Rassemblement Alep réagir !

facebook_event_644274019081659

Rassemblement Alep réagir !, 30 novembre 2016 18:30, Le Miroir d’eau

—————————————————————————————-
Appel des anciens animateurs nantais des collectifs de solidarité avec la Bosnie
————————————-
Alep réagir !
Rassemblement le mercredi 30 novembre à 18h30 au Miroir d’eau à Nantes

Comme hier pour Sarajevo, nous ne supportons pas la résignation avec laquelle nous assistons à la destruction des villes en Syrie.
Alep, cité martyre, est emblématique de la brutalité totale des agresseurs gouvernementaux, russes et djihadistes contre les populations civiles.
Comme hier en Bosnie, les responsables des crimes de guerre devront être jugés.

Aujourd’hui, il est d’une urgence absolue que des voix s’élèvent partout pour dire à nos dirigeants et diplomates que tout doit être tenté pour que cesse cette abomination.

Anciens animateurs des collectifs de solidarité avec la Bosnie, nous avons pris l’initiative de relayer auprès de la Mairie de Nantes l’appel (ci-joint) de Ulrich Huygevelde.
Nous appelons à nous rassembler lors de la journée mondiale des Villes pour la vie-Villes contre la peine de mort, le mercredi 30 novembre à 18h30 au miroir d’eau devant le château des ducs.
La Mairie de Nantes apporte son soutien à cette initiative citoyenne.

Nous appelons chacun, citoyen, association, organisation, à réagir en relayant cette échéance et en participant à sa manière à ce rassemblement.

———————————————————————————
Appel de Ulrich Huygevelde
————————————-
Syrie – Assez de barbarie

Citoyens ordinaires, forçons-les à forcer la paix

Tous les jours la barbarie s’abat sur la Syrie en général et sur Alep en particulier.

Tous les jours défilent des images qui rappellent de douloureux souvenirs des guerres balkaniques, du sinistre siège de Sarajevo ou de la folie destructrice qui s’abattit sur la Tchétchénie dans les années 1990. Des tragédies passées dont les leçons auront été malheureusement bien vite oubliées.

Des tragédies qui différent cependant de l’actuelle par les mouvements de solidarité- pas toujours massifs mais réels – qu’elles avaient entraînées en Europe alors qu’aujourd’hui la catastrophe syrienne donne lieu, au mieux, à l’indifférence, au pire à la défiance avec les amalgames que chacun connaît.

Des événements dramatiques en Europe et une actualité qui continue d’être anxiogène dans le monde ont, il est vrai, rendu les citoyens relativement apathiques, groggys même, amenant beaucoup à tendre l’oreille aux prêcheurs d’angoisse et de néant.

Ce monde qui cherche aussi à se faire peur, ce monde où de nombreux citoyens américains semblent prêts à voter pour un homme dont ils savent probablement au fond d’eux-mêmes qu’il risque de les conduire au pire ; ce monde où, plus près de nous, en Hongrie, un gouvernement pousse son peuple à afficher son repli, sa peur de l’avenir et de l’Autre, ce monde a besoin du réveil de consciences citoyennes fortes et audibles.

Dans cette tourmente que des vigies se manifestent, que les humanistes qui ont foi en un avenir meilleur, ceux qui veulent bien se rappeler des enseignements de l’histoire, se fassent entendre.

Se faire entendre en manifestant, d’abord, notre horreur devant la terreur quotidienne à Alep et en Syrie et en éloignant le coupable et bien présent spectre de l’indifférence.

Appelons les citoyens armés de leur seule bonne volonté mais aussi les associations étudiantes, les syndicats et tous ceux qui veulent résister à cette mortifère atonie à se rassembler devant leurs mairies, dans leurs universités, là où ils le peuvent, pour appeler à des efforts, des efforts et encore des efforts politiques, diplomatiques, humanitaires ou autres pour faire cesser cette tragédie.

Témoignons aussi par là d’un minimum de solidarité pour la population syrienne qui n’en peut plus. Montrons aussi à tous ceux qui, comme la Russie, jouent dans ce pays et sur le dos de la population à un jeu ô combien dangereux que nous les considérons comptables des innocentes victimes de toutes les mortelles et probablement vaines démonstrations de puissances auxquelles ils se livrent dans la zone.

Tout n’a sûrement pas été tenté pour mettre un terme à cet ignoble conflit. En 1994, les autorités françaises nous disaient que, face à la tragédie bosniaque, il n’était pas possible de faire plus. En 1995, une volonté politique plus ferme montra que, non, mille fois non, il n’est jamais trop tard pour forcer la paix.

Aujourd’hui comme hier il est forcément possible, en Syrie, d’y arriver. Aux citoyens ordinaires, en France, en Europe et partout où il y a des hommes de bonne volonté, de l’imposer. Nous sommes tous responsables.

Un citoyen, désarçonné par le monde tel qu’il semble aller.

Ulrich Huygevelde

Rassemblement Alep réagir ! was last modified: novembre 30th, 2016 by Nantes
@Marie Lucas