En tournée dans toute la France, avec un rythme trépidant – une représentation quasiment chaque soir, la pièce Le journal d’Anne Frank était au carré Sévigné de Cesson-Sévigné, le mercredi 4 décembre 2013. C’est une nouvelle adaptation du texte original du fameux journal de la jeune juive allemande par Eric-Emmanuel Schmitt. Entre espoir et destin tragique, la pièce nous fait revivre l’intimité d’une famille enfermée. Une pierre de plus. Mais laquelle ?

 Le point de vue adopté est celui du père d’Anne, Otto Frank, le seul qui parviendra à revenir des camps. La pièce joue donc sur deux temporalités. 1945, le père est revenu et attend des nouvelles de sa famille, il ne sait pas encore ce qu’il est advenu de ses deux filles, Anne et Margot. Il espère qu’elles sont en vie, mais finit par apprendre l’horrible nouvelle : elles ont succombé au typhus. Il redécouvre alors le journal de sa cadette, Anne et replonge dans la guerre. La mise en scène permet de passer d’une époque à l’autre en douceur, mais sans transition. C’est particulièrement réussi, le spectateur ne se perd pas dans les différentes temporalités.

journal anne frank, francis huster, schmittLa jeune actrice qui incarne Anne Frank semble avoir été taillée pour ce rôle. Elle est non seulement convaincante mais parvient presque à nous faire douter : ne serait-ce point une réincarnation de la véritable Anne ? Le père, joué par Francis Huster, est également dans un rôle qui lui va comme un gant. Émouvant, tragique et humain, l’acteur sait jouer sur la palette des sentiments pour incarner un personnage si difficile. Il est seulement à regretter que le couple père-fille occupe un peu trop le devant de la scène et efface des personnages qui auraient mérité à être un peu plus développés : la sœur et la mère d’Anne par exemple sont presque inexistantes. Sans doute est-ce là une volonté de l’auteur de s’en tenir fidèlement au journal adolescent de la véritable Anne Frank, mais la redondance de l’amour père-fille finit presque par ennuyer… Il aurait gagné à être comparé aux autres personnages.

La pièce dans son ensemble est émouvante. Le spectateur est plongé dans l’intimité de familles juives qui se sont enfermées pour échapper à la Gestapo. La joie, les conflits, les peines… toutes les émotions sont peintes. La pièce a su échapper au tragique de son sujet et livre un message universel, contre l’intolérance ; et ce, avec subtilité. Néanmoins, certains spectateurs regretteront qu’aucun questionnement nouveau ne soit apporté par cette lecture théâtrale du journal d’Anne Franck.

Auteur : Anne Frank
Artistes : Francis Huster, Roxane Durán, Gaïa Weiss, Odile Cohen, Katia Miran, Charlotte Kady, Yann Babilée Keogh, Bertrand Usclat, Yann Goven
Metteur en scène : Steve Suissa
Adaptation : Eric-Emmanuel Schmitt

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom