Alors que les premières voitures autonomes entrent en circulation – reléguant le plaisir de conduire au rayon des souvenirs –, les designers du monde entier se sont retrouvés au Salon de l’auto Los Angeles 2014. Question centrale : Comment l’homme et la machine interagiront-ils dans 15 ans ? 

Si Los Angeles 2013 (Los Angeles Auto Show) affirmait son orientation en direction de la Chine, 2014 restaure un peu d’équilibre entre les continents. Présents : BMW Group DesignworksUSA, Honda USA, Honda Japan, McLaren Automotive (GB), Nissan, Peterbilt Motors (fabricant de camions américain), Qoros Auto China, SAIC Motor MG (Chine). Ajoutons-y le sponsoring de l’équipementier français Faurecia. Bref,  un éventail intéressant du design actuel.

La tendance ? Elle est étonnamment à l’opposé du dernier mondial de l’automobile. Le véhicule devient ici un espace de vie, de relaxation, de plus en plus autonome et automatisé. Il est bien souvent dimensionné pour un couple avec enfant et animaux ; d’où des tailles compactes. À noter, deux propositions présentées font appel à des implants pour connecter le corps humain à la machine et les commandes font appel à l’holographie.

Cela étant, le public du Los Angeles 2014 a été déçu par le peu d’automobiles retenus :

Honda Japon présente un véhicule où l’intérieur semble devenir un salon, une véritable pièce à vivre. Le concept CarPET. On peut y bouger autour d’une boule regroupant le peu de commandes possibles. On peut s’allonger, s’assoir, regarder, dormir, jouer.

hondajp1 hondajp2

Honda USA nourrit une philosophie assez proche avec son prototype présenté sous le label de luxe Acura. Une interaction par l’intermédiaire d’implants, un intérieur modulable pour le confort du passager.

acura3 acura5

Si le constructeur Peterbilt participait cette année, c’est parce que les camions sont souvent un parent pauvre du design et de l’aménagement alors que les conducteurs y passent beaucoup plus de temps qu’un conducteur d’automobile. La proposition envisage le transport comme de longs trains de remorques dans lesquels plusieurs passagers prendraient place. Le conducteur deviendrait passager passif dans un espace à vivre où les sièges s’adapteraient à la morphologie. Jusqu’aux aromes émis pour faciliter la relaxation, tout est fait pour le bien-être sur de longues distances.

peterbilt2

Chez le Chinois Qoros avec son équipe internationale, on retrouve le concept de la boule de commande. Un véhicule automatisé dont l’aspect reflète l’état d’esprit du conducteur… Une idée déjà présentée au salon de Tokyo. Un prototype décevant qui ressasse du déjà créé.

qoros1 qoros2

Le gagnant du public est le projet de Nissan, sous la marque de luxe Infinity. Nissan a imaginé un véhicule de course pour un Triathlon automobile. Plus glamour que les autres projets, il n’est pas sans rappeler des propositions des années précédentes sur un autre thème : le véhicule modulaire. Ici, la connexion avec le véhicule s’opère encore par des implants.

nissan1 nissan2

Malgré un thème prometteur, le salon de l’automobile Los Angeles 2014 présente un résultat globalement décevant. La tendance de l’habitacle modulable à devenir un espace de vie reste encore à défricher et à adapter à un process d’industrialisation. Quand on sait que l’essentiel des ventes automobiles se réalise à travers les monospaces compacts et les SUV, il est intéressant d’anticiper l’actuelle génération dans 15 ans, soit dans 2 ou 3 générations de véhicules. D’ici là, il conviendra d’habituer progressivement l’utilisateur à une perte de contrôle et une interaction biométrique de plus en plus poussée. Le marché finira par garder le véhicule de conduite, l’automobile plaisir dans… une niche. Du transhumanisme à la biomécatronique, le futur réserve encore bien des mystères !

plus de détails : http://laautoshow.com/design-challenge/

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom