Il poussait et tirait son corps blanc dans la mer, mais l’eau fuyait mollement devant lui et le frappait par derrière. L’eau lui sortait des yeux, du nez et des oreilles, toute la mer lui sortait du ventre. Il avait déjà vomi trois fois.Ainsi commence Furioso de Voldemar Lestienne, par l’effort désespéré d’un homme au bord de l’agonie. Il nageait en tournant le dos au soleil parce que c’était l’aube et parce que, cette année-là, la liberté était à l’Ouest.

"Furioso" de Voldemar Lestienne - Editions FayardLors de sa sortie en 1971, Furioso obtint un joli succès de librairie, immédiatement exploité par l’éditeur qui vit l’occasion bénie d’une suite, Fracasso, à paraître quelques mois plus tard. L’histoire, pas vraiment originale mais un brin singulière, transpose Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas à l’époque de la seconde guerre mondiale. Le propos manque de finesse et d’inventivité, mais certains livres vites lus nous font malgré tout passer d’agréables moments. Furioso est nourri d’un humour potache qui confine à la gentillesse d’une plaisanterie adolescente. Il n’a laissé son empreinte nulle part. Ni sur une époque, pas davantage sur la mémoire collective, et moins encore sur l’histoire de la littérature. 

Si je prends la peine de construire une chronique autour d’un roman facile et pas vraiment bien écrit, c’est avant tout parce que son histoire, celle d’un jeune homme audacieux de 17 ans arrivé en Angleterre par la mer afin de s’engager dans la Résistance, parce que son histoire se lit comme une aventure pour adultes en recherche d’un texte simple, sans fausse tragédie ni emphase doctrinaire. Avec son intrigue  menée au rythme d’un septième de cavalerie, le format du texte est précurseur des best-sellers d’aujourd’hui, ceux écrits par des scribouilleurs qui se prennent pour Romain Gary alors qu’ils n’ont pas l’étoffe d’un Grégoire Delacourt !

"Fracasso" de Voldemar Lestienne - Editions Fayard

Même s’il n’était pas dénué de talent, Voldemar Lestienne est toujours resté modeste face au succès, et ne s’est jamais tenu pour le parangon d’une littérature populaire. En quatre livres : Dellinger 1958, Furioso1971, Fracosso – 1973, et l’Amant de poche – 1975, il aura réussi à partager la magie d’histoires simples et passionnantes, des aventures qui font plaisir, tout bonnement, rien de plus mais rien de moins, avant de s’éteindre le 18 décembre 1990 à l’âge de 59 ans. Quant à mon insistance à lui redonner vie, elle est une invitation à relire les romans populaires d’hier, largement aussi bien menés que ceux d’aujourd’hui, en tout cas mieux écrits malgré leurs défauts qui, avec le temps, passent pour des effets de style. 

#     #     #

Furioso & Fracasso de Voldemar Lestienne
Editions Fayard
– Livres épuisés –

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom