Comme Charles Zaremba, les traducteurs et traductrices, souvent dans l’ombre de la chaîne du livre et, plus généralement de la création littéraire, travaillent à offrir au lectorat les découvertes étrangères. Baudelaire traducteur de Poe, Alexandre Vialatte et la littérature allemande, Henri Thomas, Philippe Jaccottet : certains demeurent célèbres. En France, un livre sur six est issu de la traduction. Qui sont ces traducteurs ? Comment considèrent-ils leur travail ? Quelle est leur relation à l’œuvre originale ? Première rencontre avec Charles Zaremba, grand traducteur de Kertész et des littératures hongroise et polonaise.

Dostoïevski HegelVous connaissez sans doute Imre Kertész, prix Nobel de littérature. Vous connaissez peut-être, dans la superbe littérature hongroise, Sandor Marai, Laszlo F. Földényi ou encore Attila Bartis. Peut-être avez-vous lu certains auteurs polonais comme Andrzej Stasiuk ou Marek Krajewski. Sur la couverture, en petites lettres minuscules (mais pourtant capitales), vous trouverez un nom : celui de Charles Zaremba. Né en 1959, ce linguiste et spécialiste des langues slaves enseigne à l’université d’Aix-Marseille. Depuis les années 90, il a traduit près d’une trentaine de textes issus des littératures hongroise et polonaise : des romans, des nouvelles, des essais, et même un livret d’opéra ! Il est connu pour être le traducteur du hongrois Imre Kertész, prix Nobel de littérature en 2002. Entretien avec un passeur.

Unidivers : Comment en êtes-vous venu à devenir traducteur ?

Charles ZAREMBA
Imre Kertész

Charles Zaremba : Question difficile. Vivant depuis toujours dans un milieu bi- voire plurilingue, c’était naturel.

Unidivers : Pouvez-vous nous parler de votre vision de ce métier, de ce travail ?

Charles Zaremba : C’est pour moi une activité artisanale, au sens où chaque réalisation est nouvelle et unique et où chaque traducteur a ses « ficelles ».

Unidivers : Un traducteur, selon vous, est-il un écrivain ?

Charles ZAREMBACharles Zaremba : Dans une certaine mesure. Je dirais plutôt un « auteur second » dont l’invention se limite au maniement de la langue.

Unidivers : Vous êtes linguiste et spécialiste des langues slaves. En quoi ce travail universitaire participe-t-il à votre œuvre de traducteur ?

​Charles Zaremba : Il me permet de prendre de la distance avec les structures linguistiques, d’accepter les contraintes purement linguistiques qu’imposent certaines langues, indépendamment de toute volonté de l’auteur.

Unidivers : Comment abordez-vous l’œuvre de Kertész, que vous avez traduit ?

Charles ZAREMBACharles Zaremba : En tant que lecteur – comme tout le monde. En tant que co-traducteur, comme un défi à relever.

Unidivers : Quel regard portez-vous sur les littératures polonaise et hongroise ?

Charles Zaremba : Curieux, attentif. La production des deux pays est importante, mais rien ne se détache vraiment du lot dernièrement.

Unidivers : Quel est le meilleur moment, jusqu’à maintenant, de votre vie de traducteur ?

Charles Zaremba : Les brefs instants de bonheur que procurent les « trouvailles ». Et l’adaptation scénique du Kaddish de Kertész, interprétée par Jean-Quentin Chatelain, qui montre que le texte français « fonctionne ».

Charles ZAREMBA
Adaptation scénique de Kaddish

Unidivers : Est-ce que le traducteur, selon vous, ressent comme l’écrivain un sentiment d’insatisfaction à la fin de sa traduction ?

Charles Zaremba : Pas à la fin, mais au moment de la parution.

Unidivers : Est-elle toujours perfectible ?

Charles Zaremba : Oui.

 

Charles Zaremba est linguiste et traducteur littéraire du hongrois et du polonais

TRADUCTEURS TRADUISEZ ! RENCONTRE AVEC CHARLES ZAREMBA was last modified: mars 24th, 2017 by Thibault Boixiere

Laisser un commentaire