LA PETITE REINE DU BUDGET PARTICIPATIF RENNAIS (C’EST AÏNO)

Les Rennais avaient jusqu’au dimanche 25 février pour élire leurs projets préférés de la Fabrique citoyenne, le budget participatif de la ville de Rennes. Parmi toutes les idées proposées, celles qui touchent à la bicyclette, aux deux roues, à la petite reine – bref, au vélo – tentent une échappée…

« LES SAS VÉLOS, C’EST PAS POUR LES CHAMEAUX ! » Sur le site de la fabrique citoyenne, le budget participatif de la ville de Rennes, Aïno Renard-Descaves a écrit son projet en grandes lettres majuscules. « NOUS, EN TANT QUE CYCLISTES, NOUS AVONS  UN PROBLÈME : CERTAINS VÉHICULES NE FONT PAS ASSEZ ATTENTION AUX  VÉLOS ! », continue-t-elle. Et d’expliquer qu’en particulier, les voitures ne respectent pas les sas prévus pour les cyclistes au niveau des feux.

vélo rennes

Aïno avait 10 ans quand elle a écrit sa proposition. Elle en a désormais 11, alors que les votes sont désormais clos sur le site de la Fabrique Citoyenne. D’une voix assurée, elle explique calmement au téléphone qu’elle fait beaucoup de vélo avec son père et ses deux frères. « Pour aller à l’école, pour aller en ville, ou pour me balader », précise-t-elle.

« J’ai dit à mon père que je voulais bien faire un projet » pour ce budget participatif raconte-t-elle. Elle ne savait pas trop quoi proposer. « Et puis j’ai vu un sas à vélo et je me suis dit que ça serait une bonne idée pour la sécurité », continue l’élève de CM2. Avec l’aide de son père, elle écrit le texte descriptif de son projet « SIMPLE, FACILE À METTRE EN PLACE ET EFFICACE » : mettre une signalisation colorée au niveau de ces sas à vélo, pour les rendre plus visibles. Avec, petite touche personnelle supplémentaire, un message humoristique pour l’accompagner. Son initiative est acceptée, et est soumise au vote.

« Mon père a commandé des autocollants » pour présenter le projet, continue Aïno. Elle en distribue à ses amis, qui pour la plupart ont voté pour son projet – ou lui ont promis de le faire – « parce qu’ils trouvent que c’est une bonne idée ». Mais ce bouche-à-oreille autocollant ne suffit pas à expliquer le succès de son idée.

rennes pistes

VÉLOS 1 – CHAMEAUX 0

Avec 119 commentaires, l’idée de ces sas à vélos coloriés est le huitième projet le plus commenté – l’écolière reconnaît elle-même ne pas avoir eu le temps de tous les lire. À la clôture des votes, c’était également le sixième projet ayant recueilli le plus de suffrages en ligne. Malgré cela, les élus n’ont pas retenu le projet d’Aïno car, explique l’un d’eux :

”Il existe deux catégories de projets : les projets appelés projet quartier, car localisés géographiquement par leurs auteurs genre une fresque sur le pignon de l’école Villeneuve classé quartier sud gare et les projets dits projet ville non-localisés. Au résultat on retient d’abord les 24 projets (2 par quartier) arrivés en tête puis en fonction de la somme restante on prend les projets arrivés en tête tous quartiers confondus. Cette année les porteurs de projets quartiers se sont fortement mobilisés. Les 24 premiers consomment toute l’enveloppe. On a décidé malgré tout de repêcher les projets ayant dépassé les 1000 suffrages, soit 3 projets.”

L’initiative était pourtant originale, portée par une citoyenne en herbe et teintée d’une légère touche d’humour – certes, stigmatisante pour les chameaux, mais ceux-ci restent peu présents à Rennes. Mais, surtout, elle porte sur un sujet qui tient à cœur aux Rennais : le vélo. Au total, sur les 234 propositions retenues pour le vote du budget participatif, 22 concernent directement les cyclistes.

Mettre en place des radars pédagogiques, améliorer la signalétique, construire de nouvelles pistes, prévoir des arceaux et des abris à vélos… Ces propositions touchent à tous les aspects de la pratique du vélo. Et si la plantation d’arbres et l’aménagement des espaces verts recueillent de nombreux suffrages, ces propositions dirigées vers les deux roues ne s’en placent pas moins en bonne position dans le peloton.

MAISON DU VÉLO RENNES
LA MAISON DU VÉLO RENNES 45 RUE DU PUITS-MAUGER

4 PROJETS POUR LES CYCLISTES RETENUS

Chaque année, chose curieuse, le nombre de propositions dédiées au vélo reste fixe : 22 projets, soit environ 10% des projets soumis au vote entre 2016 et 2018. Mais surtout, elles soulèvent un intérêt particulier, puisque leur proportion augmente quand on regarde les idées les plus commentées.  Cette année, parmi les 50 propositions ayant recueilli le plus de commentaires, 10 concernent directement le vélo. Au sein de cet échantillon, 7 projets se détachent, et recueillent entre 497 et 776 suffrages en ligne (à la clôture des votes).

Au sein de ce peloton de tête, quatre projets dédiés entièrement ou en partie aux cyclistes ont été retenus. Le quartier de la Poterie bénéficiera ainsi d’une liaison pédestre et cyclable jusqu’à la Zone d’Activité de la rocade Sud (voir ici le descriptif). Un cheminement similaire reliera la coulée verte au parc des Gayeulles (la description ici) et un autre le canal Saint-Martin à l’avenue Gros-Malhon (le descriptif ici). Enfin, la construction d’une passerelle après la base nautique de la plaine de Baud permettra elle aussi la circulation des piétons comme des cyclistes (la description est ici).

« Il y a des demandes qui correspondent à une augmentation de la pratique du vélo »,  constate Sylviane Rault, adjointe à la Maire en charge des mobilités. Chaque année, depuis 2010, les déplacements à vélo augmentent de 13%. En six ans, leur nombre a donc doublé. Plus de 3 000 cyclistes transitent par le centre-ville chaque jour, d’après les décomptes de la ville. Qui compte bien encourager cette pratique.

bus vélo rennes

UNE AUGMENTATION DU NOMBRE DE VÉLOS MALGRÉ LA PEUR DES ACCIDENTS

« Avec le plan vélo voté en 2015, on ambitionne de porter la place du vélo à 20% des déplacements dans la ville », explique l’adjointe.  Pour cela, la municipalité aménage de nouvelles pistes cyclable, réduit la vitesse des voitures – d’ici 2020, 80% de la ville sera limité à 30 km/h – et multiplie les initiatives pédagogiques. Le nombre d’écoliers concernés par des formations au vélo va doubler : 21 classes bénéficieront de 12 heures de cours pour apprendre les bons comportements à adopter à vélo.

Pourtant, l’association Rayons d’action pointe les nombreux manques dans la politique de la ville. Notamment en matière de sécurité. En 2017, sur 478 personnes blessées lors d’un accident de la route à Rennes, 15% étaient des cyclistes. Une proportion similaire à celle observée, par exemple, à Nantes, où 13% des accidentés étaient des cyclistes en 2016.

Les projets déposés auprès du budget participatif expriment cette crainte. À dix ans, Aïno s’est rendu compte des pratiques dangereuses des automobilistes au niveau des feux. Un autre projet réclame des radars pédagogiques au niveau de ces sas à vélos. De son côté, l’association Rayons d’Action propose de sécuriser davantage le carrefour du pont de Nantes, particulièrement accidentogène. D’autres encore demandent plus de pistes cyclables, plus d’accès aménagés.

rennes pistes cyclables

510 000 EUROS DE BUDGET PARTICIPATIF POUR LES DEUX ROUES

Le budget participatif viendrait-t-il révéler les manquements du plan vélo de la ville ? « Les projets déposés viennent conforter notre programme », répond l’adjointe aux mobilités. « Cela nous pousse à aller plus vite, cela permet de prioriser des projets qui de toute façon seraient faits. » Pour Sylviane Rault, cet engouement est même une petite victoire. Si le plan vélo a été voté à l’unanimité par le conseil municipal, certains élus lui paraissaient moins convaincus que d’autres. Les propositions du budget participatif devraient les convaincre de la justesse de ce programme.

D’autant plus que ces projets retenus ne font que s’ajouter au budget déjà dédié à la petite reine. Du moins tant qu’il n’y a pas de couac. « Parmi ces projets, il y en a deux qui n’auraient pas dû être mis au vote », reconnait l’adjointe. Les aménagements proposés sur la rue de Fougères et le boulevard de la duchesse Anne étaient en effet déjà prévus dans le plan vélo… Les votants du budget participatif n’ont cependant pas retenu les deux propositions.

Cela n’empêchera la ville d’investir 510 000 euros pour développer la pratique du vélo à travers ce budget participatif, sur les 3,6 millions répartis (auxquels s’ajoutent, hors budget, 156 000 euros pour trois projets qui ont recueilli plus de 1 000 suffrages).

vélo rennes
Aïno ne veut pas laisser sa place aux chameaux

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom