Aujourd’hui, samedi, Quévilly rencontre Lyon, en finale de la coupe de France, sans l’équipe rennaise de M’Vila et ses supporters. Aujourd’hui, les amateurs vont affronter les millionnaires lyonnais. Ils auront tout un peuple derrière eux, celui de Normandie, mais aussi ceux qui, smicards, espèrent une revanche des petits contre les grands…

A Rennes, les Rennais ne regarderont pas la finale. Ils n’allumeront pas la télé et pesteront contre les Rouge et Noir, leurs footballeurs. « On devait la ramener, cette coupe à la maison. Ce sont vraiment des nuls », protesteront-ils, bien assis dans leur canapé, à côté de leurs femmes tendrement choyées en charge du service des bières.

« Les aristos contre les populos »

Pour ceux qui ne comprennent rien au sport, laissez tomber…et préférez le débat entre François Hollande et Nicolas Sarkozy, mercredi prochain. Les autres tenteront de comprendre la réaction des supporters du Roazhon celtic kop, qui, lors d’un récent match entre Rennes et Nice ont tout bonnement déserté la tribune de Mordelles, déployé des banderoles pas du tout sympas et insulté M’Vila et ses copains. Rien de grave, vous me direz… c’est du foot. Mais sachez-le, pour nos mangeurs de galettes/saucisses, c’est sérieux, très sérieux. Ils se démènent pour épauler leur équipe et payent un billet d’entrée (pas toujours donné au vu de leurs salaires). En conséquence de quoi, ils demandent un peu de respect et des victoires de la part de joueurs millionnaires…

Mais entre supporters, on n’est pas tous d’accord. Chez les populos, on râle contre les joueurs et chez les aristos (ceux assis dans les belles tribunes), on râle contre les populos qui sifflent… On l’a toujours dit : les sifflets n’ont jamais été l’apanage des gens bien éduqués. Mais tout de même… on a bien envie de siffler avec nos amis du Roazhon celtic kop. Il y a un je-ne-sais-quoi de bon sens dans leur révolte. Car quand on gagne à peine 2000 euros bruts par mois (pour beaucoup), on espère du rêve le samedi soir. On souhaite que les jeux soient à la hauteur des espérances, à défaut d’avoir du pain. On attend beaucoup mieux de joueurs qui glanent en moyenne 40 000 euros bruts par mois…

« 40 000 euros brut par mois »

Heureusement, Patrick Le Lay, le « chef » des Rouge et Noir, a retrouvé un langage de patron et parlé de fautes professionnelles pour ses joueurs. Heureusement M’Vila a signé des autographes cette semaine pour regagner la confiance des supporters. Heureusement, Rennes a gagné à Brest…contre l’équipe d’un entraîneur communiste. Malheureusement, rien ne peut plus justifier les hauts salaires des joueurs quand tout le monde peut voir sa carrière achevée au bout de deux ans dans n’importe quelle entreprise…
                                                                   Jean-Christophe Collet

Au Stade Rennais : la révolte des mangeurs de galette/saucisse

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom