Chers lecteurs et soutiens d’Unidivers,

L’été est arrivé. Après un mois de juillet en pente douce, Unidivers se limite à une ou deux parutions quotidiennes durant le mois d’août. Avant de se retrouver le 1er jour de septembre pour une année qui débutera sur les chapeaux de roues.

Lancé il y a trois ans par un petit noyau de Rennais passionnés de culture et d’art, Unidivers était condamné à rester une micropublication marginale ; « les Français affirment aimer la culture, mais en réalité c’est faux » nous mettait en garde un confrère d’un média local. Au contraire, là réside l’efficacité du modèle de publication pérenne et mondiale d’internet, l’article « culturel » a deux vies : le jour de sa parution et les jours, semaines, mois et années suivants où il continue à thésauriser les consultations. Aujourd’hui, notre webzine se rapproche du cap des 100 000 lecteurs mensuels.

En trois ans, Unidivers.fr s’est taillé une place reconnue et estimée dans le bassin rennais, mais aussi à l’échelon national. Grâce à un rôle d’informateur, de défricheur, de diffuseur, d’innovateur, c’est une culture grand public intelligente que notre rédaction s’emploie à promouvoir. Autant le dire, c’est un véritable sport de combat. Œuvrer à enrichir de savoir et de beauté notre collectivité constitue de nos jours un vrai défi. Unidivers.fr compte bien continuer à le relever.

Dans ce dessein, le quotidien culturel de Rennes a besoin de votre soutien. Notre association loi 1901 ne bénéficie d’aucune subvention. Notre équipe, composée d’un noyau de salariés et d’un ensemble de bénévoles, n’accomplit son travail que grâce aux dons de ses lecteurs et à la vente d’espaces à des annonceurs. Si vous désirez épauler notre magazine, si vous pensez bon que notre webzine continue à délivrer autrement l’information aux Rennais, Bretons et Français, nous vous remercions de l’aide – matérielle, mobilière, publicitaire – que vous saurez nous apporter.

Toute la rédaction d’Unidivers se joint à moi pour vous souhaiter un été de paix, de sérénité et de joie.

Nicolas Roberti

Animula blandula vagula : Âme de diaphane intimité, hôtesse et compagne de mon corps, tu verses vers des lieux délavés, escarpés et dénudés, où ne résonnent tes jeux d’esprit…

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom