La première vente de printemps de Rennes Enchères donne de furieuses envies de revoir sa déco… Et pas seulement parce que les fleurs émaillent quelques très belles pièces de céramique et de marqueterie. Petit tour d’horizon par catégorie des USA (rare argenterie) au Tonkin (via une salle à manger hallucinante).

 

Orfèvrerie

caliceParmi la soixantaine de pièces sélectionnées, l’experte Sophie Vergne attire notre attention sur une pièce majeure : un calice en argent doré du milieu XVIIe siècle. « C’est extrêmement rare, car la plupart des pièces d’orfèvrerie religieuse ont été fondues à la Révolution » souligne celle qui fut commissaire de l’expo sur l’orfèvrerie au Musée de Bretagne de Rennes en 2006. « On ne connaît pas le nom du créateur de ce calice issu d’une congrégation religieuse de Bretagne. Les deux poinçons cachés sous le pied ne nous éclairent pas suffisamment, mais le travail est de toute beauté » (estimation : 3000/4000€). Sophie est très séduite aussi par deux boites à poudre en argent :jean desprès « D’une élégance impeccable, ces objets épurés, soulignés de deux bandes circulaires dorées portent la signature de Jean Després, grand créateur d’objets et de meubles Art Déco » (est. : 1600/2000€ pour l’un, 2200/2300€ pour l’autre).

boite-a-cigarettes-annees-20En prévision du temps proche où les cigarettes n’afficheront plus leur marque, ne ratons pas la possibilité de frimer avec une très jolie boite à cigarettes en argent des années 1900 (150/250€). D’autres objets intéressants évoquent l’orfèvrerie de pays étrangers : une originale paire de saupoudroirs sortie d’un atelier londonien en 1797 (200/220€), une fourchette en argent doré portant le poinçon en cyrillique de l’orfèvre de Moscou Andrei Kovalsky (30/50€) et une série de six fourchettes gravées d’un décor très dense, faite à Salt Lake City (Etats-Unis) à la fin du XIXe (180/220€).

service-salerons-vente-rennnes-encheresBien représentatifs de l’orfèvrerie française de la même époque, signalons une paire de saucières et leur dormant (500/600€) et une série de six salerons avec leurs petites cuillers (180/220€).

Sculptures, peintures, jouets

luca-madrasi-gladiateurÀ ce rayon, une dizaine d’œuvres répondent aux critères les plus classiques. Mais rien n’oblige à les poser bêtement sur la cheminée, comme Mamy ! Ainsi ce Gladiateur à terre, en bronze, de Luca Madrassi, fera des jaloux dans votre salle de gym (400/600€). bacchanalesPlus festives et fortement dénudées, les Bacchanales avec deux enfants, d’après Clodion, ne sont pas à proposer à un musée iranien (1200/1800€). Plus sages, et avec la tête inclinée qui convient aux fraîches jeunes filles, deux statues de marbre blanc, en parfait été, incarnent la vision romantique d’Émile-Edmond Peynot (L’Angélus 800/1200€) et d’un de ses contemporains de la fin du XIXe. (Jeune paysanne et sa chèvre 500/700€). émile edmond peynotMême s’ils manquent des bouts de doigt à Jésus et à Marie, une admirable Vierge à l’Enfant en bois doré du XVIIIe révèle l’immense talent du sculpteur dans le mouvement et les drapés (900/1200€).

La même tendresse s’observe dans le geste de la mère caressant le peton de son divin fiston sur un panneau d’école flamande du XVIe (4500/5000€). L’expert Bertrand Berthelot nous fait remarquer l’air inquiet de Sainte-Anne qui se demande bien comment tout cela va finir ! C’est l’œuvre la plus importante de cette section qui comporte d’autres beaux tableaux, plus abordables : funerailles-atala-girodetainsi cette Pêcheuse au panier (1885) de Pierre-Albert Leroux (400/500€), cette somptueuse copie des Funérailles d’Atala, d’après Girodet (800/1200€) et cette Scène de port dans le goût de Vernet (200/250€).

Huit gravures seront dispersées à la suite des tableaux. Parmi elles, signalons des études de chiens (250/300€), canards, kangourous et lions (100/150€) signées de Paul Renouard.

bouledogue rToujours dans le registre animalier, les amateurs craqueront pour le Bouledogue français, jouet sur roulettes en papier mâché et flocage, avec yeux en verre et mâchoire articulée. Un jouet extraordinaire (1000/1200€) ! C’est la plus rare pièce du rayon jouet qui compte aussi un très bel autopatte VEBE (250/300€) et une superbe série de poupées, dont deux de marque Jumeau (900/1100€ et 1000/1200€).

Céramiques

saladier croisic Gageons que sur cette partie de la vente, on assistera à de belles envolées, car elle comporte quelques pièces absolument exceptionnelles. Le « top du top » pour Bertrand Berthelot est un saladier rond en Nevers, dont le décor polychrome central représente une scène Retour du matelot avec l’homme offrant un bijou à sa promise qui lui a « conservé son pucelage » comme l’indique le poème qui court sur le pourtour du plat (3000/5000€) ! On note aussi une rare plaque de Petite fille au bonnet, signée d’Alfred Beau, éminent artiste breton, successeur de la faïencerie Porquier rebaptisée Porquier-Beau et conservateur du musée de Quimper à la fin du XIXe. Autre personnalité importante de cette époque, Théodore Deck fut directeur de la Manufacture nationale de Sèvres. Zsolnay vilmosOn pourra s’offrir un carreau en terre cuite (17 X 17 cm) aux motifs d’Extrême-Orient, signé de lui (50/80€). Extrêmement talentueux et brillant représentant du style Art nouveau, Vilmos Zsolnay était le grand spécialiste des céramiques à lustre métallique ; on le constate avec un vase à anses aux trois personnages hilares sous deux arbres (700/800€). D’autres jolies pièces en verre, signées Gallé (200/300€), Daum (150/200€) et Muller frères (60/100€) raviront les amateurs d’Art nouveau et d’Art déco.

Arts d’Asie

boite japonaiseParmi d’assez classiques plats, assiettes et autres vases en porcelaine, en laque ou en bronze, on note une veste en soie bleu clair à décor brodé de papillons et fleurs du XIXe. (200/300€) et un très bel inro à quatre cases en laque brun et or à décor incrusté d’écailles. Cette petite boite qu’un notable japonais devait accrocher à sa ceinture pour porter ses médicaments est pleine d’esprit (800/1000€).

Mobilier, objets d’art

buffet Gabriel ViardotRien que pour cette partie, vous ne devez pas manquer l’exposition publique préalable à la vente. Quelques pièces sont vraiment spectaculaires telles le buffet deux corps en bois laqué vert et doré, réalisé en Italie au XIXe (1200/1500€) et surtout cette incroyable salle à manger estampillée de Gabriel Viardot, en érable teinté à motifs sculptés gravés et panneaux incrustés de nacre du Tonkin, « ce japonisme exacerbé représente un grand moment dans l’histoire du mobilier français, insiste Bertrand Berthelot. Chaque pièce (12 chaises, une table, un buffet, une desserte) est signée. Chacune mérite d’être considérée dans son unité ».

commode régenceDe la considération dans l’unité, d’autres pièces le valent bien ! Une commode tombeau d’époque Régence (4000/5000€), une boite ovale en ivoire portant les armes de grandes familles nantaises (400/500€), un rarissime vitrail rhénan du XVIe (2500/3000€), un très touchant couple de paludiers recouverts de petits coquillages comme il s’en faisait à Batz au XIXe s. (1000/1200€).paludiers

Une fois toutes ces merveilles installées chez vous, il va falloir vous barricader ! Pas de problème, Rennes Enchères a tout prévu avec trois paires de grilles en fer avec décor de volutes en métal repoussé doré, du XIXe. (600/900€) !

Vente Rennes enchères Tableaux anciens, Mobilier et objets d’art
lundi 30 mars 2015 – 14:00 – Hôtel des Ventes de Rennes

Exposition
Vendredi 27 mars de 15h à  18h
Samedi 28 mars de 10h à  13h et de 15h à  18h
Dimanche 29 mars de 15h à  18h
Lundi 30 mars de 9h à  11h

Rennes enchères

mc.biet [@] unidivers .fr Architecte de formation, Marie-Christine Biet a fait le tour du monde avant de revenir à Rennes où elle a travaillé à la radio, presse écrite et télé. Elle se consacre actuellement à l'écriture (presse et édition), à l'enseignement (culture générale à l'ESRA, journalisme à Rennes 2) et au conseil artistique. Elle a été présidente du Club de la Presse de Rennes.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom