Dans le Livre XI, Augustin pose une question à la fois simple et vertigineuse : Qu’est-ce que le temps ? Une interrogation qui anime un jeune homme très ardent, se présente comme un questionnement intense, à la fois violent et drôle, dans la tradition d’une sorte de comique spéculatif ou de one-man-show théorique.

Les Confessions de Saint Augustin est l’un des écrits les plus célèbres de l’Antiquité tardive. Augustin y livre des souvenirs de son enfance, sa mère, sa conversion, dans une prose très intense. Mais ce ne sont pas ces aspects qui font la matière du spectacle ici proposé. Dans le Livre XI, Augustin pose une question à la fois simple et vertigineuse : Qu’est-ce que le temps ? Il ajoute, dans une formule passée à la postérité : Si personne ne me le demande, je sais. Si on me le demande et que je veux l’expliquer, je ne sais plus.
Au théâtre de La Passerelle, seul en scène et avec une énergie et une endurance extraordinaires, le comédien Stanislas Roquette tient en haleine les spectateurs. Il se livre à un travail de regards et de modulation rythmique des gestes et de la voix. Torturé par sa pensée, enfermé dans ses apories, il donne vie aux interrogations angoissées d’Augustin sur le temps, qu’il a l’art de rendre à la fois comiques et tragiques. Cette mise en corps et en espace, d’une interrogation qui anime un jeune homme très ardent, se présente comme un questionnement intense, à la fois violent et drôle, dans la tradition d’une sorte de comique spéculatif ou de one-man-show théorique, dont les antécédents pourraient être paradoxalement trouvés dans Molière ou Raymond Devos.

Mise en scène : Denis Guénoun Avec : Stanislas Roquette
Le texte est interprété dans la traduction de Frédéric Boyer, publiée sous le titre
Les Aveux, aux éditions P.O.L., 2007.
Musique: Franz Schubert, An den Mond (D 193, texte Ludwig Heinrich Christoph Hölty)

Animula blandula vagula : Âme de diaphane intimité, hôtesse et compagne de mon corps, tu verses vers des lieux délavés, escarpés et dénudés, où ne résonnent tes jeux d’esprit…

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom