Qui connaissait le mot « confinement » ? Qui l’avait employé ne serait-ce qu’une fois ? Pas beaucoup de monde certainement. Pourquoi le Président l’a-t-il employé ? « cloîtré » vous voyez ça ? Sinistre , sauf pour les amateurs de la Trappe, bien entendu. « assigné à résidence »… ça sent la police et le bracelet électronique. Quant à la « quarantaine » c’est la peste noire, le choléra et les bûchers qui débarquent avec le mot…

« Confinement » : Le mot est plutôt joli et il se termine même de façon sympathique. Le mot, oui, mais la chose… Il faut l’amadouer.

Alors on a commencé par la méthode Coué : « C’est pour ton bien ! Rester enfermé à la maison, ce n’est pas une contrainte, tu vas faire un tas de choses… Allez, positive » ! Je ne sais pas si marche pour les autres, mais pour nous ça a été un fiasco.

Après le déjeuner, on a essayé la relaxation. A deux. Et en musique, douce et planante de préférence. On a mis le Boléro de Ravel et on a commencé la respiration abdominale. Ca diminue le rythme cardiaque et ça apaise, paraît-il. On prend conscience qu’on respire et c’est vraiment génial. Mes poumons travaillent bien : on n’a pas le virus ! Youpee ! On est vivant !

Mais, vous savez, le Boléro, ça accélère et même ça n’arrête pas d’accélérer ! Au bout de dix minutes on n’était plus dans le rythme et on confondait souffle et inspiration. Un vrai désastre, la relaxation ! Et ce foutu Boléro qui n’en finissait pas. La télécommande cachée je ne sais où. On n’arrivait plus à respirer… Lessivés. Détruits.

Je sens que le confinement, ça va être dur, très dur. Mais, promis, même si le Tabac du coin est grand ouvert, je ne reprends pas la clope.

école maison

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom