Politiques d’internet : de l’international à une comparaison nationale Institut des sciences de la communication Paris, 5 février 2018-6 février 2018, .

Séminaire ISCC Francescas Musiani, chargée de recherche (CNRS-ISCC) et vice-présidente de l’Internet Society France, participera à ce séminaire de l’ISCC. Cette communication a pour but de présenter l’approche conceptuelle et empirique de deux projets de recherche liés à la politique d’internet. Le premier projet, déjà achevé, a examiné le discours sur les conséquences socio-économiques d’internet élaboré par l’Unesco, et donc par une organisation internationale mandatée pour coordonner la coopération en communication. L’analyse reconstruit la création et l’évolution du discours de l’Unesco afin de comprendre comment ses États membres, ses experts et son secrétariat ont pu progressivement élaborer et institutionnaliser une position politique commune en la matière. Le deuxième projet, qui vient d’être lancé, propose d’étudier l’évolution et l’institutionnalisation des politiques concernant le numérique et ses aspects économiques, sociétaux et juridiques au niveau national. En retraçant les discours en concurrence sur ces aspects, le projet cherche à identifier et à comparer des conflits clés de la politique numérique de six pays différents (Allemagne, France, Royaume-Uni, États-Unis, Inde et Brésil). Il souhaite en particulier comparer les conséquences que peuvent avoir des conflits existant entre les divers acteurs étatiques et non-étatiques sur les institutions et structures de régulation au sein de différents États. Cette comparaison a pour but de mieux comprendre l’évolution d’un domaine politique lié au numérique à travers l’histoire des discours et des pratiques des acteurs politiques. Les deux projets sont liés par l’intérêt qu’ils portent aux processus de co-création et d’institutionnalisation pouvant aboutir à une position politique et/ou une structure régulatrice concernant l’internet. En outre, tous les deux cherchent à comprendre à travers les conflits existant entre discours concurrentiels comment nos sociétés interprètent et réagissent à la transformation numérique. Ils font pour cela tous les deux appel au répertoire conceptuel et méthodologique de l’analyse argumentative et interprétative du discours. Le premier projet combine cette approche avec des outils de la théorie de l’acteur-réseau tandis que le deuxième intègre des idées et des concepts de la théorie des champs et de la théorie de l’institutionnalisme historique. Cette communication expose les idées fondamentales de deux projets pour ensuite se concentrer sur les questions conceptuelles et la démarche empirique qui font le lien entre ces deux études portant sur la régulation de l’internet. Institut des sciences de la communication 20 rue Berbier-du-Mets, paris Paris longitude et latitude : 48.835468, 2.350374