Reverse of Volume de Yasuaki Onishi : présence absente de la montagne

dans la rubrique Arts modernes et contemporains, Rennes.

Reverse of Volume

Publié le 18 Oct 2016

 Reverse of Volume : tel est le nom de l’installation de l’artiste japonais Yasuaki Onishi présenté aux Champs Libres. Avec cette pièce unique, Yasuaki Onishi œuvre à représenter une montagne sous toutes ces facettes, autant dans son expressivité frappante que dans son absence. En somme, l’image d’un monde flottant (ukiyo-e)…

 

Reverse of VolumeReverse of Volume, soit l’inverse, l’envers ou le verso du volume. L’installation monumentale de Yasuaki Onishi occupe toute la salle d’exposition des Champs Libres. Les matériaux sont simples : une membrane plastique et des coulures de colles noires. Et pourtant, que la montagne est belle ! Yasuaki Onishi reprend le topos de la montagne, courant dans les arts plastiques. Mais il représente cette éminence en creux. Le paysage s’inverse, il laisse dans l’air la trace évanescente de sa présence. L’artiste revient à la nature profonde et la duplicité de l’image, caractérisées par son jeu de présence et d’absence.

Reverse of Volume« Pour définir son processus créatif, l’artiste parle de “capturer l’invisible” : saisir l’empreinte de quelque chose qui a été là, et n’y est plus », peut-on lire à l’entrée de l’exposition. Le plaisir esthétique procède aussi de la participation active du spectateur. Ce dernier, pour saisir cette montagne inversée, l’envisage selon des points de vue variés. Tantôt elle apparaît, avec ses formes, ses déclivités, ses crevasses, tantôt elle donne à voir sa persistance dans le monde. Reverse of Volume croise agréablement réflexion sur la mémoire, la trace et la beauté aérienne de son dispositif. À voir ou revoir absolument !

Reverse of Volume, une exposition du 04 au 30 octobre 2016, aux Champs Libres de Rennes.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voir le site des Champs Libres

Reverse of Volume de Yasuaki Onishi : présence absente de la montagne was last modified: octobre 18th, 2016 by Thibault Boixiere