C’est le retour de ce festival très attendu à Rennes : du 30 mai au 5 juin 2016, le Triangle propose son édition 2016 d’Agitato. La danse contemporaine est à l’honneur, et dans le droit fil du mouvement actuel, les danses urbaines sont également très bien représentées. Mêlées aux spectacles, de nombreuses invitations à danser sont lancées.

 

Agitato 2016
Florence Casanave Youtubing (photo Mathieu Fisson)

Tourné vers tous les publics, le festival Agitato édition 2016 propose un mix de danses et de formats : la performance, la danse contemporaine, la danse de quartier, la danse filmée, la danse africaine, la battle hip-hop break, l’invitation à danser et la scène ouverte.

Pour la danse contemporaine, les Rennais Florence Casanave et Simon Tanguy explorent un rapport fort au temps et à la mémoire. Avec Youtubing, Florence Casanave se confronte à la mythique Trisha Brown en s’appropriant une de ses pièces phare, Watermotor. Elle triture l’œuvre et s’ouvre toute une réflexion sur ce qu’est la citation en danse. Avec Inging, Simon Tanguy travaille le temps dans une performance où le verbe est conjugué à l’hyper-présent. Il interroge la relation entre la parole et le geste.

Agitato 2016
Simon Tanguy Inging (photo Elian Banchini)

Vincent Dupont présente Stéréoscopia, un travail sur l’illusion d’optique généré par deux figures quasi parallèles et quasi synchrones. Inspirée des peintures du Florentin Jacopo Chimenti, Stéréoscopia permet au spectateur de retrouver, peu à peu, des sensations produites par les micro-décalages entre les danseurs.

Agitato 2016
Emmanuel Eggermont (photo  L’Anthracite Strange Fruit)

L’un des temps forts d’Agitato 2016 est la venue d’Emmanuel Eggermont avec Strange Fruit. Le danseur chorégraphe formé au CNDC d’Angers fut interprète pour Raimund Hoghe.

Emmanuel Eggermont s’inspire ici du poème Strange Fruit d’Abel Meeropol et en retire une création sur l’archive, la mémoire, qui peut être terrifiante. Évoquant des photographies de la première moitié du XXe siècle, il surmonte l’effroi de l’imaginaire ainsi réveillé, par une danse hypersensible, épurée et belle.

Agitato 2016
Linda Hayford Shapeshifting (photo  Guillaume Ménant)

Avec Peuplé, dépeuplé, François Ben Aïm résiste, renonce, abandonne et se délivre sur la musique d’Olivier Lété à laquelle il se confronte avec un je(u) de 25 socles. La dimension physique de la danse est révélée par le déploiement d’une très belle énergie.

Linda Hayford une autre Rennaise partage sa danse avec le public d’Agitato. Linda Hayford (la sœur de Mike, hip-hopper reconnu) est une danseuse de popping émérite. Avec Shapeshifting (que l’on pourrait traduire par ‘plein mouvement continu d’une forme’), elle explore la métamorphose del’animalité qui sommeille en tout corps d’humain.

Agitato 2016
Stereoscopia (photo Marc Domage)

Du hip-hop, d’où elle vient, Jann Gallois migre vers la danse contemporaine et fait traverser au public énormément d’émotions en fusionnant douceur et puissance. Et puis, le samedi 4 juin, la très attendue Block Party Battle #9 . Les qualifications, finales et shows se tiendront de 14 h à 2 h du matin, avec le popper Prince (Bad Trip Crew), la hip-hoppeuse new style Aurèle (Paradox-Sal). À l’issue de huit heures de bataille hip-hop et break, tous styles confondus, sur la musique de DJ Freshhh et DJ Maclarnaque dont la réputation est déjà faite, les shows seront à l’honneur. Ils seront l’occasion de découvrir ou re-découvrir les Shows Zombeavers (ils ont emporté la battle chorégraphique de Quimper en 2015) et d’applaudir la Battle hip-hop kids constituée de la très prometteuse nouvelle génération de danseurs hip-hop de Rennes.

Mais Agitato ne serait pas Agitato sans les Invitations à danser les 1er et 2 juin, et la Scène ouverte, le 3 juin. Sous l’œil bienveillant de la compagnie Ladaïnha, de Céline Yavetz, de Nathalie Salmon, de Morgane Rey, de François Ben Aïm et de Linda Hayford, agitato 2016le public est invité à s’essayer à la danse contemporaine, africaine, orientale et à la capoeira. Pour monter sur la scène ouverte, il vous suffit de vous inscrire auprès de Mathilde Dahyot à cette adresse.

Agitato, c’est aussi le studio Photograffiti et la projection du court métrage de danse Ça me revient, signés Eva Le Saux.

L’artiste Leyto créera, en fin de semaine prochaine, une fresque de graffitis haute en couleur qui sera inaugurée dimanche 5 juin à l’issue d’une journée de présentation des ateliers donnés tout au long de l’année au Triangle. De plus, des visites commentées du Triangle Oeuvre d’Art sont proposées tout au long du festival.

Voir le programme complet d’Agitato 2016

+ d’infos : Le Triangle

Achetez vos billets dès à présent à l’accueil du Triangle aux horaires d’ouverture
lun, mar, jeu, ven 14:00 -> 19 h/mer de 10 h -> 19 h/sam de 10 h -> 17 h
Par téléphone au 02 99 22 27 27 (règlement par carte bancaire)
Sur notre site internet (les billets achetés sur internet ne peuvent être ni échangés ni remboursés.)

Tarifs réduits
Pour les abonnés Triangle, moins de 26 ans, demandeurs d’emploi, adhérents Triangle, intermittents, carte Cezam, abonnés TNB, abonnés Intervalle à Noyal-sur-Vilaine, abonnés Grand Logis à Bruz. Sur présentation d’un justificatif récent.
Tarif réduit pour les détenteurs d’une carte KorriGo chargée d’un abonnement en cours de validité.

Tarifs spécifiques
Pour les enfants de moins de 12 ans et les bénéficiaires du dispositif SORTIR !
Le Triangle, cité de la danse est partenaire du dispositif SORTIR ! (adultes & enfants).

Photo en une : Compact de Jann Gallois par Jody Carter

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom