RENNES CINE-DEBAT : PRISON, LE VIEILLISSEMENT EN MILIEU CARCERAL

Organisé par l’association Petits frères des pauvres dans le cadre des Journées Nationales Prisons (JNP), un ciné-débat se tiendra au Théâtre de la Parcheminerie de Rennes jeudi 22 novembre 2018 à 19h30 (entrée gratuite). Sur la thématique du vieillissement en milieu carcéral, il sera illustré par le documentaire « Vieillir à l’ombre », suivi d’une table ronde en présence de bénévoles et de professionnels du milieu carcéral. Cette projection sera l’occasion d’ouvrir la parole sur un sujet qui rassemble et divise à la fois, entre justice et humanité.

Les Journées Nationales Prisons

JNP

Les Journées Nationales Prisons (JNP) visent à sensibiliser le grand public aux thématiques carcérales à travers de nombreuses manifestations et événements. Du 22 au 25 novembre, la thématique de cette année est « La peine de corps »; comprendre donc que la peine morale infligée par la justice peut dans certains cas s’accompagner d’une peine physique non-prévue par la condamnation. « De la place du corps en prison à l’impact de la prison sur les corps, la prison se lit aussi sur les corps » affiche l’événement, qui connaîtra à Rennes quelques événements, parmi lesquels un ciné-débat.

PURGEANT DE LONGUES PEINES OU INCARCÉRÉS À UN ÂGE AVANCÉ, LES DÉTENUS ÂGÉS SE RETROUVENT SANS HORIZON POSSIBLE.
« VIEILLIR À L’OMBRE » NOUS FAIT PARTAGER LEURS RÉFLEXIONS, LES MONDES CERCLÉS D’HABITUDE QU’ILS SE SONT RECRÉÉS EN DÉTENTION, LES LIENS TÉNUS ET BOULEVERSANTS AVEC L’EXTÉRIEUR QU’ILS SONT ARRIVÉS À MAINTENIR.

La cage du Temps

Dans le cadre de cette thématique, le film diffusé s’intitule « Vieillir à l’ombre » (de Johanna Bedeau, 2014). Loin des ordinaires histoires d’évasion ou de gangsters, la cinéaste propose un regard sensible sur l’humain derrière le prisonnier ; sur le temps long et la pensée de ceux qui vieillissent en prison. Rarement dans notre société le prisonnier a la possibilité de s’exprimer, de nous parler de sa condition et nous de l’écouter. Pourtant, que l’on soit pour ou contre l’enfermement carcéral à long-terme, ce dialogue peut et devrait nous intéresser.

« J’ai vu les détenus longues peines vieillir en prison ; l’abandon progressif des familles fait naître un désespoir terrible, et il n’y a pas de réelle réinsertion possible, encore moins pour les vieillards. », décrit-elle, tandis qu’elle s’interroge sur le peu d’accompagnement dont bénéficie les détenus sur le plan psychique.

Henri_Cartier-Bresson_brods_prison_leesbury
Photo de Henri Cartier Bresson

CELA DÉRANGE DE PARLER DE LA VIEILLESSE, CELA DÉRANGE AUSSI DE PARLER DE L’INCARCÉRATION… ET LES DÉTENUS VIEILLISSANTS EN DEVIENNENT INVISIBLES AUX YEUX DES  » VIVANTS « .

Son témoignage interpelle : « Au centre pénitencier de Liancourt, quinze détenus ont plus de 60 ans et le plus vieux vient de fêter ses 80 ans. On estime que près de la moitié des détenus ne veulent plus sortir de prison. La plupart sont malades, handicapés, ou simplement trop vieux pour avoir un emploi. Quand on leur demande : « Qu’est-ce que tu vas faire quand tu vas sortir?  » Ils répondent : « Rien. ». Penser à sa vie à l’extérieur sans avoir quelqu’un à qui parler est terriblement pesant, disent-ils »

La société peut-elle remettre en question son système carcéral lorsqu’il s’agit de personnes âgées ? Quels sont au contraire les intérêts d’un maintien en détention ? Faut-il encourager les libérations conditionnelles dans certains cas ? Autant de question que le film pointera du doigt et sur lesquelles le public présent pourra réagir.

La dignité sous écrou

L’association Petits frères des pauvres (P.F.P.) est à l’initiative de cette soirée consacrée au vieillissement en milieu carcéral. Elle lutte contre l’isolement des aînés et cherche à reconstruire du lien social avec celles et ceux qui en ont le plus besoin. Pour cela, les P.F.P. organisent des visites de bénévoles dans des maisons de retraite, des EHPAD et depuis 2002 dans des prisons. Pourquoi dans les prisons ?

ciné débat prison

L’isolement c’est une double peine.

Le nombre de détenus de plus de 60 ans a sextuplé (x 6) entre 1990 et 2015 en France, représentant aujourd’hui près de 3.5% des détenus, contre 1% à peine en 1980. On parle même d’un « papy-boom » derrière les barreaux. Si ce vieillissement trouve des explications d’ordre social et judiciaire, elle pose également des questions sur comment adapter le système carcéral à cette nouvelle population.

petits frères des pauvres

« C’est la question de la fin de vie. La question de la dignité. La question de la chaleur humaine également. » commente Frédéric Mary (salarié de l’association P.F.P) pour qui la décision judiciaire, si elle n’est pas contestable, ne devrait pas annihiler la dignité de la personne mise sous écrou. « On pourrait penser qu’il est normal que ces personnes soient seules, car jugées et punies. Mais l’isolement c’est une double peine. La prison c’est la privation de liberté, et rien d’autre. Il faut chercher comment rendre cette peine vivable, surtout chez les individus les plus fragiles, comme les personnes âgées. »

D’autant que cette question du vieillissement en prison n’est qu’un spécimen, grossit par son contexte si particulier, des questions sur le vieillissement global de la population française. Les questionnements qui s’y posent s’appliquent également à « nous », citoyens libres, comme on a pu le constater récemment lors des différentes actualités ayant trait au manque de personnel et de moyens alloués aux EHPAD en France. Des établissements qui ne se disent plus toujours en mesure d’assurer la sécurité et la dignité de leurs patients… Réfléchir ensemble à des solutions pérennes et respectueuses, c’est aussi ce que proposent les J.N.P.

« Chaque citoyen doit pouvoir espérer vivre dans une sécurité suffisante, mais chaque citoyen doit aussi pouvoir bénéficier d’une Justice respectueuse des droits de l’homme. » Les J.N.P

Une table ronde sera donc animée par Mathieu Lozanne, suite à la projection, en présence de deux représentants de l’administration pénitentiaire, de bénévoles des P.F.P intervenant au centre pénitentiaire de Fresnes et d’une assistant sociale en poste à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis. Y seront débattues les questions autour du vieillissement en milieu carcéral.

Ciné-débat le 22 novembre 2018, de 19h30 à ??. 
– « Vieillir à l’ombre » de Johanna Bedeau, projection à 20h
– Table ronde animée par Mathieu Lozanne

Au Théâtre de la Parcheminerie, à Rennes
(23 rue de la Parcheminerie, 35000 Rennes)

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom