt, une conjugaison de recettes pédagogiques éprouvées qui optimise la construction harmonieuse de l’enfant et lui transmet des outils, notamment linguistiques, afin de multiplier ses chances de trouver sa voie dans sa future vie de lycéen puis de jeune adulte.

– D’accord, mais quelles sont les différences avec l’enseignement ‘habituel’ que dispensent les écoles maternelles et primaires publiques ?

Claudie Sevellec : Nous avons en commun le socle référentiel de l’Éducation nationale, autrement dit, nous suivons tous les programmes officiels du Ministère adapté à chaque âge. Mais c’est l’avantage du privé de pouvoir ajouter plusieurs compétences et contenus complémentaires. Par exemple, en terme de mobilier et de jouets, nous nous inspirons de la méthode Montessori. Sur le plan de l’encadrement, il est adapté à chaque enfant afin de ménager une place importante à sa spontanéité dans l’esprit des travaux de la pédiatre Emmi Pikler Loczy. Enfin, la grande spécificité de l’Ecole Lafayette repose dans un enseignement fondé sur le trilinguisme par immersion précoce.

 –  Trilinguisme par immersion précoce – qu’est-ce à dire ?…

Claudie Sevellec : C’est très simple : dans notre école, la langue n’est pas un sujet d’enseignement mais un moyen de communication. Pour ce faire, les enseignantes sont toutes diplômées et spécialisées en petite enfance. Ming Tong enseigne le mandarin depuis plusieurs années, notamment à l’Institut Confucius de Bretagne à Rennes ; Michelle Ait-Mouss travaille, quant à elle, depuis cinq ans aux Petits bilingues. À l’École Lafayette, chacune ne s’exprime que et uniquement dans sa langue maternelle. C’est de cette manière que, loin d’un simple éveil à une culture différente, l’équipe pédagogique accompagne la progression et l’épanouissement de chaque enfant par un apprentissage linguistique naturel et ludique. Quand un enfant demande à une enseignante une information – aller se laver les mains, un ballon pour jouer, une pomme à croquer, le résultat d’une multiplication, l’explication d’un mot, etc. –, il doit le faire dans la langue de la personne à qui il s’adresse. Ainsi, quelles que soient l’activité ou la demande, Ming ne leur parle qu’en mandarin et Michelle en anglais.

école lafayette rennes
(de g. à d.) Michelle Ait Mouss, Claudie Sevellec, Ming Tong

– Et si un petit enfant demande à Michelle, par exemple, un feutre bleu en français…

Claudie Sevellec : Le cas échéant, Michelle lui répond en anglais qu’elle ne comprend pas et, selon l’âge de l’enfant, lui apporte une aide adaptée en anglais. Vous savez, les enfants sont aussi curieux d’apprendre que plastiques dans leur capacité d’adaptation. Il faut très peu de temps aux plus jeunes pour savoir compter aussi bien en mandarin, en anglais qu’en français. Grâce à l’immersion linguistique naturelle intégrale, l’enfant de 3 ans qui arrive à l’École monolingue en ressort à 11 ans trilingue.

– Mais pour accompagner d’une manière aussi soutenue chaque enfant, comment le corps enseignant peut-il être aussi présent à chacun durant toute une journée ?

Claudie Sevellec : Il n’y a pas de mystère : chacune de nos classes ne compte que de 12 à 15 enfants. Ce qui permet un accompagnement personnalisé continu de chacun.

– En intérieur comme en extérieur. Car le terrain qu’occupe votre école privée semble important au regard de ces petits effectifs…

Claudie Sevellec : En effet, nos locaux, dont les travaux sont en cours de finalisation, se situent 13 rue des Landelles (à la frontière entre Rennes et Cesson-Sévigné) en face de la micro-crèche Les Jardins d’Émile. Sur une emprise de 1600 m2 de plain-pied, 320m2 sont dédiés aux activités intérieures (dont une salle de motricité de 64 m2) et l’extérieur se divise en une cour de 600 m2, un jardin potager de 100 m2 et un parc de stationnement pour les parents et accompagnateurs. Par ailleurs, il y’a deux arrêts de bus tout proches, notamment l’arrêt ‘Bas village’ de la ligne 11.

– Infos pratiques : quand les inscriptions ouvrent-elles pour la rentrée de septembre 2015 ?

Dès la soirée portes ouvertes à tous les parents rennais, cessonnais ou de communes plus éloignées qui se déroulera lundi 11 mai à partir de 19h30 dans la salle de réception du Carrousel, 3 rue Nicéphore Niepce à La Courrouze de Saint-Jacques-de-la-Lande. Un moment idéal où les parents découvriront en détail notre établissement, l’intérêt et la puissance de son encadrement pédagogique, avant d’échanger avec l’équipe autour d’un verre.

école lafayette rennes

ecole-lafayette-rennes-logoEcole privée Lafayette
13 rue des Landelles,35510 Cesson-Sévigné
02 56 01 21 47
http://ecole-lafayette.fr

Publirédactionnel

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom