Longtemps, j’ai rêvé de passer une nuit en Mongolie. Histoire de me sentir en communion avec le grand monarque défenseur du droit des femmes (si, si !). Mais les grèves de train, les enquiquinements à l’aéroport, le mal de l’air, les probables moustiques ; bref, toutes les joies du voyageur contemporain font que j’hésitais. Grâce à Planète Sauvage, je l’ai fait !

 

planète sauvage
Campement mongol Gengis Khan

Planète sauvage, c’est le zoo situé entre Nantes, Loire, lac de Grandlieu et océan. Une nature sans grand relief, apte à accueillir ce concept où les animaux sont en (relative) liberté et les humains enfermés dans des véhicules, type 4X4, permettant les prises de photo sans risque. Plusieurs « plaines » se succèdent avec leurs occupants, girafes, zèbres, lions, guépards, tigres, loups, yacks, antilopes, gnous, autruches et autres bébêtes à poils ou à plumes – plus de 150 espèces.

planète sauvage
Campement mongol Gengis Khan

Dans la formule « camp mongol », on est embarqué dans un camion de brousse par de jeunes guides nature très connaisseurs de la faune et de son biotope. Ils commentent la rentrée des animaux dans leur loges – pas question qu’ils restent dehors ! Au bout d’1h30, on aperçoit le campement de yourtes, au milieu d’un troupeau de yacks et de dromadaires (à deux bosses, donc !). Le corral s’ouvre et chacun investit sa demeure de toile, ornée de mobilier peint selon la tradition mongole.

planète sauvage
La yourte principale du campement Gengis Khan

On va saluer les rapaces dans la volière, jeter un œil à la vie aquatique de la mare, depuis une terrasse en bois sur pilotis, et on se rejoint pour l’apéro. Rémi sert une boisson bizarre, interprétation lointaine (et délicieuse) d’une spécialité de là-bas – ouf, on a échappé à l’aïrak, le lait de jument fermenté ! Vient ensuite l’initiation à la cuisine typique. D’autres enfilent les tenues traditionnelles à disposition. Longues tuniques brodées, grosses bottes de feutre nous plongent encore davantage dans le dépaysement. La lumière du soir est belle et propice à quelques poses photos devant les yacks et les chameaux…pardon, les dromadaires. Allez, à table ! Kushuur et buuz (genre de ravioles cuites dans un bouillon) se succèdent avant les beignets boortsog et des galettes à base de sarrasin, cousines des « gâteaux-semelles » (sic) servies là-bas en guise de bienvenue.

planète sauvage
Intérieur de la yourte principale

La lune se lève. Les jeunes allument un feu de camp. Pour compléter le tableau, les loups se mettent à hurler ! Même pas peur ! Mais quand même, on préfère retourner dans les yourtes… Après une nuit pleine de beaux rêves et de chevauchées, on se réveille frais comme un Mongol prêt à partir à l’assaut de l’Occident. La forme ad hoc pour se lancer dans le parcours jungle ou autre balade dans le zoo avant l’arrivée des nombreux bipèdes en autocar…

N.B : la prochaine fois, je la joue Out of Africa, façon Meryl Streep, avec le « Bivouac en savane ». Quelqu’un aurait-il le numero de Robert Redford ?

 

Tarif : Adulte 180 €. Enfant (3 à 12 ans) 150 € 

Planète Sauvage
La Chevalerie
Port Saint-Père
44710
France
02 40 04 82 82
http://www.planetesauvage.com

Nantes. À 15 min. Périphérique sud, direction Noirmoutier ; Rennes, Niort, Angers, Vannes : 1h30 ; Laval, ; Le Mans : 2h ; Poitiers : 2h30 Paris : 4h

*

Une nuit chez Gengis Khan ? Au Zoo Planète Sauvage !

mc.biet [@] unidivers .fr Architecte de formation, Marie-Christine Biet a fait le tour du monde avant de revenir à Rennes où elle a travaillé à la radio, presse écrite et télé. Elle se consacre actuellement à l'écriture (presse et édition), à l'enseignement (culture générale à l'ESRA, journalisme à Rennes 2) et au conseil artistique. Elle a été présidente du Club de la Presse de Rennes.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom