Le Carré Sévigné de Cesson-Sévigné accueillait samedi 4 octobre quatre pièces chorégraphiques issues du répertoire de Trisha Brown. Interprétées par la TBDC (Trisha Brown Dance Company), elles ont dessiné un joli panorama des questionnements traversés par la célèbre chorégraphe américaine de la danse post-moderne. 

Les Yeux et l'Âme
 » Les Yeux et l’Âme  »  de Trisha Brown Dance Company (photo de Stephanie Berger)

Le travail de Trisha Brown se décline en cycles. La musique n’est pas systématiquement présente. Après avoir dansé dans les parcs, dans la rue et avec les murs, elle intègre les théâtres. Au programme de cette soirée remarquable, Set and Reset, Rogues, Watermotor,  » Les Yeux et l’Âme  » .

Set and Reset (1983) est l’une des pièces emblématiques de Trisha Brown. Sur le Long time no see de Laurie Andersonmusique haletante composée pour la chorégraphesept danseurs obéissent à cinq contraintes :

– jouer du visible,
– jouer de l’invisible,
– jouer des abords de la scène,
– laisser l’instinct jouer,
– faire simple.

Trisha Brown Dance Company
 » Les Yeux et l’Âme  »  de Trisha Brown Dance Company (photo de Stephanie Berger)

De ces règles non énoncées au public surgit une chorégraphie pétillante et ludique. Les sourires des danseurs traduisent la joie non feinte de résoudre des énigmes dans une danse très technique mais si fluide et si énergique que le mouvement semble ne jamais vouloir s’arrêter.

Avec Rogues (2011) et Watermotor (1978), l’ambiance change. L’effervescence du groupe fait place à une approche plus concentrée qui privilégie le duo et le solo. De l’intimité avec la respiration et le bruit des pas (surtout quand Neil Beasley danse Watermotor sans musique) émane une qualité du mouvement que les danseurs exécutent, les tensions qu’ils traversent,  qui les animent.

"Les Yeux et l'Âme" de Trisha Brown Dance Company,  photo Credit:  ©Stephanie Berger.
 » Les Yeux et l’Âme  »  de Trisha Brown Dance Company (photo de Stephanie Berger)

Ces dernières années, Trisha Brown a marié l’opéra et la danse : elle ne se contente pas de mettre en scène des opéras, elle fait danser les chanteurs avec les danseurs de la TBDC ! Elle s’intéresse plus particulièrement aux origines de l’opéra : Orfeo de Monteverdi, Luci mie traditrici et Da gelo a gelo de Salvatore Sciarrino ainsi que Pygmalion de Jean Philippe Rameau. C’est de cette dernière oeuvre -plus précisément un acte de ballet ou suite de danse- qu’est adaptée pour les tournées de la TBDC la pièce  » Les Yeux et l’Âme «  (2011). Le travail sur le masculin et le féminin y est à nouveau présent. Le couple et le groupe sont à l’étude ici avec huit danseurs dans un jeu de portés délicat.

SET AND RESET (1983)
Chorégraphie: Trisha Brown
Scénographie : Robert Rauschenberg
Musique : Laurie Anderson
Création lumières : Beverly Emmons avec Robert Rauscenberg
Distribution : Neals Beasley, Cecily Campbell, Marc Crousilat, Leah Ives, Tara Lorenzen, Jamie Scott, Stuart Shugg

ROGUES (2011)
Musique : Alvin Curran, Toss and Find (excerpts)
Choregraphic assistant : Caroline Lucas
Costumes : Kaye Voyce
Lumières : John Torres
Distribution : Marc Croustillat and Stuart Shugg

WATERMOTOR (1978)
Chorégraphie : Trisha Brown
Costumes : Kaye Voyce
Lumières : Jennifer Tipton
Distribution : Neal Beasley

« LES YEUX ET L’ÂME » (2011)
Chorégraphie : Trisha Brown
Scénographie : Trisha Brown
Lumières : Jennifer Tipton
Musique : extraits de Pygmalion de Jean Philippe Rameau, enregistrement William Christie et les Arts Florissant pour Harmonia Mundi
Costumes : Elysabeth Canon
Distribution : Neals Beasley, Cecily Campbell, Marc Crousilat, Olisi Gjeci, Leah Ives, Tara Lorenzen, Jamie Scott, Stuart Shugg

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom