Propriétaire du domaine de Kerampuilh, la Région Bretagne s’est engagée dans une vaste opération de restauration du château de Kerampuilh. Ces aménagements visent à créer des espaces de bureaux et conférences, à mettre le bâtiment aux normes, à assurer un traitement thermique de qualité et à redonner aussi son aspect originel à ce lieu remarquable à travers la remise en état de sa toiture et de ses façades.

Le domaine de Kerampuilh (60 000 m2) est exceptionnellement vide en cette période où, d’ordinaire, des dizaines de milliers de festivaliers profitent du festival des Vieilles Charrues.

Le château de Kerampuilh appartenait à la famille De Saisy. Cette lignée de châtelains fait construire en Plouguer un premier château à quelques pas de l’actuel lycée Diwan. Ce premier édifice n’existe plus, et le second ainsi que divers bâtiments annexes (grange à calèches, écuries et logement pour le cocher), sont édifiés en 1760 par Charles Robert, Comte de Kerampuilh et Conseiller au Parlement de Bretagne.

chateau kerampuil

Le château de Kerampuil est resté propriété de cette même famille jusqu’à la Révolution française. L’édifice est alors confisqué avant d’être vendu comme bien national. Sous la Restauration, il est restitué à la famille de Kerampuilh, qui le cède en 1939, sous réserve qu’il serve d’hospice. Emmanuel Joseph de Saisy de Kerampuil propriétaire du château à partir de 1833, encourage l’agriculture sur ses terres et organise « La fête des 500 charrues » Le château devient propriété municipale en 1999.

La chapelle de Kerampuil est édifiée sur les fondations d’un oratoire plus ancien en 1840. Elle abrite, outre des statues de Charles Borromée, auquel l’édifice est dédié, et de sainte Agathe, un maître-autel surmonté d’un baldaquin provenant de la chapelle des Ursulines à Carhaix. A l’intérieur on peut lire l’inscription suivante : « Cette chapelle sous l’invocation de saint Charles Borromée, consacrée à la mémoire d’Agathe d’Andigne de Mayneuf, vicomtesse de Saisy, par son mari, fut reconstruite sur les fondations de celle ou Nosseigneurs les Evêques de Quimper, Vannes et Saint-Brieuc, réunis au château de Kerampuil, officièrent en 1802 après le concordat qui rétablissait la religion catholique en France ».

Au gré de cette transformation, le bâtiment a subi un vaste remaniement et perdu tous ses intérieurs, excepté un escalier de bois (aujourd’hui disparu) à double révolution avec balustres et portes. Inscrit à l’inventaire des Monuments Historiques en 1965 (façade et toitures). Acquis par la Ville de Carhaix en 1999, il est revendu à la Région en 2010 pour un montant de 1,5 M€.

chapelle kerampuil

Débuté en février dernier, le chantier de restauration du château de Kerampuilh devrait être livré au printemps-été 2021. Une fois restauré et aménagé sur 870 m2 de surface utile, le château proposera une salle de conférence de 50 places et 30 postes de travail. Il accueillera les services de l’Office Public de la Langue Bretonne ainsi que des espaces dédiés aux agents régionaux du nouvel Espace Territorial du Centre Bretagne qui s’articule autour de deux sites, Pontivy et Carhaix.

Réalisés sous mandat de la Sembreizh, les travaux ont été confiés au cabinet d’architectes Chabennes et Scott (Nantes).

Cette opération, d’un montant global de 4,36 M€, permet aussi de revoir les abords du château, de créer un stationnement vélo protégé et de garantir l’accessibilité aux personnes handicapées.

Il restera ensuite à traiter le clos et le couvert des dépendances (écurie et chapelle) et les questions d’accès et de flux sur l’ensemble du site.

Géré depuis 2010 par AILES (Association d’Iroise pour le Logement, l’Emploi, les Solidarités), le domaine abrite aussi les locaux du lycée Diwan et une structure d’hébergement (internat du lycée et hôtellerie sociale, hors période scolaire) où les bénévoles du festival sont logés chaque été.

chateau kerampuil carhaix

L’autre chantier : l’extension du lycée Diwan

Parallèlement au chantier du château de Kerampuilh, la Région a lancé des études en vue d’agrandir les locaux du lycée Diwan où les 380 élèves et leurs enseignants sont à l’étroit. L’extension envisagée porte sur les espaces de vie scolaire, le CDI et les salle de classe. Le dépôt de permis de construire est prévu cet été pour un début des travaux en février 2021 et une livraison en deux temps : fin 2021 pour le premier bâtiment et septembre 2022 pour le second. Le montant global de l’opération est estimé à 4,5 M€.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom