Alors que le festival Mettre en scène bat son plein à Rennes, ce samedi 16 novembre au café-librairie le Dahlia noir se tiendra une étonnante représentation de théâtre attablé…

 

Daniil Harms écrivain russe décédé en 1942 a été de ces poètes exaltés qui ont cru avec sincérité aux possibles de l’utopie révolutionnaire. Membre du groupe artistique Oberiou (qui comptait entre autres membre Malévitch en personne) il se heurtera rapidement, comme tant d’autres, à la morbide rigidité de la doxa bolchévique. Il est arrêté une première fois et condamné à l’exil. Sa poésie, toute d’absurde ironie et de faux-semblants déroutants, est accusée de remettre en cause la dictature du prolétariat. Il rentre en URSS en 1932, mais commet l’irréparable : il continue d’écrire. En 1941 c’est l’internement en hôpital psychiatrique (arme de dissolution massive de la poésie à l’époque, la parfaite expression romanesque de cette réalité se trouve dans Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov). Il y décède en 1942.

D. Harms par lui-même
D. Harms par lui-même

Né en 1986 à Rennes, Mathis Bois s’est très tôt dévoué tout entier au théâtre. Après avoir déjà travaillé sur une dizaine de mises en scène, il se saisit de l’univers renversé et singulier de Harms. Pour offrir une expression à sa prose insolite et émancipatrice, il a décidé, avec leur concours, de placer ses actrices, Lucile Charnier et Maude Fillon, dans une configuration théâtrale qui ne l’est pas moins. Elles sont assises à une table et le public est convié à se placer autour de cette table, voire à combler les vides. À table donc.

J’entends souvent cette expression : « Saisis le moment ! » Facile à dire, pas facile à faire. À mon avis l’expression est absurde. Et effectivement on ne peut inviter les gens à faire ce qui est impossible. (Daniil Harms, années 30)

C’est, pourtant, un peu, ce que Mathis Bois et la compagnie L’Anormale Saisonnière vont s’ingénier à tenter. Par le verbe inversant de Harms, mettre à même hauteur le public et les acteurs. Convier à table de théâtre, le descendre du plateau, l’extraire singulièrement de sa (parfois trop) hautaine singularité.

Un homme extrêmement intelligent alla dans les bois et s’y égara. C’est Tout. (Daniil Harms)

Distribution : C’est Tout – Spectacle attablé autour des textes de Daniil Harms. 
Avec Lucile Charnier et Maude Fillon.
Mise en scène de Mathis Bois/ Compagnie L’Anormale Saisonnière.
Crédit visuel : Pauline Dartois.
Durée : 1 h
Samedi 16 novembre 2013 à 20 h 30
Le Dahlia Noir
18, quai Emile Zola, Rennes (entrée libre)

 

La culture est une guerre contre le nivellement universel que représente la mort (P. Florensky) Journaliste, essayiste, musicien, a entre autres collaboré avec Alan Stivell à l’ouvrage « Sur la route des plus belles légendes celtes » (Arthaud, 2013)
thierry.jolif [@] unidivers .fr

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom