Le nouveau projet de Mendelson Sciences politiques est un album de reprises riche et remuant. Sur des bases intrigantes, il interroge des créations passées qui portent ombres et lumières sur notre actualité. Quatre ans après un somptueux triple et quelques escapades en duo ou solo, Pascal Bouaziz (voir notre article) retrouve avec Sciences politiques la complétude de Mendelson.

SCIENCES POLITIQUES MENDELSON
Avec Mendelson Pascal Bouaziz a toujours su faire du précis, du pointilleux. Alliage singulier entre textes à la puissance poétiques ravageuse, aussi massive que ciselée, Mendelson produit un art poignant de l’analyse critique, du détachement concerné. Sciences politiques ? Non, le titre n’est pas inspiré ni du dialogue de Carl Schimtt et Jacob Taubes* ni par un essai d’Adorno. Le titre de l’album est bel et bien une référence au musicien satirique Randy Newman. Doit-on s’attendre à ce que Mendelson dans Sciences Politiques se mette à plein dans la déconne et la chanson marrante qui dénonce et irrite ? Loin de là… Quand bien même il ne faut jamais perdre de vue que, depuis ses débuts, le groupe a toujours su saupoudrer sa profondeur du sel mordant de l’ironie. Distanciation créatrice ! Tout est là…

« La chanson politique n’a rien à voir avec l’idée de chanson engagée, trop bête, trop limitée, trop restrictive dans la durée » annonce Pascal Bouaziz. Créer c’est toujours un peu se mettre de côté pour mieux être là, être plus présent, mais sans lourdeur, dans la création et dans le monde. Les grandes chansons seraient ces mélopées textuelles qui retranscrives les choses vues d’une manière émotionnelle mais qui puissent parler à tous, partout et tout le temps… Retranscrire et actualisé, c’est le projet de Bouaziz et de Mendelson, emprunter (sans intérêts) à d’autres et à un autre temps ce qui nous parle de ce qui nous oppresse, des situations, de ce vieux fond humain trop humain qui semble nous condamner aux mêmes répétitions, aux mêmes révulsions. Faire une chaîne qui libère un peu, sans trop se prendre au sérieux mais en prenant sérieusement ce que peux la musique.

SCIENCES POLITIQUES MENDELSONBref, de quoi est fait Sciences Politiques ? De reprises ! Mieux : d’adaptations. Oui, comme au bon vieux temps des Yé-Yé, l’ensemble de cette production chansonnière se compose d’adaptation de chansons anglo-saxonnes, de transcriptions musicales et textuelles… Etonnant, non ? se serait exclamé Monsieur Cyclopède ! Etonnant, oui, et réussi.

Le présupposé de Pascal Bouaziz fonctionne étonnamment. Tout d’abord, dans l’appropriation. Les titres ne sont pas retranscrit et ainsi Almost like blues de Léonard Cohen devient Les Peuples, 1969 des Stooges La Guerre, Viet Vet d’Alan Vega La Dette… et nous ne citons ici que ces versions qui nous ont semblé les plus réussies. A deux exceptions près (et nous vous laisserons juger), le travail minutieux de Bouaziz et Mendelson, tant textuellement que musicalement, est stupéfiant de finesse et…d’engagements. De ceux qui vous emportent, qui savent allier avec un large sourire désappointé l’intégrité de la science musicale et l’attention au monde ! Plus que bêtement engagé, Mendelson, créé avec Sciences Politiques un album fortement attentionné !

Sciences Politiques Mendelson, parution le 31 mars 2017 sur le label Ici d’ailleurs…, Sciences Politiques LP+CD, 17,00€, CD digisleeve, 11,00€


MENDELSON Sciences Politiques
Les peuples
Le soulèvement
La nausée
La guerre
La panique
La carrière
Les héritiers
Le capitalisme
Les loisirs
La liberté
La décence
La dette

* cf. La Théologie politique de Paul, Schmitt, Benjamin, Nietzsche et Freud, traduit de l’allemand par Mira Köller et Dominique Séglard, Paris, Éditions du Seuil, « Traces écrites », Paris, 1999.
En divergent accord. À propos de Carl Schmitt, traduit de l’allemand par Philippe Ivernel (avec une préface d’Elettra Stimilli traduite par Joël Gayraud), Paris, Éditions Rivages poche, « Petite bibliothèque », 2003.

La culture est une guerre contre le nivellement universel que représente la mort (P. Florensky) Journaliste, essayiste, musicien, a entre autres collaboré avec Alan Stivell à l’ouvrage « Sur la route des plus belles légendes celtes » (Arthaud, 2013)
thierry.jolif [@] unidivers .fr

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom