Vertiges, 24 mars 2020-24 mars 2020, .

2020-03-24 – 2020-03-24
Vertiges
    

  Nadir, c’est un peu le « blanc » de la famille. Il a quitté la banlieue pour les beaux quartiers et même si son mariage est sur le point de capoter, il est père de deux magnifiques petites filles et dirige une entreprise. Quand il retourne auprès de sa famille après des années d’absence, il plonge dans un univers cauchemardesque. La cité qui l’a vu grandir s’est dégradée, abîmée par la paupérisation, le chômage et l’immobilisme. Ici, la vie s’écroule plus vite que le temps ne s’écoule. Pour preuve, le fils prodigue retrouve le père malade des poumons, la sœur employée de cantine, le jeune frère au chômage et la mère qui tient à bout de bras sa famille. Des paroles s’échangent, entre rire et larmes. Troisième volet de la trilogie de Nasser Djemaï autour de la construction identitaire, Vertiges nous plonge dans les paradoxes des liens familiaux. Au tournant de la quarantaine, Nadir va faire le tour de sa maison hantée, de son histoire, ses frayeurs, ses complexes, ses fantômes et fantasmes. Issue de la mémoire reconstruite de Nasser Djemaï, la pièce mi-documentaire, mi-fiction se déploie avec une sobriété et une tenue qui touchent au plus juste de l’émotion. Nominée aux Molières dans la catégorie ‘auteur francophone’, une fable initiatique à la fois drôle, cruelle et sensible.

Nadir, c’est un peu le « blanc » de la famille. Il a quitté la banlieue pour les beaux quartiers et même si son mariage est sur le point de capoter, il est père de deux magnifiques petites filles et dirige une entreprise. Quand il retourne auprès de sa famille après des années d’absence, il plonge dans un univers cauchemardesque. La cité qui l’a vu grandir s’est dégradée, abîmée par la paupérisation, le chômage et l’immobilisme. Ici, la vie s’écroule plus vite que le temps ne s’écoule. Pour preuve, le fils prodigue retrouve le père malade des poumons, la sœur employée de cantine, le jeune frère au chômage et la mère qui tient à bout de bras sa famille. Des paroles s’échangent, entre rire et larmes. Troisième volet de la trilogie de Nasser Djemaï autour de la construction identitaire, Vertiges nous plonge dans les paradoxes des liens familiaux. Au tournant de la quarantaine, Nadir va faire le tour de sa maison hantée, de son histoire, ses frayeurs, ses complexes, ses fantômes et fantasmes. Issue de la mémoire reconstruite de Nasser Djemaï, la pièce mi-documentaire, mi-fiction se déploie avec une sobriété et une tenue qui touchent au plus juste de l’émotion. Nominée aux Molières dans la catégorie ‘auteur francophone’, une fable initiatique à la fois drôle, cruelle et sensible.