TOSEW. LES VETEMENTS BRODES DE LA RENNAISE MARIE PERRIGAULT

De la broderie sur vêtements ? Avec la marque TOSEW, la créatrice rennaise Marie Perrigault allie l’artisanat aux intemporels de la garde-robe féminine et masculine pour un look tendance (et personnalisé sur demande) aux multiples inspirations. Détricotage de la nouvelle marque bretonne à suivre. Tosew, du cousu main…

marque tosew mode marie perrigault
Marie Perrigault, créatrice la marque TOSEW

La créatrice : Marie Perrigault

« J’ai choisi le graphisme comme formation, mais le design textile m’a toujours attiré. J’ai fait en sorte d’inclure la mode dans mon travail et mes recherches ». Après avoir obtenu son diplôme de graphiste à LISAA (L’Institut Supérieur des Arts Appliqués), Marie Perrigault se lance dans un service civique d’un an au sein de la radio C-Lab, un tout autre domaine qui enrichit son parcours et lui permet de travailler sur la viabilité de son projet TOSEW via les réseaux sociaux, particulièrement Instagram. « Les réseaux sociaux aident à se lancer sans que ce soit officiel. On a moins l’impression de se jeter dans le grand bain. Il s’agit juste de publier et attendre les réactions »

marque tosew mode marie perrigault

Le concept : De la broderie sur vêtements

À l’occasion de son sujet de fin d’études, Marie Perrigault s’aventure dans un projet qui deviendra le point de départ de la marque TOSEW : une galerie d’artisanat d’art textile. « Nous devions travailler sur l’identité visuelle d’une boite – de n’importe quel domaine – et l’inscrire dans la réalité, avec la réalisation d’affiches par exemple. Dans l’une d’entre elles, j’avais envie d’intégrer de la broderie ».

marque tosew mode marie perrigault

« Comme beaucoup, je pensais que la broderie était une discipline très difficile, mais cette idée me trottait dans la tête donc je me suis lancée. C’est très agréable et apaisant ». Avec l’obtention de son diplôme et de ce fait, l’approbation des professionnels qui consistaient alors le jury, il ne restait plus qu’à la future créatrice à peaufiner son projet. Même le nom de la marque était déjà trouvé… Court et facile à prononcer, la ressemblance phonétique avec le mot « tissu » dans la prononciation de la marque TOSEW (« coudre » en français) n’est pas une coïncidence.

marque tosew mode marie perrigault

« L’action de broder s’apparente à celle de dessiner. Le fil remplace le crayon et le tissu, le papier »

Les inspirations : Pop culture et mythologie

Préférant les piles de livres à la facilité d’Internet, la créatrice attache beaucoup d’importance à effectuer ses recherches de la manière la plus traditionnelle et authentique qui soit : l’emprunt à la bibliothèque. « Je travaille beaucoup avec Instagram, mais j’essaie au maximum de me nettoyer la tête de toute cette abondance d’images ». Malgré son jeune âge et avec la tête sur les épaules, elle sait qu’être unique ou innovante à l’heure d’aujourd’hui relève de l’impossible et préfère passer des journées le nez plonger dans les bouquins, de peur de s’inspirer accidentellement d’une image vue ne serait-ce que quelques secondes sur un réseau social. « On a l’impression que ce n’est parfois pas le cas, mais inconsciemment des images vues la veille ou le matin peuvent marquer et donner une idée que l’on pense nouvelle ».

marque tosew mode marie perrigault

Ouverte autant à la pop culture qu’à l’Histoire, Marie Perrigault se nourrit du cinéma, de la musique et de l’art – les nus bleus de Matisse sont par exemple revisités en tote bag. Aux tendances actuelles s’ajoute son intérêt particulier pour la mythologie grecque et romaine, ses premiers amours que l’on retrouve dans ses premières créations.

Des collaborations et un style épuré dans l’air du temps

« Je suis restée graphiste. Je ne coupe pas la matière, mais dessine seulement dessus »

Dans une esthétique qui reflète les tendances stylistiques du moment – un trait à la fois doux et minimaliste – Marie Perrigault apporte une touche créative à des basiques aux couleurs primaires. « Les tendances actuelles et mes goûts personnels m’ont orienté vers ce côté dépouillé où la ligne est très importante. De manière générale, je préfère la sobriété à la profusion d’informations, dégager l’essentiel du motif en un seul trait »

marque tosew mode marie perrigault
Sweat Cleopatra

Un travail du contour qui prend sa source dans les tatouages figuratifs minimalistes en vogue actuellement et qui se confirme à chaque nouvelle collaboration. De multiples partenariats qui semblent d’ailleurs définir la dynamique de la marque. « La collaboration permet de faire de nouvelles rencontres, découvrir de nouveaux projets et trouver de nouvelles idées pour la suite ».

Que ce soit avec la graphiste Anais Ordas, la peintre Anton Hasler, la graphiste Sarah Bouchir ou la styliste-modéliste lingerie Lucile Lemière, chaque collection révèle un peu plus l’univers modesque et les envies de Marie Perrigault.

marque tosew mode marie perrigault
Tote bag Hercule

Alors que la tote bag Hercule, le tee-shirt Apollo d’Or et le sweat Cleopatra s’inspirent de sa fascination pour la période antique et la mythologie, la collection FORM – en partenariat avec la graphiste Sarah Bouchir – dévoile un nouvel aspect de sa personnalité et de ses inspirations, la culture hip-hop. « Son univers graphique minimaliste nous a orienté vers un style streetwear. C’est un style, une culture et une manière de voir la vie qui me parle et que j’avais vraiment envie de développer ».

marque tosew mode marie perrigault
Collection FORM, en collaboration avec la graphiste Sarah Bouchir

Les formes abstraites et primaires aux traits épais apposés sur les vêtements unis révèlent le travail graphique de Sarah Bouchir, mais également la diversité et la capacité d’adaptation de Marie Perrigault. Le prouve sa plus récente collaboration pour la collection capsule de lingerie 100 % française.

marque tosew mode marie perrigault
Collection SKEUL , en collaboration avec la couturier lingerie Lucie Lemière

SKEUD a traversé l’esprit de la jeune créatrice comme l’idée de TOSEW. « La marque a soufflé sa première bougie cette année, je voulais la faire évoluer dans une direction différente ». Changement total pour la créatrice dont le milieu de la lingerie lui était totalement inconnu, de même pour les supports et la thématique. « Au-delà d’une simple commande, la conception de la collection SKEUD a été une véritable collaboration. J’avoue m’être lancé dans un projet assez complexe et Lucie m’a intégré au processus de fabrication dans sa globalité ». La culture hip-hop revient une nouvelle fois dans son champ de création, mais cette fois-ci sous la forme de phrases brodées sur les petites culottes blanches réalisées par Lucile Lemière.

« La collection SKEUD m’a demandé beaucoup de recherches sur l’histoire du hip-hop et du rap, mais c’est ce qui me plaît dans ce métier que je me suis créée. Passer quelques mois à chercher la signification de diverses thématiques et en sortir ce que pour moi est essentiel »

marque tosew mode marie perrigault
Tee-shirts Elisa, Mathilde et Vanessa. Collaboration avec la graphiste Anaïs Ordas

Parallèlement à la conception de ses collections, la créatrice répond également aux commandes privées. Une idée de dessin ? Une envie de faire broder un de vos dessins ? « J’essaie de répondre fidèlement à la commande, avec ou sans adaptation du dessin. S’il échappe cependant un peu trop à mon style initial, comme du remplissage, je me réserve le droit de refuser – explique Marie Perrigault. Je revendique ce concept de personnalisation, le passage du dessin au crayon à la broderie. Le fil devient le crayon. Comme pour le tatouage, les personnes viennent avec leur dessin et d’autres ont seulement une idée »

marque tosew mode marie perrigault

Son objectif pour la suite ?

Malgré l’enthousiasme avec lequel elle aborde ses précédentes collaborations, le temps est venu selon elle de se recentrer sur son travail. « À force d’enchaîner les projets et les nouvelles idées, d’idées, il y a un risque de se perdre. J’aimerais vraiment qu’on reconnaisse ma patte, la marque TOSEW – conclut-elle. Si on me propose des collaborations, j’accepterai avec plaisir. Si je dois penser à l’avenir, j’aimerais me concentrer sur d’éventuels pop-ups stores et proposer mon travail dans les boutiques, c’est peut-être le bon moment. Pourquoi pas participer à des salons et festivals comme c’était le cas au début. Au niveau de l’expérience, rencontrer et se conforter à des créateurs indépendants expérimentés forge »

marque tosew mode marie perrigault

Page Facebook / Page Instagram / Site Internet

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom