De tempête et d’espoir, quel drôle de titre pour un roman d’une grande tenue ! Un titre bien sibyllin. Marina Dedeyan est à son quatrième roman. Mais disons-le tout haut…elle est arrivée dans le temple des écrivains. Malouine d’origine, elle a de qui tenir. Un certain Chateaubriand est né et y est même enterré face à la mer.

Comme son illustre aîné, elle trempe sa plume dans les embruns de la cité corsaire. Elle décrit la Bretagne intérieure et les Bretons de l’intérieur. C’est du Balzac à la mode moderne…à une exception près, elle est grande historienne de l’instant, des sentiments et des scènes de vie. À chaque page, la Bretagne d’antan et des armateurs rejaillissent dans les pardons, les cérémonies mortuaires et les malouinières de la Rance. Marina Dedeyan surprend par son amour du détail et de la belle histoire. Nous sommes entrainés dans une épopée bretonne où les nobles et les sans le sou vivent ensemble les mêmes ressentiments et les sentiments. Loin d’être un roman intimiste bâclé par nos contemporains (où l’on s’ennuie ferme !), on retrouve ici la joie de lire un vrai roman historique entre Saint-Malo et l’Inde. Anne de Monfort est courageuse et Marina talentueuse.

Jean-Christophe Collet

 De tempête et d’espoir – Saint Malo, Marina Dedeyan, Flammarion Edition, (23 janvier 2013), 400 p., 20,50€

Vendredi 15 mars – Signatures à la Librairie Droguerie de Marine – Saint-Malo – 18h à 19h30

Le récit

Mon nom est Anne de Montfort. J’ai dix-sept ans. En cet automne 1760, je me retrouve orpheline, sans le sou, sans relations. Mon frère aîné Jean, cadet dans l’armée royale, ma seule famille, a disparu aux Indes. Est-il tombé dans cette guerre sans merci pour la domination du monde qui oppose Louis XV au roi d’Angleterre ? A-t-il choisi de chercher fortune comme mercenaire auprès de quelque nabab ? Je veux, je dois savoir ce qu’il est advenu de lui.

 

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom