ASTROPOLIS 2019. LES ARTISTES RENNAIS DU TREMPLIN

Depuis 2003, le festival Astropolis à Brest fait la part belle à l’émergence musicale en organisant un tremplin destinés aux jeunes artistes du Grand Ouest. Qu’ils soient DJs ou compositeurs live, c’est l’occasion pour ces nouveaux musiciens de partager l’affiche avec les plus grands noms de la musique électronique sur une des scènes de l’iconique festival. Cette année, sur les 17 lauréats, 9 sont Rennais. Unidivers leur a posé quelques questions pour découvrir ces talents de nos régions.

tremplin astropolistremplin astropolis

Pour les 25 bougies du festival Astropolis, rien de tel que le souffle rafraîchissant de projets musicaux émergents ! Venus de Bretagne, du Pays de la Loire et de Basse-Normandie, les lauréats du tremplin de cette année brossent une large palette de styles, de la disco à la noise, traversant les vastes continents de la house et de la techno. Ils joueront le vendredi et samedi sur différentes scènes du festival. L’une d’entre elles leur est même dédiée exclusivement le samedi soir, sur le domaine du manoir de Kéroual, le dôme, qui, selon un Brestois informé, « ne désemplit pas de la nuit ! ».

tremplin astropolis

Découvrons la vivacité de la scène rennaise à travers les quelques neuf lauréats qui la représentent lors de cette nouvelle édition. Qui sont-ils ? Que jouent-ils ? Et qu’est-ce que ça fait de se produire à Astropolis ?

Blurred Boy – Samedi 6 juillet, Manoir de Keroual, Le Dôme, 2h-3h.

tremplin astropolis

« Il n’y pas de beauté exquise sans une certaine étrangeté dans les proportions » écrivait Francis Bacon. Une phrase qui définit autant la musique de Blurred Boy que le label rennais Nocturnal Frequencies, qu’il dirige aux côtés de mimmo. Patron également du label Last Embassy, Pierre Bourasseau devient Blurred Boy derrière les platines.

Grand collectionneur de vinyles, ses fidèles partenaires de scène, il est sans cesse à la recherche de sons rares et complexes. De ses productions émane une étrangeté musicale aux sonorités profondes et industrielles qui rappellent ses inspirations berlinoises et anglaises. Sa musique semble naître des profondeurs d’un warehouse et se déployer dans un univers sonore brutal. Un appel à taper du pied pour les adeptes de techno énervée !

Blurred Boy, « Obscurantism », Abstraction, Variance (IR), mars 2019.

UNIDIVERS – Un morceau fétiche ?

Blawan, « Why they hide their bodies under my garage », His He She & She [HINF8674], Hinge Finger (UK), 2012.

UNIDIVERS – Un passif avec Astropolis ?

BLURRED BOY – Premier Astro, le jour de mon anniversaire, il y’a 5 ans. Énorme soirée ! J’y ai rencontré beaucoup de gens qui sont restés des amis très proches.

UNIDIVERS – Un mot sur le tremplin ?

BLURRED BOY – Je ferai un set industriel, techno très lourde et pesante, en restant très dancefloor, des rythmes en 4×4 principalement.

Kwartz, « Distorted Reality Part. 2 », Eternal Damnation (UK), janvier 2019.

Une petite bombe !

Bre.Tone – Samedi 6 juillet, Beau Rivage, 16h15-17h30.

tremplin astropolis

Direction le pays des merveilles avec Bre.tone ! Où les plages de palmiers dansent tout le jour au son des garden et sous les rayons rieurs de la boule disco solaire ! Amoureux de vinyles et de sonorités groovy du monde entier, les deux compères DJ entendent bien faire entendre que ce n’est pas pour rien que la Terre est ronde comme un disque !

En activité depuis 2013, le duo essaime depuis en surfant sur la redécouverte de la disco par la nouvelles génération de DJs. Depuis 2014, ils organisent les open airs Garden au château d’Apigné (Rennes) qui affichent régulièrement complets.

Garden Bre.tone
Bre.tone, Garden du 30 juin 2019. Visuel : Minuit Studio

UNIDIVERS – Un morceau fétiche ?

Daft Punk, « Da Funk », Homework [V 2821], Virgin (UK), 1997.

Bre.Tone – La découverte de l’album Homework des Daft Punk, avec les titres « Around The World », « Burnin’ », « Da Funk », « Revolution 909 »… une vraie claque ! À l’époque  on devait encore demander à nos parents pour aller acheter le CD.

UNIDIVERS – Un passif avec Astropolis ?

Bre.Tone – 2008, première participation au festival. Grosse excitation à une époque ou l’électro, la house et la techno n’étaient pas autant représentés que maintenant. C’était une période assez électro « turbine » avec les Boys Noize, Surkin et toute la clique Ed Banger.

UNIDIVERS – Un mot sur le tremplin ?

Bre.Tone – C’est une grande joie d’y participer cette année ! Astropolis est un vrai symbole pour nous. On a en plus l’opportunité de jouer à Beau Rivage l’après midi, ce qui colle bien avec notre style et on remercie d’avance Astro pour cette programmation !

Le set sera festif, ensoleillé, rythmé…

Merchant, « Tumbledown (extended) », Tumbledown [Od 008], Ostra Discos ‎(PORT), 2017.

On espère apporter une belle vague de chaleur sur la rade brestoise !

Earl Nest – Samedi 6 juillet, Beau Rivage, 15h15-16h15.

tremplin astropolis
Jeune homme aux yeux rieurs et à la sensibilité frappante à la première rencontre, Charles Genestoux a développé un univers musical riche et divers dont témoignent six ans de publications régulières sur sa page SoundCloud. Depuis un premier morceau posté qui s’avère programmatique, Les Tours Brumes., où l’on entend déjà gueuler « France de merde » et l’electronica mélodieuse se transformer en électro qui tabasse ! À travers une longue discographie, dont un album 10 titres, Cargo Fou (2017), et deux EP depuis, Earl Nest explore les textures des sons électroniques, piochant dans différents styles au gré d’une production avant tout personnelle, artistique, dans laquelle il n’hésite pas à envoyer quelques bonnes cartouches politiques en passant !

En mars 2019, il sort en parallèle l’EP Le Drone à l’ Âme (composé en 2017) et sous-titré Music for a Sci-Fi Movie et, sous son alias Lightbulbs., l’EP Ne Soyez Jamais Rentables, sur le label Gnosticuts du Rennais Hansgod. C’est sous cet alias qu’il prépare également un live audiovisuel (A/V) avec YMCA, présenté pour la première fois le 4 juillet 2019.

UNIDIVERS – Un morceau fétiche ?

Gui Boratto, « Take My Breath Away », Take My Breath Away [KOMPAKT CD 70], Kompakt, 2009.

EARL NEST – C’est Fidelio l7l de Sacrés Coeurs Musique qui m’a fait découvrir ce morceau lorsque j’avais 16 ans. Il m’a marqué par son côté hyper progressif et son synthé aigu qui vient te gratter le cerveau tout au long du morceau

UNIDIVERS – Un passif avec Astropolis ?

EARL NEST – Le set de Laurent Garnier l’année dernière ! Je rêvais de le voir depuis des années. J’avoue avoir versé une petite larme, et dansé non-stop durant trois heures  hallucinées.

UNIDIVERS – Un mot sur le tremplin ?

EARL NEST – Haha je n’y croyais pas vraiment, surtout que j’avais paumé mon téléphone la semaine des résultats. Je l’ai appris par mail la veille des résultats ! C’est motivant de voir que sa musique est reconnue par des pairs.

Le live que je proposerai est un set de funambule où je sample ma basse en direct. Je l’ai conçu spécialement pour Astropolis, un peu comme une histoire où l’on retrouve un orchestre de cargo et une sorte de voix-off qui donne un fil conducteur au long du set.

—-

JOAD – Samedi 6 juillet, Manoir de Keroual , La Cour, 22h-23h30.

tremplin astropolis

Dorian Cueff alias JOAD vient tout droit de la terre qui a vu naître Astropolis, mais peut-être a-t-il  trouvé à Rennes sa ville d’adoption. Jouer au manoir de Keroual représente tout de même un beau retour aux sources !

Évoluant dans la sphère électro depuis trois ans maintenant, il s’entoure d’une belle bande de copains pour fonder début 2017 l’association Turtle Corporation et le festival Rivage (dont Unidivers vous présentait la dernière édition dans un article à retrouver ici).

JOAD s’inscrit dans un univers house qui flirte souvent avec la disco. Ses sets à l’énergie communicative proposent un mélange de sonorités entraînantes qui ne laissent pas indifférent le dancefloor et auxquelles lui-même a du mal à résister : si tout se passe bien, vous le verrez sautiller en rythme sur ses potards !

UNIDIVERS – Un morceau fétiche ?

Ministers De-La-Funk Featuring Jocelyn Brown, ‎ »Believe (Ministers Vocal Mix) », Believe [SUB 21], Subliminal (US), 1999.

UNIDIVERS – Un passif avec Astropolis ?

JOAD – Je me rappelle la première fois que j’ai mis les pieds à Beau Rivage. Je suis natif de Brest, alors de voir autant de monde chiller et danser à un endroit que je connais depuis tout gamin, ça ma marqué !

UNIDIVERS – Un mot sur le tremplin ?

JOAD – J’étais au travail quand j’ai appris que j’étais sélectionné. J’ai vu deux appels de manqués Brest, et un message vocal. Je me suis tétanisé en écoutant LE message improbable ! J’ai quitté mon poste en courant pour aller choper un pote qui bossait dans la pièce d’à côté, je sautais partout, autant dire que j’ai pas réussi à me concentrer du reste de la journée !

Chevals, « Ur Love », mai 2017.

Lacez bien vos chaussures, ça va swinguer !

Leissen b2b Lennybar – Vendredi 5 juillet, La Suite, 00h-1h30.

tremplin astropolisLeissen et Lennybar (à lire à haute voix si vous n’avez vu le joli jeu de mots qui vous pend au nez) sont deux DJs du collectif Merci, bien implantés à Rennes malgré leur discrétion. Ni organisateurs de soirée, ni patrons de label, ni producteurs, c’est par leur art du DJing qu’ils se démarquent et se retrouvent à jouer régulièrement sur de belles scènes !

N’évoluant pas dans un style précis et délimité, ils sont ce qu’on pourrait appeler des DJs électro généralistes, piochant les pépites à gauche à droite, fouillant toujours plus profondément les bacs physiques ou digitaux. Sélectionnés tous les deux pour la qualité de leur set respectif, Astropolis les réunit pour un back to back qui s’annonce détonnant !

UNIDIVERS – Un morceau fétiche ?

Levon Vincent, « Man or Mistress », Man or Mistress [NS-05], Novel Sound (US), 2011.

LEISSEN – Le premier morceau qui m’a vraiment marqué. Je devais tout juste commencer à sortir et je ne connaissais pas grand chose dans ces registres là quand je l’ai découvert.
C’est la que je me suis dit qu’il y aurait des trucs bien stylés dans ce que j’écouterai plus tard.

Dusty Kid, « Kore », Anatome E.P. Vol. 1 [BOXER 051], Boxer Recordings (ALL), juin 2007.

LENNYBAR – C’étais fin lycée, j’ai écouté un album de Dusty kid. Puis j’ai passé en boucle ce morceau pendant tout l’été !

UNIDIVERS – Un passif avec Astropolis ?

LENNYBAR – Même période, même été. Mon meilleur pote m’avait rasé les cheveux sur un parking de Brest. Le set génial des Pachanga Boys au matin, du soleil et de la bonne humeur !

LEISSEN – À ma rencontre avec Astro, le côté teuf du festival m’a marqué (avec la boue qui va avec !). À mon avis c’est bien pour ça qu’on y retourne tous les ans.

UNIDIVERS – Un mot sur le tremplin ?

LEISSEN – Ça faisait longtemps que j’avais envie de participer au tremplin, mais je ne l’avais jamais fait. Ça fait plaisir quand tu apprends que tu vas finalement y jouer !

LENNYBAR – Et puis se retrouver avec les potes rennais, Somoine, Swing Loww à l’Astroclub c’est n’importe quoi ! Ça va être une bonne soirée de zinzins !

LEISSEN – Notre set devrait être varié. On ne cherche pas à jouer toujours les mêmes styles. Par exemple, un morceau bien rave pour débuter la soirée !

Local Group, « Random Utterances », ‎Laser Dome EP [RP003], Ritual Poison (UK), 2018.

LENNYBAR – Ou le morceau de DJ Normal 4 dans lequel il sample le mythique « Meet Her At The Love Parade » de Da Hool.

DJ Normal 4, « Return Of The Hooligans », Needs 005[NNFP 005], Needs Not For Profit, novembre 2018. 

Allez En avant de Guingamp !

Lennybar

parhelic shell – Samedi 6 juillet, Manoir de Keroual, Le Dôme, 23h-00h.

tremplin astropolis

Duo live composé de mnstl et Basaltes du collectif NVNA, les deux artistes réunissent machines et ordinateurs pour des performances progressives, livrant une techno ambient dont la violence reste toujours contenue par une maîtrise vigilante du rythme et de son évolution.

Également producteurs, ils participent à un certain nombre de compilations (NVNA, Precept, Warok Music) et ont sorti un EP particulièrement bien produit sur Kornarion, label émanant de la sphère NVNA et responsable d’une dizaine de sorties digitales depuis son lancement en janvier 2018.

Parhelic Shell, « Section », Visions 004, Kornarion (FR), juillet 2018.

Nous avons fait la rencontre d’Astropolis en jouant au lavoir Saint-Martin avec NVNA. Nous nous sommes plu à investir ce lieu intrigant où chacun a pu apporter sa touche personnelle.

Cette année, NVNA laisse dormir les eaux du lavoir Saint-Martin, mais le duo parhelic shell ouvrira la scène du Dôme à 23h. Un live audacieux à ne pas manquer !

Live datant de mai 2017, vidéo réalisée par L’Outre Prod.

Rawkorder – Samedi 6 juillet, Manoir de Keroual, Le Dôme, 00h-1h.

tremplin astropolis

Rawkorder. Tout un programme dans un nom de scène subtilement composé. Il renvoie aux sonorités raw (brut en anglais) et au recorder (enregistreur). Et peut-être y retrouve-t-on une référence à New Order ?

Rawkorder mixe, produit des morceaux et s’est récemment mis à la composition live. Son univers sombre s’imprègne de sonorités froides et industrielles articulées à des rythmes entêtants régulièrement cassés par un break. Il a signé plusieurs morceaux sur les labels de Blurred Boy (Nocturnal Frequencies, Last Embassy), autre lauréat du tremplin.


Rawkorder, « Replica », V​/​A Black 01[NFRBD06], Nocturnal Frequencies Records (FR), novembre 2017.

UNIDIVERS – Un morceau fétiche ?

Tessela, « Butchwax », Rough 2 [RS1406],R & S Records (UK), 2014.

RAWKORDER – La première track qui m’a fait m’intéresser à la musique électronique.

UNIDIVERS – Un passif avec Astropolis ?

RAWKORDER – Je n’y suis encore jamais allé… J’ai été surpris de remporter le tremplin parce que j’avais un peu zappé avoir participé. Puis est arrivée la bouffée de stress ! C’était censé être mon premier live mais comme mon ordi tire la tronche, je vais plutôt opter pour un DJ set avec mes productions seulement. Ce sera des morceaux inédits, que je vais moi-même découvrir pour la première fois sur un bon système son.

Je joue à minuit sous le Dôme, ça change de mon 4h habituel où je tabasse ! Je vais en profiter pour jouer mes productions plus lentes et soft.

Son dernier morceau sorti :

Rawkorder, « Against All Odds », Colour Of Ashes, Last Embassy (FR), octobre 2018.

Somoine – Vendredi 5 juillet, La Suite, 00h30-2h.

tremplin astropolis

Paimpolais d’origine, c’est avec une habileté de vieux loup de mer qu’il navigue sur la scène bretonne, des portes de Nantes au port de Brest ! Après s’être joint à différents équipages rennais et avoir développé un univers disco, italo, house, sa rencontre avec deux autres allumés le pousse à quitter la piraterie pour se lancer dans l’aventure Comme ça, une véritable fête foraine musicale qui met au centre de sa grande roue la danse et la folie.

Naturellement proches du CLUB Z1Z1, on doit à ces deux collectifs la très belle réussite du Don’t Slip Festival, les 17 et 18 mai 2019, qui en proposant une programmation originale entre l’italo et la hartek, a réunit une foule de danseurs souriants (les fameux HAPPY PEOPLE) dans des lieux alternatifs rennais.

Cette année, Comme ça sera aussi au festival Astropolis puisque le collectif anime avec Radio Lune le fameux Mix’n’boules du samedi sur la Place Guérin.

tremplin astropolis

UNIDIVERS – Un morceau fétiche ?

Andrés, « New For U », New For U [LA VIDA 001], La Vida (US), 2012. 

SOMOINE – J’ai écouté pas mal d’électro assez jeune, mais j’ai découvert la bonne vrai bonne balle sur Andrés, « New For U ». C’est un des morceaux qui m’a fait voir les choses différemment, une autre manière d’appréhender la zic.

UNIDIVERS – Un passif avec Astropolis ?

SOMOINE – Premier Astropolis pour moi, on était devant un mec qui refusait de s’arrêter de mixer ! Il a fait trois rappels tellement il kiffait et c’est la sécu qui a dû débrancher le matos. Le mec prenait autant de plaisir à jouer que les danseurs devant lui. Astro, c’est un gros rendez vous de kiffeurs !

UNIDIVERS – Un mot sur le tremplin ?

SOMOINE – Il y a quelque temps, je me réveillais d’une petite sieste peinard, j’entends une voix au téléphone qui se présente en tant qu’Astropolis… Mon cœur a fait l’équivalent de Toulouse – Dijon en 12min36 ! Je suis resté très calme au téléphone, mais dès que la conversation s’est terminée, j’ai mis de la musique à fond dans ma piaule et j’ai dansé pendant 1h avec un sourire que rien ne pouvait effacer !

Funky Family, « Funk Is On », Funk Is On [THIRD M 5002], Third Label (IT), 1984.

J’ai hésité à faire un set de 1h30 en passant que ce morceau tellement il est cool !

Pas de coucouche pour les michtos, on va s’encagetter la louffe

Swing Loww – Vendredi 5 juillet, La Suite, 5h-6h.

tremplin astropolisSwing Loww ! Avec deux w tellement tu chaloupes bas avant que le prochain kick ne te fasse sautiller de nouveau ! DJ mixant dans un univers qui oscille entre électro et house, allant parfois jusqu’à la trance ou la techno, il est adepte de sonorités atypiques mais toujours dansantes !

Fin 2017, il lance avec un compère Electronic Consortium, programme de podcasts sur Radio DY10 qui accueille des DJs locaux (Nantes, Rennes). Tel un beau papillon, le projet se métamorphose en label début 2019 avec une sortie digitale annonçant un décollage imminent : Foundation EP de Alder.

Electronic Consortium
Pour la première sortie d’Electronic Consortium le 11 février 2019, Alder nous embarque dans son vaisseau électro-spatial au travers de quatre morceaux inspirés de l’univers d’Isaac Asimov. Artwork © Perinane

UNIDIVERS – Un morceau fétiche ?

Jam & Spoon, « The Age Of Love (Watch Out For Stella Club Mix) », The Age Of Love (The Jam & Spoon Mixes) [12 REACT 9], React (UK), 1992. 

SWING LOWW – D’ailleurs un des tout premiers disque que j’ai acheté. Quand j’étais gamin on écoutait cette merveille sans avoir à aller en boîte pour entendre, après tout le monde l’a jouée… Mais ça reste une grande claque dans ma vie.

UNIDIVERS – Un passif avec Astropolis ?

SWING LOWW – 2010, première fois que j’y suis allé. Une grande claque avec les potes ! Le weekend est un peu flou…

Je suis trop fier de me retrouver sélectionné pour Astro ! Surtout pour jouer en closing à La Suite, sur la même scène que le chien fou Somoine et juste après I-F (InterrFerence). C’est la classe quand on connait le parcours du bonhomme, tout ce qu’il a apporté à la scène hollandaise, et quand on écoute les sets qu’il envoie !

Mon set devrait être à l’image de ce que j’écoute et mixe en ce moment, house, techno un peu rave, trance, dynamique, mental et groovy à souhait, dans les 130 bpm !

Little Green Men, « Morena (Original Mix) », Morena [FOR-29], Forensic Records (UK), 2004.

Un morceau de house progressive sorti début 2000 sur un label anglais qui a sorti des grosses pépites. C’est pas forcément très représentatif de ce que je joue d’habitude, mais c’est ultra efficace !

UNIDIVERS – Merci à vous tous, on vous souhaite un Astropolis plein de rave !

ÖND Astropolis

FESTIVAL ASTROPOLIS

25e édition

Du 3 au 7 juillet 2019

Brest

Cet article a été rédigé avec l’aide précieuse d’Emmanuelle Volage.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom