Au-delà des politiques, l’Association des Amis de l’Algérie travaille à une réelle concorde des peuples français et algériens, par l’échange, le dialogue et le débat. Les Amis de l’Algérie vous invitent à une conférence, projection et débat autour de trois ouvrages traitant de cette tragédie en présence de trois personnalités ayant un lien avec les évènements du 8 mai 1945.

Jean Louis Planche présentera et dédicacera son livre Sétif 1945 : histoire d’un massacre annoncé.

L’Algérie colonie française, Constantine, alors, département français est isolé par l’armée et devient le théâtre de nombreux massacres durant plusieurs mois. L’événement déclencheur, une fusillade à Sétif le 8 mai, lors de la fête célébrant la fin de la guerre. Une psychose collective s’empare de la ville de Sétif dans la nuit du 8 au 9 mai. Grâce au téléphone cette psychose se propage jusqu’à Constantine. A Alger des directives sont prises qui favorisent les conditions du passage à l’acte chez les responsables civils et militaires. Au petit matin du 9 mai à Guelma, les massacres commencent. Le résultat a été le plus grand massacre de civils par des civils en temps de paix dans l’histoire de la France contemporaine d’après les travaux de l’historien Jean Louis Planche.

Omar Mokhtar Châalal interviendra de Sétif par vidéo-­conférence et présentera son livre Talghouda.

Talghouda, chronique amère d’un temps où l’espoir peu à peu s’installa dans l’esprit révolté du peuple algérien humilié, affamé, dont la jeunesse avait été sacrifiée en masse, et à deux reprises, sur l’autel de la « Mère Patrie». Un peuple qui se permettait d’oser croire que la France reconnaissante paierait sa dette de sang en lui accordant l’indépendance. Talghouda est le nom d’une racine que les plus pauvres déterraient pour se nourrir. C’est pour avoir le droit de conserver cette racine qu’au cours d’un des passages, peut-être le plus violent, de ce récit, une malheureuse paysanne, soucieuse de la survie de sa famille menacée de mourir de faim, se soumettra à l’oppresseur en présence de ses enfants et de Benzine, témoin impuissant de cette humiliation…

Azouz Begag (voir notre entretien) présentera et dédicacera sa BD : Leçons coloniales.
Ecrivain, sociologue et ex-ministre délégué à la promotion et à l’égalité des chances évoque dans la BD « Leçons coloniales » ses propres racines algériennes, dans la ville de Sétif où son père est né et a vécu avant de partir en France. Le graphisme de Djilali Defali offre un support idéal aux textes de Begag. L’héroïne de cette BD, Marie Delmas, animée par une volonté et de bonnes intentions, débarque à Sétif, juste avant la fin de la seconde guerre mondiale. Elle vient appliquer la loi républicaine et instruire la population indigène. Elle va se heurter aux idées enracinées dans la société coloniale selon lesquelles l’école de la République n’est pas faite pour instruire les musulmans.

[stextbox id= »info » color= »0000ff »]

Programme de la Soirée 11 mai 2012
Lieu : Maison des Associations de Rennes à 19 h
Animation Amine Boukerche
19 h : Mot de bienvenue Toufik Hedna, Président de l’association « Amis de l’Algérie ».
Intervention Omar Mokhtar Châalal
Intervention Azouz Begag
Intervention Jean Louis Planche
Intervention Edmond Hervé
Débat
Dédicaces des livres en présence des auteurs
Clôture.
Programme de la journée 12 mai 2012
Lieu : Centre Culturel Avicenne à Rennes à 10h00
Exposition Planches de la BD Leçons Coloniales
Dédicaces de la BD avec Azouz Begag

[/stextbox]

 

 

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom