RENNES. AU MUSÉE DE BRETAGNE ON TROUVE DE TOUT DANS UNE ARMOIRE !

Dans le cadre de la Nuit européenne des musées, samedi 18 mai 2019, le Master Humanités numériques de l’Université Rennes 2 et le Musée de Bretagne inaugureront la nouvelle vitrine « S’habiller en Bretagne » et le parcours-jeu « On trouve de tout dans une armoire ! », téléchargeable gratuitement en ligne. Cette nouveauté numérique, soutenue par Unidivers, est réalisée par les étudiantes de ce Master encore jeune mais prometteur dans le paysage universitaire rennais et mettra en valeur les collections de vêtements du musée. Présentation.

Humanités numériques rennes
Sophie Saignol, Sophie Briand, Marie Dupont, Amélie Ferret, Manon Migliaccio, Lucie Saëz, Isabelle Riquet et Laurine Le Rolland-Raumer

Huit étudiantes en deuxième année de master composent la première promotion du master Humanités numériques, créé à la rentrée 2017 à l’Université Rennes 2. Cette formation pluridisciplinaire a pour objectif d’accompagner le tournant numérique de la recherche en Arts, Lettres, Langues, et Sciences humaines et sociales.

« Ce master est construit en bidiplomation. Parallèlement au master Humanités numériques, on s’inscrit dans un master disciplinaire en histoire, lettres, langues ou design. Il tend à faire le lien entre des chercheurs en Sciences sociales — dont la discipline est finalement très peu tournée vers le numérique, ou du moins très peu encore — et des techniciens du numérique. Nous sommes formés afin d’être capables d’entendre les deux discours et de créer des propositions » explique Lucie Saez, étudiante en master recherche Histoire et Humanités numériques.

Afin de valider leurs acquis, un projet collaboratif est organisé avec un acteur territorial intervenant dans le champ des humanités numériques. Pour ce premier partenariat, le musée de Bretagne a répondu présent à la demande des deux enseignantes référentes, Karine Karila-Cohen, maître de conférences en Histoire grecque, et Fabienne Moreau, maître de conférences en informatique. Dans le cadre de la refonte du parcours permanent, il a été demandé aux étudiantes de réaliser un parcours-jeu téléchargeable autour de la nouvelle vitrine « S’habiller en Bretagne », inaugurée à l’occasion de la Nuit européenne des musées, samedi 18 mai 2019.

s'habiller en bretagne rennes

« Tout dépend du type de musée, mais le numérique est à un stade où il ne rentre pas encore totalement dans les habitudes de l’usager du musée », souligne Lucie Saez. Lancée en 2012, Guidigo est une plateforme web téléchargeable gratuitement sur smartphones utilisée par le musée de Bretagne depuis 2015. Elle permet aux musées de créer des visites guidées accessibles sur les appareils mobiles. « Une fois téléchargé, le parcours est accessible sans internet et est autonome. Il peut-être écouté avec ou sans casque ».

Aux côtés des sept parcours déjà accessibles sur la plateforme Guidigo – dans les parties Préhistoire, Moyen-âge et Révolution – s’ajoutera On trouve de tout dans une armoire ! Petite histoire du vêtement en Bretagne. Cette nouveauté numérique, la seule dans cette partie du parcours permanent, intégrera la nouvelle vitrine « S’habiller en Bretagne » et valorisera la collection de costumes du musée à travers un projet destiné à tous les publics.

Un parcours-jeu pour petits et grands dans l’intimité d’une famille bretonne 

Humanités numériques rennes
La grand-mère Marie-Ange (1954 – .)

Le récit fictif inventé par les étudiantes plongera les visiteurs dans l’histoire d’une famille bretonne. « La première réflexion a été de savoir ce que représentait le musée de Bretagne, un musée de société. Cette spécificité passe selon nous par la vie quotidienne, les habitudes, et surtout le témoignage et le patrimoine familial. L’idée première était de retrouver des souvenirs que l’on partage tous, mais que l’on a pas forcément l’occasion d’évoquer communément ».

Devant un héritage breton bien ancré, amener les publics dans l’intimité d’une famille est apparu comme une évidence et un bon point de départ. À partir de la discussion entre une petite fille et sa grand-mère, sur les vêtements ancestraux conservés par la famille, On trouve de tout dans une armoire ! questionne des objets que l’on trouve aisément dans nos armoires ou dans celles de nos aïeux.

s'habiller en bretagne rennes
Portrait de la famille Taligot (de Luitré) en studio par Fleury Amédée (31 août 1878 – 29 décembre 1961), négatif sur verre ; 1ère moitié du 20e siècle, Luitré. Matière(s) et technique(s) : Verre (Noir et blanc, Gélatino, bromure d’argent)

Alors que les deux discutent, la chronologie remonte à travers les générations et plonge dans l’histoire d’une famille qui peut résonner avec celle du visiteur. « En parlant avec nos familles et nos grands-parents du sujet, beaucoup de souvenirs sont remontés. Si cela a fonctionné avec nous, ça peut forcément fonctionner avec les usagers du musée », explique Lucie Saez.

À travers différents défis ou questions, le parcours On trouve de tout dans une armoire ! intègre une partie jeu afin de rebondir sur les informations données au préalable et en apporter de nouvelles. « Nous avons essayé de varier les difficultés, notamment pour le jeu, afin qu’il soit utilisé non pas seulement par l’enfant, mais idéalement par la famille », poursuit Sophie Saignol, étudiante en master professionnel Didactique des langues et Humanités numériques.

Humanités numériques rennes
La petite-fille Héloise (2011 – .)

Découverte du vêtement breton, mais pas seulement !

« Une fois la famille localisée dans une région, la mode doit suivre cette localité. C’est la difficulté principale en Bretagne, chaque localité a sa propre particularité. Il a fallu traduire cette particularité avec le scénario », souligne Sophie Saignol. L’histoire commence en Basse-Bretagne avec Marie, l’aïeule née au XIXe siècle, avant de migrer vers la Haute-Bretagne. Plus qu’une plongée dans l’histoire du vêtement breton, les étudiantes abordent des thèmes plus larges comme l’immigration économique.

Des recherches ont été menées autour des prénoms, des métiers et des déplacement afin d’éviter des problèmes chronologiques, des contresens historiques et coller au réel. « Les vêtements ont une vie, il fallait la conserver. On s’est tourné vers les familles qui existaient déjà au musée de Bretagne, les grandes familles qui ont légué beaucoup de vêtements – continue Laurine Le Rolland-Raumer, étudiante en master recherche disciplinaire Histoire et Humanités numériques. Nous avons essayé d’être le plus neutres. Pour le choix des prénoms, nous avons fait des statistiques afin de connaître ce qui était à la mode en fonction des périodes et ne pas tomber dans les clichés ou employer des prénoms bretons que personne ne portait à l’époque ».

s'habiller en bretagne rennes
De gauche à droite : Coiffe du pays de Fougères / deux chapeaux (vers 1936)

Mise en valeur des collections en réserve 

« Un des enjeux du projet était de mettre en avant le portail des collections ». Avec des collections immenses, parfois trop méconnues, On trouve de tout dans une armoire dévoilera des photographies de vêtements et accessoires soigneusement conservés en réserves pour des raisons de conservation. « Des coiffes bretonnes ne peuvent pas être exposées, une photo permet de découvrir des objets difficilement exposables », conclut Laurine Le Rolland Raumer.

s'habiller en bretagne rennes
​Robe d’enfant. Utilisations : Rennes, Fête. 3e quart du 20e siècle. Matière(s) et technique(s) : Coton, Papier, Métal (Tarlatane, Crépon)

Plus qu’un simple parcours jeu, On trouve de tout dans une armoire s’intéresse à plusieurs enjeux muséologiques du musée de Bretagne, comme la découverte de la richesse du portail des collections (accessible sur leur site) et la valorisation des collections en réserves.

Samedi 18 mai 2019 – Inauguration du jeu-parcours On trouve de tout dans une armoire ! Petite histoire du vêtement en Bretagne dans le cadre de la Nuit Européenne des Musées. Application Guidigo téléchargeable sur smartphones.

Musée de Bretagne

10 Cours des Alliés
35000 Rennes

De septembre à juin, ouvert du mardi au vendredi de 12h à 19h (dès 10h durant les vacances scolaires), le samedi et dimanche de 14h à 19h.

Fermé lundi et jours fériés

Infos / Réservations : 02 23 40 66 00

2 Commentaires

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom