LA RENTREE LITTERAIRE DE JANVIER 2019 : NOTRE SELECTION

Vous n’avez pas trouvé assez de livres sous le sapin ? Pas d’inquiétude ! Voici la petite rentrée littéraire de janvier. Loin de la course aux prix, elle comporte souvent de belles pépites.

LIRE LIVRE

En ce qui concerne la littérature française, commençons par quelques valeurs sûres avec des auteurs qui ont déjà plusieurs succès derrière eux.

LE DIABLE EMPORTE LE FILS REBELLE

Gilles Leroy, lauréat du Prix Goncourt en 2007, poursuit ses récits américains avec Le diable emporte le fils rebelle (Mercure de France, 10 janvier 2019). La famille Kennedy vit dans un bungalow dans une petite ville du Wisconsin. Si le père a baissé les bras, Lorraine, la mère très pieuse entend bien sauver sa famille. Elle raconte comment elle a affronté l’adolescence rebelle de son fils aîné. Sorti de la prison pour mineurs, Adam continue à faire parler de lui dans le village en affichant son orientation sexuelle.

DANS LE FAISCEAU DES VIVANTS ZENATTI

Valérie Zenatti a traduit la plupart des livres de Aharon Appelfeld. Elle était devenue son amie. Lors de sa disparition en janvier 2018, elle refuse d’oublier sa voix. Dans Le faisceau des vivants (Éditions de l’Olivier, 3 janvier 2019) nous entraîne en Ukraine dans le village natal de Aharon Appelfeld. Dans un court récit, l’auteure nous parle de leurs discussions, de leurs points communs sur l’enfance et l’écriture.

NOUS AURONS ETE VIVANTS TARDIEU

Nous aurons été vivants (Stock, 2 janvier 2019) est le nouvel hymne à la vie de Laurence Tardieu. Un matin d’avril 2017, Hannah Bauer croit apercevoir de l’autre côté du boulevard, Lorette, partie sept ans plus tôt sans aucune explication. Cette vision fait rejaillir tout ce qu’elle voulait oublier, une histoire familiale dans les soubresauts de l’Europe.

LEONOR DE RECONDO

L’artiste Leonor de Recondo propose un roman autobiographique, hommage à la famille et à la force créatrice et de l’amour. Manifesto (Sabine Wespieser , 10 janvier 2019) est une double narration, celle de Leonor et de Félix réunis pour une nuit entre la vie et la mort. Leonor est au chevet de son père, peintre et sculpteur, proche de la mort. Son esprit s’échappe dans les souvenirs de jeunesse, en Espagne, avant la guerre civile, dans l’ombre de son ami, Ernest Hemingway.

rentrée littéraire

Largement salué par la critique au niveau international, D’os et de lumière (Grasset, 9 janvier 2019) de Mike McCormack est le roman étranger le plus attendu en France. Nous sommes en Irlande avec Marcus Conway. L’espace d’un instant, ce père de famille se remémore sa vie depuis l’enfance. C’est le récit rationnel, émerveillé et émouvant d’un homme entre l’intime et l’universel.

rentrée littéraire schlink

Autre récit intime confronté aux aléas des rêves d’une nation. Nous sommes cette fois en Allemagne à la fin du XIXe siècle. Olga (Gallimard, 3 janvier 2019) est une jeune orpheline qui vit chez sa grand-mère dans un village arriéré. Elle s’éprend d’Herbert, fils de riche industriel. Une idylle contrariée par la famille du jeune homme. Bernhard Schlink dévoile cette romance douce-amère par l’intermédiaire d’un homme vieillissant qu’Olga considéré comme son fils. Le destin d’une femme magnifiée par la construction subtile d’un auteur qui aime surprendre ainsi son lecteur.

transparence du temps rentrée littéraire

Mario Conde, le personnage récurrent de Leonardo Padura va fêter ses soixante ans. L’appel téléphonique d’un ancien camarade de lycée va le sortir de sa dépression. Le détective, spécialisé dans la recherche d’oeuvres d’art, nous entraîne une nouvelle fois dans l’Histoire et le quotidien des banlieues de La Havane. Dans La transparence du temps (Métailié, 10 janvier 2019) Conde, avec sa mélancolie et son humour noir légendaires, nous entraîne à la recherche d’une mystérieuse statue de la Vierge noire.
De cette enquête, il est facile d’enchaîner avec les romans noirs. En janvier, je vous propose deux titres.

PAR DELA LA PLUIE ARBOL

Par-delà la pluie (Actes Sud, janvier 2019) est un road-movie de l’Espagne à la Suède de deux pensionnaires d’une maison de retraite. Miguel veut sauver sa fille des griffes d’un pervers narcis-sique et retrouver un troublant amour de jeunesse. Helena aimerait revoir son fils, installé à Malmö. Elle a connu, elle aussi, une passion dévorante et une enfance douloureuse. Victor del Arbol confronte deux personnages aux caractères bien différents qui vont pourtant se guérir mutuellement.

LE PAYS DES OUBLIES SMITH

Avec sa prose lyrique et son talent de conteur romanesque, Michael Farris Smith excelle à parler de ces personnages paumés d’une Amérique désespérée. Dans Le pays des oubliés (Sonatine, 17 janvier 2019), Jack, un orphelin recueilli par une lesbienne mise au ban de la société, devenu un adulte cassé par la rudesse de la vie, se bat aujourd’hui pour défendre son héritage face aux mafieux du delta du Mississippi. Un roman noir que l’humanité du personnage et l’écriture de l’auteur parviennent à illuminer.

dans les angles morts brundage

Dans les sorties Poche, enchaînons avec un roman qui met aussi en scène des personnages fracassés et des drames intimes. Dans Les angles morts (Livre de Poche, 2 janvier 2019) de Elizabeth Brundage se passe dans une ferme isolée au nord de l’État de New York. La maison semble vouée au malheur. George Cale, installé depuis peu avec sa femme et sa fille, dans cette maison où les Hale, un couple de paysans ruinés s’était suicidé laissant leurs trois fils à la rue, retrouve sa femme assassinée dans la chambre. L’enquête explore le passé du couple et l’avenir brisé des trois fils Hale.

BAKHITA OLMI

Terminons avec Bakhita (Livre de Poche, janvier 2019), Prix du Roman Fnac 2017, le roman bouleversant d’une femme exceptionnelle qui fut tour à tour captive, domestique, religieuse et sainte. Avec une rare puissance d’évocation, Véronique Olmi en restitue le destin, les combats incroyables, la force et la grandeur d’âme dont la source cachée puise au souvenir de sa petite enfance.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom