Critique d’art d’humeur romantique ou massacrante selon ses mots, poète et auteur de chansons, Charles Estienne (Brest, 1908 – Paris, 1966) est une figure majeure du monde de l’art des années 1950 et 1960. Il est le talentueux chroniqueur et polémiste des rubriques « arts » de journaux comme Combat, France Observateur où Art d’Aujourd’hui.

Marqué par l’œuvre de Paul Sérusier découvert en Bretagne en compagnie de Jean Deyrolle et par la pensée de Kandinsky, il s’intéresse aux artistes contemporains dès son arrivée à Paris en 1945 devenant un fervent défenseur des artistes de la deuxième école de Paris puis particulièrement des abstraits lyriques. Proche d’André Breton – leur rencontre date de 1947 – il participe à la vie de la galerie A L’Etoile scellée dans laquelle Breton va montrer les jeunes talents à côté des surréalistes. Il est l’auteur de nombreux textes, dont L’Art abstrait est-il un académisme ?,    pamphlet    dirigé    contre    l’abstraction    géométrique    jugée    « froide »    et formaliste.
Profondément attaché à sa région, il invite en 1954 ses amis peintres à séjourner dans le Finistère, afin qu’ils se confrontent aux éléments naturels. Ce fut pour Jean Degottex (1918- 1988), René Duvillier (1919-2001), Jan Krizek (1919-1985), Serge Poliakoff (1900-1969), Fahr- El-Nissa Zeid (1901-1991) et Pierre Jaouen une révélation. C’est autour de cette sorte d’« École    d’Argenton »    qu’a    démarré    la    collection    contemporaine    du    musée    de    Brest, enrichie en 2010 par l’acquisition d’une œuvre de Degottex, L’Épée dans les nuages.
L’exposition, réalisée en partenariat avec le Frac Bretagne est forcément sélective et de parti-pris. Elle retrace le parcours critique et passionné de Charles Estienne, des maîtres de l’École de Pont-Aven aux peintres abstraits de l’après guerre. Elle part des œuvres du Frac et du musée de Brest et bénéficie de nombreux prêts de plusieurs grands musées, d’archives (Archives de la critique d’art à Rennes et Bibliothèque Kandinsky – Centre Pompidou) et de collections particulières.
Catalogue à paraître en juillet 2011
Commissaires de l’exposition : Françoise Daniel, directrice du musée des beaux-arts de Brest, Catherine Elkar, directrice du Frac Bretagne
Musée des Beaux-arts de Brest 24 rue Traverse 29200 Brest 02 98 00 87 96 Ouvert tous les jours sauf lundi et dimanche matin
10h – 12h ; 14h – 18h Ouvert le lundi pour les groupes sur rendez-vous Ouvert le 14 juillet.

Animula blandula vagula : Âme de diaphane intimité, hôtesse et compagne de mon corps, tu verses vers des lieux délavés, escarpés et dénudés, où ne résonnent tes jeux d’esprit…

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom