Les Trans Musicales de Rennes débutent aujourd’hui, mercredi 4 décembre 2019. La scène française n’est pas en reste : certains de ses artistes viendront se produire sur la scène de L’Etage du Liberté, du jeudi 5 au samedi 7 décembre 2019. Parmi eux, figure l’un de nos coups de coeur pour cette édition : la formation toulousaine Tangled Tape.

Les 41ème Rencontres Trans Musicales de Rennes viennent de commencer. Elles compteront parmi leurs temps forts le spectacle de création du festival au Théâtre de L’Aire Libre, qui sera assuré cette année par Lous & The Yakuza, ainsi que les nombreux concerts qui auront lieu dans les différents halls du Parc Expo de St-Jacques de la Lande. Mais elle sera également rythmée par d’autres prestations qui se dérouleront à L’Ubu et à L’Etage du Liberté. Dans cette même salle, aura lieu le jeudi 5 décembre une série de concerts ouverte à 16h par la dream pop du finistérien Lesneu. Elle sera conclue à 18h20 par la prestation de Tangled Tape.

tangled tape, transmusicales
Tangled Tape. Photo: Red Rad.

Ce groupe toulousain fut fondé il y a 5 ans sous l’impulsion de Solen Goffi, la première de ses têtes pensantes. Saxophoniste de formation, ce dernier a également étudié le jazz en fac de musicologie à l’Université. Après avoir officié pendant 7 ans dans un groupe de reggae, il opère un nouveau virage et devient beatmaker (compositeur d’instrumentaux), en créant des remixes de hip-hop. C’est par ce biais qu’il découvre la soul music, style très représenté dans les samples fondateurs du hip hop, avec la funk. Il oriente ainsi ses nouvelles compositions dans cette esthétique, mais cherche une chanteuse pour être la voix de son projet. C’est en 2015 qu’il rencontre Ornella Mesplé-Somps, une interprète dont l’éducation musicale, à la différence de Solen, fut plutôt rythmée par la chanson française, le trip-hop et le pop rock. Cependant, le courant ne tarde pas à passer entre les deux artistes et suite à quelques essais concluants, ils décident de s’associer en duo. Répondant désormais aux noms de Nell Mess pour Ornella et N-Soul pour Solen, ils posent les premières bases de ce qui allait devenir Tangled Tape, dont le nom signifie en français « de « cassette emmêlée ». Une expression évocatrice pour ces enfants des années 90, une décennie pendant laquelle les playlists s’enregistraient sur les fameuses cassettes, que l’on devait parfois rembobiner à l’aide d’un crayon.

L’année suivante, les deux musiciens accueillent dans leur équipe le claviériste Arthur Guyard et le bassiste Louis-Nicolas Gubert. Puis ils donnent leurs premiers concerts et en 2017, ils dévoilent un premier EP intitulé Tangled Tape #1. Entre temps, ils continuent d’enchaîner les résidences artistiques et les passages sur scène, assurant même une première partie de Maceo Parker le 28 octobre 2018 au Bikini de Ramonville-Saint-Agne. Après avoir diffusé plusieurs vidéos sur Internet, dont le clip du dynamique « Playground », présent sur l’EP, leur premier album Back & Forth sort enfin le 9 octobre dernier en autoproduction.

tangled tape, transmusicales
Tangled Tape (De droite à gauche: Arthur Guyard, Yoan Bonnin, Ornella Mesplé-Somps, Louis-Nicolas Gubert et Solen Goffi). Photo: Louis Derigon Photography

Les 13 chansons qui composent cet album reflètent tout à fait l’identité musicale du groupe, résumée à travers le titre Back & Forth que l’on traduit en français par « Aller-retour ». En effet, dans ces morceaux, se succèdent et s’entrecroisent des influences diverses, liées à des esthétiques, des origines géographiques et des périodes différentes de l’histoire de la musique populaire internationale. Parmi eux, figure notamment « Playground », l’un des morceaux les plus dynamiques du groupe : N-Soul y allie des motifs samplés au synthétiseur et parfois percutants à une rythmique hip hop électronique, inspirée de celles des années 90. Dans le même temps, résonnent les harmonies jazzy et les improvisations très versatiles d’Arthur Guyard au piano électrique. Ce même morceau révèle d’ailleurs l’influence puisée par N-Soul chez J Dilla, beatmaker et rappeur américain décédé en 2006, connu pour ses synthèses d’éléments du hip-hop avec d’autres issus de la sphère jazz. On retrouve d’ailleurs ces mêmes rythmes communs au hip-hop, au R&B contemporain et à la néo soul des années 90 sur le morceau « Can’t Help Myself » ainsi que « Makin’ Histry », dans lequel ils sont habilement mêlés à des interventions aux cordes et aux trompettes.

Dans l’ensemble, l’essentiel du répertoire de Tangled Tape est orienté vers les différentes esthétiques reliées à la soul music des années 60 et 70, désigné comme un élément central sur le plan musical et qui confère au groupe un charme indéniable. Répertoire qui fait d’ailleurs l’objet d’un discret hommage, à travers une évocation d’un des grands succès de Marvin Gaye et de Tammi Terrell dans les paroles de « Playground » : « As Marvin says, Ain’t no mountain high enough » ( « Comme le dit Marvin, il n’y a pas de montagne assez haute », ndlr).

tangled tape, transmusicales
Ornella Mesplé-Somps de Tangled Tape. Photo: source Facebook.

On se laisse également bercer par la voix délicate et élégante de Nell Mess, comparable à celle d’interprètes comme Erykah Bady, Skye Edwards de Morcheeba ou encore de la britannique Corinne Bailey Rae. Porteuse d’une écriture poétique, elle s’associe par moments à des mélodies planantes comme celle de « Lazy ». Ce morceau, qui sonne comme un véritable hymne à la paresse et à la lenteur, est également structuré autour de skanks (contretemps marqués en accords plaqués) réalisés à l’orgue et à la guitare électrique, une rythmique relâchée et des échos qui lui confèrent des accents dub et reggae jamaïcains très envoûtants.

Par ailleurs, d’autres morceaux comme « Miss Excuses » et « Have A Look Around » témoignent de l’inspiration de Nell Mess dans le trip-hop britannique des années 90, rendu célèbre par des groupes comme Portishead et Morcheeba. Elles sont articulées autour de lentes rythmiques réverbérées et d’un accompagnement instrumental très sombre, articulé autour de modes mineurs et de basses aux mélodies descendantes. Cette atmosphère mystérieuse, inquiétante et brumeuse, est souvent renforcée par des nappes d’orgue, tout en étant apaisée par la voix très sensuelle de la chanteuse qui offre un léger effet de contraste des plus charmant.

tangled tape, transmusicales
Arthur Guyard, Ornella Mesplé-Somps et Yoan Bonnin de Tangled Tape. Photo: Louis Derigon Photography.

Quant aux textes des chansons du groupe, ils retraduisent avant tout des humeurs différentes, parfois contemplatives et qui illustrent divers aspects de l’existence. Ainsi, dans « Mat’s Song » et « Red », Nell Mess raconte une déception sentimentale et une situation d’après rupture amoureuse, vécue difficilement par le personnage au centre du propos. Mais pour les membres de Tangled Tape, l’enjeu est aussi d’inviter les auditeurs et les spectateurs à aller de l’avant (« Playground »), sans oublier de s’adonner à des moments de lâcher-prise (« Lazy »). Nul doute qu’ils sauront nous enchanter et faire vibrer cette injonction aux énergies positives jeudi prochain, à L’Etage du Liberté.

Tangled Tape sera en concert le jeudi 5 décembre 2019 à 18h20, à L’Etage du Liberté, dans le cadre des Trans Musicales 2019.

Concert gratuit.

Le groupe se produira également le samedi 7 décembre prochain à 21h30 au Fût Chantant de St Brieuc (22).

La page Facebook de Tangled Tape

Leur chaîne YouTube

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom