Deux projets ont été retenus par le Comité de sélection de l’appel à projets artistiques Unidivers 2016 : Architexture de Carole Fromenty et Une Obscure échappée de Lionel Tarchala et Nicolas Barette.

 

Tous les hommes ont un secret attrait pour les ruines. Ce sentiment tient à la fragilité de notre nature, à une conformité secrète entre ces monuments détruits et la rapidité de notre existence. (François René de Chateaubriand, Génie du Christianisme, 1802)

Apercevoir, au cours d’une déambulation dans les rues d’une ville fraîchement découverte, une façade délabrée, une ruine que les bâtisseurs n’ont pas encore rasée, un monument rongé par la lèpre du temps, m’émeut. J’aime ces villes qui ont su préserver leurs ruines, quelques décrépitudes me touchent plus que la morne esthétique des villes entièrement restaurées, trop pimpantes pour susciter l’émotion. Rien de plus déprimant que la cohérence des villes nouvelles. La cohabitation des époques est l’essence même d’une ville vivante. Les ruines sont ambivalentes. Elles sont les victimes du temps mais aussi un signe de résistance à l’inexorable destruction, médiatrices entre perception du temps et perception de l’espace. Depuis le XVIIIe siècle qui voit émerger la pratique des fouilles archéologiques, les ruines ont fasciné bon nombre d’artistes. Diderot l’a écrit, la ruine permet de méditer sur le cours du monde et la condition humaine : « Il faut ruiner un palais pour en faire un objet d’intérêt ». La ruine est signifiante, elle préfigure la mort, souligne la petitesse des hommes, et notre finitude. On connaît leurs représentations : des ruines dessinées et peintes par Caspar David Friedrich (1774-1840) au travail contemporain de Cyprien Gaillard. Mais aussi la photographie documentaire qui prend en charge la représentation de la ruine, des premières photos de bâtiments détruits réalisées après la Commune et la Première Guerre, aux photos de villes aujourd’hui ravagées par les conflits au Moyen-Orient ou par les catastrophes naturelles.

Le cinéma et la vidéo ont aussi exposé la ruine : le cataclysme des villes anéanties aux films américains de fin du monde. Ce sont ces représentations, comme ces bâtiments vétustes croisés au fil des rues, qui nous rappellent encore que tout alignement peut se rompre, toute édification s’effondrer, toute unité se fragmenter, tout ordre devenir désordre. Memento Mori.

architexture

 

**************************************

Carole Fromenty
Carole Fromenty

Carole Fromenty est née en 1965, diplômée en design textile de l’EAA Lyon en 1989. Vit et travaille à Rochetaillée sur Saône.

Carole Fromenty s’est tout d’abord spécialisée dans le motif et l’impression textile.

Actuellement inscrite au cœur des courants contemporains réformateurs de la pratique de l’art textile, elle engage dans son travail, un dialogue social et culturel, un commentaire historique, un examen des questions personnelles de l’identité, de l’interdépendance, de l’équilibre. Ses travaux résultent souvent d’une hybridation des genres: dessins, broderies, photographies, tissus et objets s’y mêlent et sont traversés de correspondances et de références multiples.

Elle participe à de nombreuses manifestations d’art textile contemporain en France et à l’étranger (biennales du textile d’Angers, Tournai, Vilnius, Venise, Côme, Mexico…). Ses œuvres sont présentes dans de nombreuses collections privées et publiques (acquisition Musée Jean Lurçat et Prix de la création à Vilnius en 2012).

Elle enseigne aussi le design textile à l’Ecole nationale Supérieure des Beaux Arts de Lyon où, de son expérience de designer textile acquise auprès de nombreux éditeurs et studios de création, elle communique son intérêt pour les signes et les motifs et considère le tissu comme un support d’expression actuel, paradoxal, à la fois social et intime, technique et symbolique.

Expositions récentes:

2015 —La Grande Galerie .Savasse. 26
2013 —Du Rhône à la Baltique. Centre Thormann-Speicher. Wismar . Allemagne
2013 —Festival du lin, Chapelle de St Pierre-le-vieux. 76
2012 — Xe triennale internationale des textiles. Musée Lurçat . Angers . 49
2011 —Prix de la création 7th International Biennial of Textile “Vanish/Survive”. Gallery “Arka”. Vilnius. Lituanie
2011 — 7e Triennale Internationale des Arts Textiles Contemporains. Tournai. Belgique
2011 — Galerie Intuiti. Paris. 75
2011 — Biennale du textile. Museo di Palazzo Mocenigo. Venice. Italie
2011 — Magico textil . VI Biennale de l’art textile contemporain. WTA-Aire. Mexico. Mexique
2011 — 4° Concorso europeo per un merletto a fuselli. Museo didattico della Seta – Como .

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom