Habituée à un art de la mise en scène et au jeu du dévoilement, Sophie Calle réexploite ici le thème de l’autobiographie en donnant la parole à l’Autre, aveugle de naissance ou privé de la vue suite à un accident, dans sa différence et sa singularité. A travers une dialectique entre les témoignages de plusieurs générations d’aveugles et les travaux photographiques qu’elle a menés à partir de ces récits, Sophie Calle propose une réflexion sur l’absence, sur la privation et la compensation d’un sens, sur la notion de visible et d’invisible.

A travers cet ouvrage, elle revisite, en les faisant dialoguer, trois œuvres, construites et pensées autour de la cécité : dans Les Aveugles, créée en 1986, elle interroge des aveugles sur leur représentation de la beauté ; en 1991, dans La Couleur aveugle, elle demande à des non-voyants ce qu’ils perçoivent et confronte leurs descriptions à des citations d’artistes sur le monochrome ; La Dernière Image, réalisée en 2010 à Istanbul, historiquement surnommée “la ville des aveugles”, donne la parole à des hommes et des femmes ayant perdu la vue, pour les interroger sur la dernière image qu’ils ont en mémoire, leur dernier souvenir du monde visible.

L’ouvrage, qui se compose en un triptyque introspectif, dévoile des sensibilités, des perceptions et des événements douloureux, sincères. Sophie Calle a pour idée de souligner la permanence et l’ironie d’une situation, avec la volonté de délivrer et de mettre en exergue l’importance de la vue.

Le résultat de ces expériences est aussi instructif que touchant. Le lecteur se réjouit de voir et entendre ces hommes et femmes s’exprimer.  L’ouvrage est remarquable, les photos sont superbes, les portraits pétris de respect et ‘émotion, une traduction en braille opportune. L’accent artistique procure un moyen efficace pour ouvrir les yeux des clairvoyants sur ce handicap. La petite touche qui consiste à simuler ce handicap par l’intermédiaire d’un artifice visuel couronne l’ensemble.

Actes Sud Editions, 9 novembre 2011, 108 pages, 79€ (un peu onéreux)

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom