Mais que se passe-t-il donc ? Crise pour tous ? Après ce grand (voire épique) album qu’est Babel, Jean-Louis Murat ferait-il dans le rabais ? Les soldes ? De Rabelais au rabais… Article ironique en forme de pique, mais que vaudrait la beauté de la Rose sans ses épines ?

 

Que la « variété » (il n’y a qu’en France qu’on utilise une si affreuse dénomination pour de la musique…) puisse avoir ses lettres de noblesse, c’est une certitude. Jean-Louis Murat en est, à lui seul, un exemple vivant (mais aussi, ne lui en déplaise, feu Daniel Darc, Dominique A, Bertrand Belin ou Alexandre Varlet et quelques autres).

Majean-louis-murat-au-plus-bas-low-cost-rose-onfray-farmeris là que se passe-t-il ? Quelle est cette folie mainstream de basse intensité à laquelle semble s’adonner sans sourciller le sombre damoiseau des monts auvergnats ? Est-ce par mimétisme ? Par jalousie à l’encontre de la Mylène Farmer avec qui il signa, il y bien longtemps, un tubesque et malencontreux Regrets (par charité oublié ; surtout quand on sait de quelle grâce vénéneuse il fut capable avec Isabelle Huppert) ? Elle qui regagne ferveur à la faveur d’un conte illustré du plus buzzeur Michel Onfray ou par son nouveau duo avec Sting ? Est-ce donc pour cela que l’irascible Auvergnat se croit obligé de se fendre d’un assez médiocre dialogue vocal avec la (jamais négligée, mais assez négligeable) chanteuse Rose avant d’enquiller une chanson pour Matt Low (cost ?) qui, plus hâtivement encore que la rose de Ronsard, a « Las ! las ses beautez laissé cheoir »  ?

Certes, certes… attendons de voir : Matt Low, talentueux musicien au sein de The Delano Orchestra, n’a livré là qu’un bref extrait de son opus solo… Il pourrait fort bien s’avérer que le reste ne soit pas à l’avenant de ce titre un peu trop facilement refourgué à la presse sous prétexte d’être estampillé Murat. Reste que la diction et la voix de Matt Low « à la » Vincent Delerm s’avéreront certainement rédhibitoires pour certains ; alors que d’autres de nos confrères la trouvent d’ores et déjà « grave, suave, belle »…  Tout ceci tient finalement  à une subjectivité aléatoire et de bon aloi…

Que l’impeccable Murat veuille rendre la monnaie de leur pièce aux excellents musiciens de The Delano Orchestra qui l’ont si imparablement accompagné dans l’aventure osée du double album Babel aux franges mélodiques mordorées et crénelées de brumes, rien de plus louable (respect à la tradition d’entraide auvergnate) ! Mais…que l’entraide et l’amitié musicale deviennent pur argument commercial ? Nous sommes bien loin d’une activité volcanique follement créatrice. Voyons-y de plus près… Et, bien ce ne soit pas là le Murat dont nous avons envie et que nous défendons habituellement, laissons donc après ces quelques sardoniques interrogations le public avisé et prévenu se faire son opinion. Et, peut-être, peut-être… nous prendre en défaut de mauvaise foi  :

 

Matt Low Banzai

Le site officiel de Rose

 

Notoire pilier des comptoirs culturels, Rocky Brokenbrain pratique avec assiduité depuis des années une danse alambiquée et surnaturelle. Zazou impénitent, il aime le rock'n roll, la guimauve, les grands fauves et, entre deux transes, écrire à l'encre violette sur les musiques et les danses qu'il aime... ou pas.

Un commentaire

  1. J’aime MURAT c’est peu de le dire … J’habite Rennes et je recherche une k7 fabriquée à Rennes éditée par Lauphi « Intérior of Mersey Tunnel »
    http://lebrasdidier.unblog.fr/
    dont un exemplaire figure en bas de page …
    J’aime vos commentaires sur Murat. Par contre j’ai plaisir à entendre le duo avec Rose … les goûts et les couleurs …

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom