gazprom

Les conflits gaziers russo-ukrainiens portent sur le prix et la distribution du gaz naturel en provenance de la Russie et transitant par l’Ukraine. À cause de l’incidence élevée que ces conflits ont sur les populations de différents pays appartenant à l’Union européenne en 2009, ils ont une portée géopolitique considérable. Au bord de la faillite, l’Ukraine risque le défaut de paiement sans une rapide perfusion financière internationale.

Le groupe public russe Gazprom a indiqué samedi dernier que l’Ukraine avait une « énorme » dette de gaz 1,55 milliard de dollars (1,12 md EUR) non payée à la Russie, et a averti que le prix préférentiel accordé à Kiev par la Russie pourrait être remis en cause. « Nous avons de bonnes relations avec l’Ukraine, le transit fonctionne, il faut juste payer le gaz… Pour le moment, les arriérés de paiement se montent à 1,549 milliard de dollars », a déclaré un porte-parole de Gazprom, Sergueï Kouprianov, à l’agence Ria Novosti. « Avec une telle façon de payer et de remplir ses engagements, l’Ukraine ne va selon toute vraisemblance pas pouvoir conserver le prix préférentiel dont elle bénéficie actuellement pour le gaz » russe, a-t-il ajouté.

Historiquement, trois conflits importants sont survenus entre deux sociétés spécialisées dans l’énergie, Gazprom, contrôlée par le gouvernement russe, et Naftogaz, contrôlée par le gouvernement ukrainien :

Un premier conflit a débuté en mars 2005 pour culminer le 1er janvier 2006, Gazprom refusant d’alimenter les gazoducs ukrainiens à la suite d’un désaccord sur le prix de transit par les gazoducs ukrainiens. Le conflit s’est résorbé le 4 janvier 2006 à la suite d’une entente préliminaire entre la Russie et l’Ukraine.
Un autre conflit a débuté en octobre 2007 à propos de dettes relatives au gaz et a atteint son point culminant en mars 2008.
Dans les derniers mois de 2008, les relations entre Gazprom et Naftogaz sont redevenues tendues à la suite d’un différend sur le montant de la dette à rembourser par Naftogaz. En janvier 2009, Gazprom et Naftogaz sont en litige pour différentes raisons : prix du gaz naturel, volume de gaz à faire transiter par l’Ukraine et remboursement de la dette de Naftogaz. Le 16 janvier 2009, conséquence du conflit, 18 nations européennes rapportent qu’elles subissent une baisse importante ou une coupure de fourniture de gaz naturel en provenance de la Russie qui transite par l’Ukraine.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom