Rencontre autour de la maison double : lieuxroutes et objets d’une migration rom, 19 juin 2019 19:30-19 juin 2019 22:30, .

Café librairie Michèle Firkle mercredi 19 juin à 19:30. En présence de l’auteure Norah Benarrosh-Orsoni et pour féter la parution du livre. Nous sommes particulièrement heureux-ses de vous inviter à cette soirée consacrée au livre la maison double : lieuxroutes et objets d’une migration rom de Norah Benarrosh-Orsoni publié par la Société d’Ethnologie de Nanterreet la soirée sera l’occasion d’en fêter la parution après la discussion! Il y a finalement peu de livres consacré aux roms et moins encore à ceux et celles installé-e-s à Montreuil (que nous sommes nombreux-ses habitants-tes de Montreuil à rencontrer régulièrement et connaître). Le travail de Norah Benarrosh-Orsoni nous raconte la vie quotidienneles allers-retoursles objets et les habitudes de personnes vivant ici et là-bason suit comment on peut construire sa maison et vivre dans deux endroits à la foisun double ancrage dont on suit les questionsles galères et les cheminements. La soirée sera aussi l’occasion de revenir sur les années 2006 à 2013et la situation actuelle. [http://www.mae.parisnanterre.fr/la-maison-double/](http://www.mae.parisnanterre.fr/la-maison-double/) Issu d’un long et minutieux travail de terrain (2006-2013) auprès de familles roms originaires de Roumanie et installées à Montreuilen région parisiennece livre décrit la vie quotidienne et les parcours de personnes vivant dans deux pays à la fois. Pour ellesla migration s’est imposée comme le meilleur moyen de concrétiser des aspirations individuelles et familiales. Il faut alors vivre ensemble malgré la distances’approprier deux espaces de vieconcevoir et construire peu à peu sa maison en deux endroits. Ces maisonnées romsdevenues transnationalesont développé ce que l’auteure a appelé un double ancrage. Dans un contexte national de forte polarisation autour de politiques publiques répressives ou inclusivescette recherche prend à rebours les approches attenduesprivilégiant les échelles individuelles et familiales pour donner à voir un processus migratoire de première génération en train de s’inventer. Examinant par le menu les usages et détournements symboliques des biens matérielstant au cours des migrations en France qu’au retour en Roumaniel’auteure observe que les acteurs sociaux sont pris dans une économie de prestigedans laquelle les dons en direction de ceux restés au pays prennent une place prépondérante. Dans leur recherche du prestige individuel et familial à travers les signes d’une réussite matériellela maisonreprise ou construite en Roumaniefait office d’emblème. Cette maisonobserve finement Norah Benarroshsemble devoir vivre dans un état de perpétuel inachèvementafin de signifier que le projet de vie de ses propriétaires est toujours en devenir. – Sommaire: Remerciements Note sur la prononciation du roumain et du romanès Introduction Chapitre 1. Du squat à la ville. Domestiquer les espaces de vie 1. Quand on arrive en ville : a. Réseaux de migrantsréseaux de parents b. Habiter ensemble 2. Habiter sous contrainte : a. Squat et appropriation b. S’installer rue Pierre-de-Montreuil c. Une vie en caravanes 3. Arpenter la ville : la débrouille des femmes : a. Les activités urbaines comme travail b. Récupération alimentaire c. Récupération matérielle Chapitre 2. Courir après l’argent 1. Économie : a. L’argent et les dépenses b. Sollicitation et commerce de rue c. L’accès au salariat 2. Relations et institutions : a. Un capital relationnel b. Face aux administrations Chapitre 3. Prendre la route. Des circulations humaines et matérielles 1. Organiser le mouvement : a. Dans le paysage des transports informels b. Un fonctionnement en réseau 2. En route : a. Des transporteurs tout-terrain b. Dans l’attente du départ c. Durant la traversée 3. Dans les coffres des véhicules : a. Objets d’affections transnationales b. Par souci d’économie Chapitre 4. Au téléphone. Technologies familiales et communautaires 1. Les Roms et leurs téléphones 2. Intimité familiale et routine transnationale : a. Où le message n’est pas le plus important b. Où l’on rappelle à l’autre ses devoirs c. Où l’on entretient le lien social 3. Les accessoires de la cohésion religieuse : a. Le développement du pentecôtisme en Roumanie et parmi les Roms b. Prêchestémoignagesmélodies c. Être pentecôtiste sur YouTube d. Dieu au téléphone e. Post-scriptum : et l’écrit ? Chapitre 5. Au village. Espaces de parenté et de voisinage 1. Une histoire résidentielle : a. Urbanisme villageois et biographies immobilières b. Habitantsparents et voisins 2. Une maisonnée bien composée : a. S’accomplir par le mariage b. S’accomplir comme bori c. S’émanciper par l’immobilier 3. Trajectoires résidentielles : a. Vers la grande route b. Deux parcours familiaux Chapitre 6. Dans la maison. Espaces et gestes domestiques 1. Vivre dans les maisons paysannes : a. Structureaménagements et usages b. Dormir et veiller ensemble c. La belle pièce et sa vitrina d. Une esthétique de l’abondance 2. Gestes quotidiens et techniques du corps : a. Rangernettoyerentretenir b. Amplifier le mouvement c. Genre et dynamiques corporelles Chapitre 7. Ériger la maison moderne 1. Construire : a. Patrons et ouvriers b. S’installer parmi les gadjé c. Poser les fondations 2. Fabriquer : a. Scènes de chantier b. La maison modernevers une nouvelle normalité c. Normalité et besoins fondamentaux Conclusion Bibliographie. Entrée libre. Café librairie Michèle Firk. 9 rue françois debergue 93100 Montreuil. Montreuil. Seine-Saint-Denis.