Dans Aurais-je été résistant ou bourreau ? Pierre Bayard s’interroge : Qui, un jour, n’a pas été tenté de vouloir faire un voyage mental dans le temps afin de savoir s’il aurait été un héros ou juste un salaud comme beaucoup. C’est ce retour sur soi, à cette introspection que le lecteur est invité. Regarder en face, mais aussi répondre, même si cette question reste un jeu de l’esprit.

Peu de gens oseraient avancer qu’ils auraient été des salauds durant la Seconde Guerre mondiale. Reste que, lors de toutes ces guerres, la part des résistants dans la population s’avère marginale.

Pierre Bayard, avec ce remarquable essai « Aurais-je été résistant ou bourreau ? », donne un sérieux coup de pied au mensonge communautaire élevé au rang de vérité historique populaire qui voudrait qu’une majorité des Français aient été dans la résistance durant l’occupation.

Son traitement de la question s’articule autour de 3 axes : la psychologie générale, sa psychologie personnelle et familiale (c’est dans la peau de son père que l’auteur en fait migre) puis le contexte social et politique de l’époque. Au final, cet essai difficilement qualifiable invite le lecteur à devenir son propre héros, à transporter sa conscience dans un ailleurs de vérité pour y sonder son âme.

Quant à l’analyse des destins de différents héros de la Résistance, elle n’aide pas forcément à répondre, mais fait grandement du bien. Il y a toujours des gens qui résistent : pour soi, pour sa famille, pour une idée, pour autrui, par don. Les époux Trocmé au Chambon-sur-Lignon, les jeunes militants allemands antinazis de La Rose blanche, Romain Gary, Milena Jesenská au camp de ­Ravensbrück, le consul du Portugal à Bordeaux, Sousa Mendes, qui choisit en 1940 d’accorder un visa pour l’exil à tous ceux qui en faisaient la demande…

Aucune raison finale ne peut expliquer le choix de l’engagement : une « mystérieuse contrainte intérieure qui fait que le sujet n’a pas le choix et se trouve pour ainsi dire dépossédé d’une décision qui s’impose à lui malgré tout et emporte ses réticences ». Mais Bayard, en bon chevalier de sa quête, ne s’est pas découragé : il a tenté de comprendre et d’expliquer autant que faire se peut comment s’opère la bifurcation entre un bien et un mal dont les limites sont reconstruites après coup. Parmi les explications avancées : la lutte contre la peur, la présence d’une forte foi, le fait d’être partie prenante, la folie, la psychologie, la force de l’inconscience, l’appartenance politique ou sociale…

Aucune certitude, mais l’essentiel n’est pas dans la réponse. On en peut préserver qu’avec une crainte sacrée ce « lieu d’énigme en chacun où se mêlent les forces antagonistes dont nous sommes la résultante et qui nous portent vers la décision ».

L’exercice était difficile et pourtant Pierre Bayard l’a mené en résistant à l’écueil du réductionnisme. Le même exercice du côté des pays membres des puissances de l’Axe donnerait une suite passionnante.

Aurais-je été résistant ou bourreau, de Pierre Bayard, Les Editions de Minuit,17 janvier 2013, 158 p., 15€

L’auteur

Pour quelqu’un de ma génération, né après la Seconde Guerre mondiale et désireux de savoir comment il se serait comporté en de telles circonstances, il n’existe pas d’autre solution que de voyager dans le temps et de vivre soi-même à cette époque.

Je me propose donc ici, en reconstituant en détail l’existence qui aurait été la mienne si j’étais né trente ans plus tôt, d’examiner les choix auxquels j’aurais été confronté, les décisions que j’aurais dû prendre, les erreurs que j’aurais com­mises et le destin qui aurait été le mien.

TABLE DES MATIÈRES
Prologue
Première partie : Esquisse d’un modèle Chapitre premier : De la personnalité potentielle Chapitre II : Du conflit psychique Chapitre III : De la bifurcationDeuxième partie : La contrainte intérieure Chapitre premier : Du désaccord idéologique Chapitre II : De l’indignation Chapitre III : De l’empathie
Troisième partie : La réticence intérieure Chapitre premier : De la peur Chapitre II : Des cadres de pensée Chapitre III : Du défaut de créativité
Quatrième partie : Le point de bascule Chapitre premier : De soi-même Chapitre II : Des autres Chapitre III : De Dieu
Epilogue

Pour entendre l’auteur en parler : http://www.franceculture.fr/emission-le-journal-de-la-philosophie-aurais-je-ete-resistant-ou-bourreau-2013-01-14

 

2013 176 p. 15 € ISBN : 9782707322777

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom