beach art
© Inga Dronartiste

Le beach art, vous connaissez ? Depuis 2019, Inga Smyczynski dessine des fresques géantes sur les plages de Saint-Malo, Cancale et Dinard (Ille-et-Vilaine). Pour des commandes d’entreprises, d’associations, de particuliers ou dans le cadre d’ateliers d’initiation, le sable devient pour quelques heures la toile de ses créations éphémères bien vite rattrapées par la marée.

Inga Smyczynski aurait-elle l’angoisse de la plage blanche ? Monumentales et éphémères, ses œuvres de plusieurs dizaines de long s’étalent sur le sable de la côte d’Émeraude.

Inga Smyczynski est pilote de drone professionnelle depuis 2017. Maîtresse des airs et des vents, elle propose différentes prestations d’images aériennes. Celles-ci peuvent servir à des reportages, de la promotion immobilière ou encore à la mise en avant de l’ostréiculture, dont elle s’est fait une spécialité. Mais son activité la plus atypique est sans doute le beach art.

beach art
© Inga Dronartist

Kézako me direz-vous ? Le beach art (littéralement l’art de plage) dérive du land art, un courant de l’art contemporain qui émerge à la fin des années 1960. Ce dernier s’empare des éléments du paysage comme cadre et matériaux. Un de ses principes fondamentaux est de réconcilier l’art et la vie en produisant des œuvres qui ne sont pas destinées à être enfermées dans des musées ou des galeries. Le beach art consiste à utiliser une plage comme un papier à dessin où l’on trace des fresques monumentales. Art éphémère, vivant entre deux marées, il se rapproche par là de la performance ou du street art.

Désormais liée à la communauté du drone, meilleur moyen d’immortaliser ces œuvres, Inga Smyczynski découvre la pratique en 2019 et s’y essaye. Elle se passionne vite pour cet exercice méditatif demandant précision et patience. Après quelques commandes de proches, elle décide d’en faire une activité à part entière. À des fins de communication ou par plaisir personnel, entreprises, associations ou particuliers peuvent donc s’adresser à elle pour créer en quelques heures des œuvres qui peuvent faire entre 30 et 50 m.

  • beach art
  • beach art
  • beach art
  • beach art

Via l’association Les Sentinelles du sable, Inga Smyczynski propose aussi des ateliers d’initiation au beach art à retrouver tout l’été.

beach art

Site Internet

Article précédentRennes. Les Sisyphe, venez relever le défi entre danse et sport !
Article suivantLa Gacilly. La Nature en héritage pour les 20 ans du Festival photo
Jean Gueguen
J'aime ma littérature télévisée, ma musique électronique, et ma culture festive !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici