Rencontre avec Michel Pierre : L’Impossible innocence – Histoire de l’affaire Seznec, 28 février 2020-28 février 2020, Brest,.

Rencontre avec Michel Pierre : L’Impossible innocence – Histoire de l’affaire Seznec 2020-02-28 18:00:00 – 2020-02-28 Square Monseigneur Roull Librairie Dialogues
Brest Finistère Brest

  Pierre Quéméneur, négociant à Landerneau et conseiller général du Finistère disparaît en mai 1923 lors d’un voyage d’affaires qui le mène à Paris en compagnie de Guillaume Seznec. Ultime témoin à avoir vu Quéméneur vivant, Seznec devient bientôt suspect puis inculpé de meurtre. Le corps demeure introuvable.

Malgré ses protestations d’innocence, il est condamné aux travaux forcés à perpétuité en 1924. Quelques années plus tard, commence l’une des nombreuses campagnes de presse dénonçant une erreur judiciaire qu’aucun fait nouveau n’arrive à démontrer malgré de nombreuses demandes de révision.

Guillaume Seznec revient du bagne en 1947 et avec ses divers soutiens, poursuit la lutte pour voir reconnaître son innocence. Il meurt en 1954 et son combat est poursuivi par sa fille puis par son petit-fils. Affaire d’État sur fonds de trafic d’automobiles vers l’URSS ? Malheureux accident survenu alors que Madame Seznec se défendait des assiduités de Pierre Quéméneur ? Aujourd’hui, rien ne vient confirmer ces hypothèses.

Dans cet ouvrage, Michel Pierre revient sur la chronique d’une folie médiatique et les procédés ayant pu laisser croire à une erreur judiciaire, tout particulièrement en Bretagne où elle devint une cause sacrée, rétive à la raison, aux faits et au dossier.

+33 2 98 44 88 68 https://www.librairiedialogues.fr/

Pierre Quéméneur, négociant à Landerneau et conseiller général du Finistère disparaît en mai 1923 lors d’un voyage d’affaires qui le mène à Paris en compagnie de Guillaume Seznec. Ultime témoin à avoir vu Quéméneur vivant, Seznec devient bientôt suspect puis inculpé de meurtre. Le corps demeure introuvable.

Malgré ses protestations d’innocence, il est condamné aux travaux forcés à perpétuité en 1924. Quelques années plus tard, commence l’une des nombreuses campagnes de presse dénonçant une erreur judiciaire qu’aucun fait nouveau n’arrive à démontrer malgré de nombreuses demandes de révision.

Guillaume Seznec revient du bagne en 1947 et avec ses divers soutiens, poursuit la lutte pour voir reconnaître son innocence. Il meurt en 1954 et son combat est poursuivi par sa fille puis par son petit-fils. Affaire d’État sur fonds de trafic d’automobiles vers l’URSS ? Malheureux accident survenu alors que Madame Seznec se défendait des assiduités de Pierre Quéméneur ? Aujourd’hui, rien ne vient confirmer ces hypothèses.

Dans cet ouvrage, Michel Pierre revient sur la chronique d’une folie médiatique et les procédés ayant pu laisser croire à une erreur judiciaire, tout particulièrement en Bretagne où elle devint une cause sacrée, rétive à la raison, aux faits et au dossier.