Bizarro World signe le retour de Robby Valentine, soit son dixième album studio depuis ses débuts en 1992. Il n’est jamais facile de chroniquer un album de Valentine tant son ouverture musicale est riche et vaste. Là réside le sel de l’exercice.

 

Pour qui ne connaîtrait pas cet artiste, Robby Valentine a déjà 25 ans de carrière solo et avec divers groupes. Grand admirateur de Queen, il a accompagné dans des tournées les plus grands : Brian May, David Lee Roth… sans percer totalement en Europe. Comme souvent, il est plus connu au Japon où sa musique – mélange de hard rock, de sonorités électroniques, de classique et de ce que l’on appelle le Pomp Rock – est mieux acceptée par les amateurs de virtuoses multi-instrumentistes. L’album « Bizarro World » marque son retour en solo après le projet Aniday avec la chanteuse Maria Catharina, sa compagne à la ville.

bizarro

L’album s’ouvre avec l’intro au piano « Interlude bizarre » puis enchaîne « Bizarro world ». Dés ce titre, on retrouve la puissance et la mélodie typique de l’artiste hollandais : un hard rock moderne avec des touches progressives et classiques. « Rockstar », avec un son électronique et des voix samplées, continue sur cette lancée et s’envole véritablement avec un refrain hard us, les breaks et riffs de guitares heavy – les changements de rythme donnent une richesse absolue et, au final, ce titre a tout d’un hit. « You’re tearing me down », avec ses nappes de clavier placées en avant, opère un important travail mélodique. Un titre qui n’est pas éloigné de Michael Jackson, nul doute que le roi de la pop aurait apprécié ce morceau (comme il appréciait lui même aussi Freddie Mercury). Titre choisi comme premier single de l’album, « You’re tearing me down » est un hit en puissance, avec un travail de précision autant sur les soli que sur les choeurs.

« Deadbeat boy » morceau dans un style « cabaret », fait immédiatement penser à Queen dans sa rythmique entrainante.

« Schizophonicated » avec son riff puissant, vous prend à la gorge ; le tout dans une rythmique heavy avec la voix de Robby dans les aigus. Un titre punchy avec toujours cette force mélodique, et un break des plus réussis. Une réussite totale pour les amateurs d’un genre plus speed.

« Trip to the moon » diffère complétement. Ici, on se retrouve dans un style pop dance / electro alors que le break se veut heavy. Et pourtant l’ensemble fonctionne parfaitement. Depuis toujours, Robby Valentine nous a habitués à cette ouverture d’esprit ; il y a toujours la même qualité dans la composition, car chaque titre de cet artiste signifie quelque chose.

« Close the door » s’inscrit dans la pure tradition de Robby Valentine, un morceau dans un style hard mélodique, guitares, puis une rythmique puissante qui vient se poser avec un clavier violent qui attaque le morceau de toute part. Le refrain quant à lui vient apaiser le titre avec sa mélodie.

« From dusk till down » surprend encore une fois, avec des sonorités typiquement « années 80 ». Le morceau prend pourtant son envol au fil des minutes.

« Save our souls » captive plus par ses riffs acérés et une mélodie imparable. « Blackrain » (Rien à voir avec le groupe français de Glam) rompt tout cela avec une intro pop/electronique, une rythmique qui se fait plus électrique, et toujours ce sens du refrain, plus typique des groupes nordiques et qui en fait un titre de pur Hard FM.

« The mistake » est le douzième et dernier titre de l’album, qui se termine donc sur une superbe ballade (mais que les fans connaissent déjà puisqu’elle figurait sur l’excellent Falling down In Misanthropolis sorti en 2007).

Point d’étiquettes, mais un vrai mélange des genres qui réjouira tous les fans de rock mélodique. Voilà un album qui possède toutes les qualités pour devenir un succès : tourné vers le futur, avec un son résolument moderne, tout en ne rompant pas totalement avec le passé de l’artiste. Des titres éclectiques qui possèdent une force magistrale dans les mélodies et une puissance musicale impressionnante font de ce Bizarro World une consécration et se hisse parmi les albums majeurs de cette années 2014. Alors les Frenchies, faites le maximum pour que Robby Valentine vienne tourner en France, les amateurs ne le regretteront pas !

Robby Valentine Bizarro World, Valentine Records, 25 octobre 2014, . Disponible également sur les plateformes dématérialisées : 

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom